4 questions à Nicolas Dupont-Aignan

La campagne présidentielle est un moment démocratique fort. L’occasion d’interpeller les candidats sur la vision qu’ils portent en matière de logement. C’est dans ce contexte que l’Association QUALITEL a recueilli leurs idées sur les thématiques qui lui sont chères comme la qualité d’usage, la rénovation, l’adéquation entre l’offre et la demande… 

1

La mesure phare du programme en faveur du logement

QUALITEL : Le logement n’est pas seulement le premier poste de dépense des ménages des Français, il est aussi un des marqueurs des inégalités et la crise sanitaire en a été un bon révélateur. Pourtant, il n’est pas très présent dans cette campagne présidentielle (mais également dans les précédentes). Quelle est la mesure phare de votre programme en faveur du logement ?

Nicolas Dupont-Aignan : Je souhaite permettre aux Français de devenir propriétaires d’un appartement ou d’une maison, car la propriété incarne à la fois la sécurité financière et l’espoir de pouvoir transmettre un patrimoine à ses enfants. C’est pourquoi, la mesure phare de mon programme en matière de politique de logement sera de favoriser l’accession à la propriété en visant 70 % des ménages propriétaires (soit 800 000 nouveaux accédants chaque année, contre 600 000 à l’heure actuelle). Pour parvenir à cet objectif et permettre aux Français de rembourser un emprunt plutôt que de payer un loyer je souhaite, d’une part, renforcer l’impact du prêt à taux zéro et, d’autre part, créer une garantie de l’Etat sur une partie de l’apport personnel. Je propose également de réduire le délai d’exonération d’impôt sur les plus-values et cotisations immobilière à 10 ans (au lieu de 22 aujourd’hui) et surtout supprimer les droits de succession sur la résidence principale.

Par ailleurs, je souhaite que les locataires du parc social puissent se voir proposer un contrat de location accession pour transformer leur loyer mensuel en mensualité de remboursement anticipé.

2

La rénovation énergétique

QUALITEL : La rénovation énergétique des logements est un prérequis essentiel à l’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050 mais également au maintien du pouvoir d’achat de nombreux Français. En parallèle, plus de 80 % des logements de 2050 sont d’ores et déjà construits. Quels leviers seront mis en place pour soutenir une rénovation appropriée des logements ? 

Nicolas Dupont-Aignan : Le secteur du bâtiment est la première source énergivore avec près de 45 % de la consommation nationale et 16,5 % des émissions de gaz à effet de serre. Or, la performance énergétique des logements du parc français est très insuffisante et je souhaite lancer un véritable plan d’équipement d’isolation thermique et phonique de tous les bâtiments des particuliers en doublant le budget alloué au plan « MaPrimeRénov’ » (de 3 à 6 milliards d’euros). Par ailleurs, je propose la création d’un livret d’épargne « dispositif d’économie d’énergie » sur le même principe que le plan d’épargne logement pour permettre à ceux qui souhaitent réaliser immédiatement des travaux, d’emprunter pour les financer.

3

L'offre de logements face aux aspirations des Français

QUALITEL : Le constat est unanime sur le déficit fort de logements dans certains territoires ou sur l’inadéquation entre la nature de l’offre et les aspirations des Français. En tant que Président, quelles mesures prendrez-vous pour résoudre cette problématique ?

Nicolas Dupont-Aignan : Le logement, facteur de stabilité professionnelle et familiale, est une source d’angoisse pour beaucoup de Français. Le rapport 2021 de la fondation Abbé Pierre donne la mesure d’une situation dramatique : 4,1 millions de personnes sont mal-logées et plus d’un million de sans-abris. Il faut donner aux communes les moyens de faire du logement social en direct, sans passer par un bailleur social. Cette mesure permettrait de dynamiser le patrimoine communal, d’assurer des revenus de fonctionnement complémentaires à la commune et de lui permettre de maîtriser ses espaces d’aménagement. Cette stratégie serait infiniment plus efficace que la loi SRU qui se révèle contre-productive pour de nombreux Maires. Par ailleurs, développer l’offre foncière dans le parc privé, c’est aussi redonner confiance aux propriétaires bailleurs en allégeant les procédures d’expulsion pour les mauvais payeurs de mauvaise foi. C’est aussi simplifier la loi du 7 décembre 2020 pour expulser les squatteurs de propriété privées avec plus de célérité. C’est enfin alléger la fiscalité sur le patrimoine.

4

La qualité des logements en France

QUALITEL : On parle moins de la qualité des logements eux-mêmes, pourtant remise en exergue par la crise sanitaire qui a révélé des inégalités et de nouveaux besoins en termes de confort thermique, acoustique, qualité de l’air, superficie, agencement, luminosité… Concrètement, quelles mesures comptez-vous mettre en place pour permettre à chaque Français de vivre dans un logement répondant aux critères fondamentaux de qualité d’usage évoqués ci-dessus et en phase avec leurs attentes ?

Nicolas Dupont-Aignan : Les réponses aux trois questions précédentes répondent pour partie à votre question n°4, puisque si les Français ont le choix d’être propriétaire, de rénover leur logement sans compression budgétaire, et enfin de trouver à se loger dans des territoires où se trouve l’emploi, on réunit tous les critères permettant de répondre aux aspirations de confort, de décence et de rapprochement domicile-travail.

 

Pour garantir la neutralité de sa démarche, l’Association QUALITEL a sollicité et relancé tous les candidats selon la même procédure  : questionnaire identique et même nombre de signes maximum. QUALITEL s’engage à publier l’ensemble des réponses reçues d’ici le 8 avril. 

À lire aussi

Contactez-nous
Contactez-nous
Une question ?
Un conseil ?

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

Rendez-vous sur   : CoprosVertes.fr

close Created with Sketch.