Dessine-moi un logement par Ingrid Taillandier

L’architecte Ingrid Taillandier développe des projets résidentiels mettant l’accent sur les matériaux nobles, les espaces extérieurs, des volumétries simples mais audacieuses. Elle nous dévoile sa vision idéale du logement dans le cadre d’une série éditoriale donnant la parole aux architectes sur le sujet. Interview.

Comment définiriez-vous le logement idéal ?

(©Gaela Blandy)

Le logement idéal est celui qui permet tout à la fois l’épanouissement personnel et le vivre ensemble à l’échelle du palier, du bâtiment, du quartier et de la ville. Ce même logement, véritable cellule souche de la vie et de la ville, doit être source de bien-être pour son habitant. À ce titre, il doit avoir une heureuse incidence au-delà des murs de l’habitation, donner envie de rentrer chez soi, d’y recevoir et d’y rester. Pour ce faire, le logement doit cocher plusieurs cases : être lumineux, posséder une acoustique de qualité, se composer de beaux volumes et d’une hauteur sous plafond suffisante (entre 2,60 m et 2,70 m), proposer un accès au ciel, et offrir une certaine forme de liberté d’aménagement.

Dans le cadre de l’opération de logements Allure dans le quartier Clichy-Batignolles à Paris, nous avons fait du vivre ensemble un élément primordial dans notre proposition. Nous avons imaginé des espaces collectifs tels que la kitchen-club, la buanderie, le studio partagé et la conciergerie. Des lieux qui permettent aux habitants de la résidence de se rencontrer et de ne pas se cantonner uniquement à leurs mètres carrés de logement. Toujours pour ce même programme, nous avons développé des logements généreux, aussi bien dans les surfaces que dans la qualité d’exposition. Par exemple, avec mes confrères de Fresh Architectures, nous avons conçu des balcons en porte-à-faux d’une douzaine de mètres carrés qui offrent à tous les habitants de l’immeuble un accès sur l’extérieur – en particulier sur le parc Clichy Batignolles-Martin Luther King.

Les logements de l’opération Allure certifiés Habitat et Environnement et labellisés Effinergie+ par CERQUAL Qualitel Certification (©David Foessel / Fresh architectures / Itar)

Comment serait aménagé le logement idéal ?

Dans tous nos projets, nous poussons au maximum la flexibilité des espaces d’un logement. À partir du T3, nous offrons la possibilité aux futurs occupants d’ouvrir ou de fermer la cuisine en la mettant systématiquement en premier jour. La flexibilité peut-être également atteinte quand l’habitant dispose de nombreuses prises de courant, pour installer sa télévision où il le souhaite sans que cela lui soit imposé. Le logement idéal doit aussi disposer d’un espace dédié à plusieurs usages à l’instar d’un bureau transformable en chambre d’amis et/ou inversement. Si cet espace ne peut pas être conçu, il faut pouvoir aménager des studios partagés dans les bâtiments pour télétravailler ou accueillir des proches.

Dans les projets résidentiels de notre agence, pour les appartements de type T3 et T4, nous nous sommes fixé une règle d’or : ne pas proposer uniquement des chambres commandées par le séjour. Autre astuce : abandonner le mur en béton et opter pour le mur creux en cloison séparative. Il n’y a d’ailleurs aucune différence entre les deux, si ce n’est que le mur creux demeure plus vertueux d’un point de vue environnemental. In fine, ces solutions permettent à l’habitant de jouir d’une grande flexibilité d’aménagement de son logement au fil du temps et au bâtiment d’évoluer en réunissant des typologies.

Quels seraient les critères de qualité essentiels selon vous ?

À partir des appartements de type T3, nous disposons déjà de plusieurs facteurs de qualité tels qu’avoir un logement traversant, une cuisine en premier jour, un espace privatif extérieur et des paliers où les circulations verticales sont éclairées naturellement. Plus l’on contribue à des espaces collectifs de qualité et mieux l’on encourage le vivre ensemble.

Pour aller plus loin en matière de critères, je suggère de concevoir des cuisines assez grandes pour héberger une table pour y manger – cette pièce de vie a été trop rapetissée dans le temps. Autour de cette table, les enfants peuvent y faire leurs devoirs ; en effet, une chambre de 9 mètres carrés ne peut pas accueillir un lit, une armoire et un bureau. Dès lors, la cuisine joue un vrai rôle social. Enfin, des espaces de stockage (cave, cellier…) doivent être prévus dès le départ d’un projet d’immeuble de logements. Sans ces espaces, les habitants ont tendance à stocker leurs affaires sur le balcon. De facto, le quartier comme la ville en pâtissent !

Qu’apporte la certification NF Habitat
ou NF Habitat HQE en matière de qualité dans le logement ?

Le projet Boulevard Ney de CDC Habitat en cours de certification NF Habitat HQE niveau excellent à Paris (©ITAR)

C’est un poids décisionnel pour l’architecte en matière de matériaux, d’axe de performance ou de confort. Par exemple, sur le boulevard Ney à Paris, c’est l’enjeu de la certification NF Habitat HQE niveau excellent qui nous a aidé à arbitrer en faveur d’une importante épaisseur de terre sur le toit de la crèche. De la sorte, on a pu installer des cépées et arbustes en plus de la prairie et donc apporter de la diversité floristique.

C’est aussi très important lorsque l’on veut garantir l’isolation acoustique. Nous essayons de ne pas avoir de murs de refend entre les logements et les exigences NF Habitat sont l’assurance d’un haut niveau de performance acoustique : un facteur primordial lorsque l’on est défenseur d’une forme de densité !

La certification apporte une véritable palette d’outils pour améliorer la qualité des logements que nous pouvons utiliser et proposer à nos maîtrises d’ouvrage, qui va du linéaire de cuisine et de placards à respecter, jusqu’à l’encouragement à éclairer par de la lumière naturelle les salles de bain et les parties communes. C’est donc aussi un repère pour l’habitant ou l’acquéreur : il leur garantit un logement bien conçu, pérenne et qui répond à leurs besoins et convictions environnementales.

Quel serait le rapport idéal à l’espace extérieur ?

Tout d’abord, il convient de ne pas négliger les espaces extérieurs : ils sont une extension à part entière d’un logement. Ainsi, une terrasse ou un balcon, dans un logement idéal, se caractérise par une profondeur généreuse – comprise entre 1,80 m et 2,60 m – pour accueillir une table ou encore des activités sportives. Ensuite, n’oublions pas de travailler la question de l’intimité de cet espace vis-à-vis des voisins. Enfin, le rapport du logement idéal à l’espace extérieur doit permettre d’aller d’une pièce à l’autre – ce qui est tout à fait possible avec un balcon filant. Cette caractéristique permet de ne pas figer la circulation et de faciliter la mobilité dans un logement, par exemple pour les jeux entre enfants.

À lire aussi

Contactez-nous
Contactez-nous
Une question ?
Un conseil ?

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

Rendez-vous sur   : CoprosVertes.fr

close Created with Sketch.