4 questions à Jean-Luc Mélenchon

La campagne présidentielle est un moment démocratique fort. L’occasion d’interpeller les candidats sur la vision qu’ils portent en matière de logement. C’est dans ce contexte que l’Association QUALITEL a recueilli leurs idées sur les thématiques qui lui sont chères comme la qualité d’usage, la rénovation, l’adéquation entre l’offre et la demande… 

1

La mesure phare du programme en faveur du logement

QUALITEL : Le logement n’est pas seulement le premier poste de dépense des ménages des Français, il est aussi un des marqueurs des inégalités et la crise sanitaire en a été un bon révélateur. Pourtant, il n’est pas très présent dans cette campagne présidentielle (mais également dans les précédentes). Quelle est la mesure phare de votre programme en faveur du logement ?

Jean-Luc Mélenchon : Pour garantir un droit effectif au logement, et outre la constitutionnalisation de celui-ci, il s’agit d’interdire les expulsions sans solution et de sa contrepartie, la mise en place de la sécurité sociale du logement (également appelée garantie universelle des loyers).

Cette assurance universelle, obligatoire et publique sur les impayés de loyers permettrait d’indemniser les propriétaires lorsque leur locataire se retrouve dans la difficulté.

Par ailleurs, son corollaire est la suppression des cautions privées demandées comme condition de location, ce qui permettrait à beaucoup de gens d’accéder plus facilement à un logement. Selon les estimations du Commissariat Général à l’Environnement et au Développement Durable (CGEDD), une cotisation comprise entre 2 et 2,5 % des revenus locatifs pourrait permettre de financer cette caisse.

2

La rénovation énergétique

QUALITEL : La rénovation énergétique des logements est un prérequis essentiel à l’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050 mais également au maintien du pouvoir d’achat de nombreux Français. En parallèle, plus de 80 % des logements de 2050 sont d’ores et déjà construits. Quels leviers seront mis en place pour soutenir une rénovation appropriée des logements ? 

Jean-Luc Mélenchon : Nous rendrons obligatoire la rénovation globale de l’ensemble du parc de logements pour obtenir un niveau BBC (classe énergétique A ou B) avant 2050, comme le demandait la Convention citoyenne pour le climat, et pour le parc social avant 2035.

Cela représente 700 000 logements rénovés par an avec un plan d’investissement de 31 milliards d’euros. Les ménages les plus modestes seront subventionnés à 100 %.

Une réforme de la filière du bâtiment sera aussi nécessaire, elle sera impulsée par le secteur public.

Cela passe enfin par une connaissance des usages et l’implication des habitants. L’obtention de labels écologiques et thermiques sera notamment conditionnée à des résultats énergétiques concrets et vérifiés pour les habitants, que ce soit dans le neuf ou la réhabilitation des logements.

3

L'offre de logements face aux aspirations des Français

QUALITEL : Le constat est unanime sur le déficit fort de logements dans certains territoires ou sur l’inadéquation entre la nature de l’offre et les aspirations des Français. En tant que Président, quelles mesures prendrez-vous pour résoudre cette problématique ?

Jean-Luc Mélenchon : Afin de garantir la production d’un million de logements très sociaux de qualité sur cinq ans, les financements tels que l’aide à la pierre seront rétablis.

La loi SRU sera renforcée par l’adoption des mesures ci-après :

  • Augmenter à 30 % le quota minimum de logements sociaux dans la totalité du parc pour les communes soumises à une forte tension locative.
  • Inclure dans les quotas de logements sociaux des minimums obligatoires de logements très sociaux et de logements accompagnés (résidences sociales, pensions de famille).
  • Punir plus sévèrement les maires qui ne respectent pas leurs obligations : augmentation des amendes et reprise systématique de la délivrance des permis de construire par le préfet de département.

Par ailleurs, un commissariat de l’aménagement sera créé. Il interviendra comme financeur, coordinateur et conseiller technique dans les projets des collectivités. Il participera notamment à la création de quartiers nouveaux correspondant aux besoins en logement et en équipement, respectant l’accessibilité pour tous et les grandes orientations de la planification écologique, notamment sur le foncier encore disponible.

Il faudra enfin en finir avec les dispositifs spéculatifs qui ne permettent pas de répondre aux besoins des habitants.

4

La qualité des logements en France

QUALITEL : On parle moins de la qualité des logements eux-mêmes, pourtant remise en exergue par la crise sanitaire qui a révélé des inégalités et de nouveaux besoins en termes de confort thermique, acoustique, qualité de l’air, superficie, agencement, luminosité… Concrètement, quelles mesures comptez-vous mettre en place pour permettre à chaque Français de vivre dans un logement répondant aux critères fondamentaux de qualité d’usage évoqués ci-dessus et en phase avec leurs attentes ?

Jean-Luc Mélenchon : Il s’agit de réformer la filière de construction et de rénovation des bâtiments en rompant avec la logique spéculative, en s’appuyant sur la “règle verte” et en impliquant les différents acteurs du logement, et au premier titre en intégrant les habitants dans ces démarches.

Trop de réhabilitations se font encore aujourd’hui sans réelle concertation avec ceux qui y vivent et, même pire, en conflit avec eux. La production de logements neufs est également réalisée en fonction de considérations financières et non d’usage.

Les architectes deviendront la cheville ouvrière et créative de cette démarche. Le corps des architectes a cela de particulier que sa déontologie lui commande de penser et d’agir en-dehors et au-delà des règles dès lors qu’il le considère nécessaire aux fins d’habiter mieux et plus écologique. Les architectes proposent au fil de leurs projets une infinie diversité de réponses à la même question fondamentale, qui sous-tend à chaque commande : habiter le monde et la société. Nous attendons d’eux un habitat de qualité pour l’usage des habitants et un urbanisme du bien vivre ensemble. Nous attendons des architectes qu’ils se forment et qu’ils participent à la formation des entreprises du bâtiment à la construction et la rénovation écologique, en bannissant la greentech complexe.

 

Pour garantir la neutralité de sa démarche, l’Association QUALITEL a sollicité et relancé tous les candidats selon la même procédure  : questionnaire identique et même nombre de signes maximum. QUALITEL s’engage à publier l’ensemble des réponses reçues d’ici le 8 avril. 

À lire aussi

Contactez-nous
Contactez-nous
Une question ?
Un conseil ?

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

Rendez-vous sur   : CoprosVertes.fr

close Created with Sketch.