Des logements bas carbone, bien sûr, mais pas seulement !

Représentant près de 30 % des émissions annuelles nationales de gaz à effet de serre, le secteur du bâtiment doit réduire drastiquement son empreinte afin de tendre vers la neutralité carbone prévue dans la Stratégie Nationale Bas Carbone. Le logement en particulier n’est pas épargné par cet enjeu. Pour relever ce défi, QUALITEL prône une approche globale et multicritère de la qualité du logement intégrant un volet bas carbone ambitieux. Le point de vue d’Antoine Desbarrières, directeur de l’Association QUALITEL et président de CERQUAL Qualitel Certification.

Quelles sont les politiques publiques appliquées au secteur du logement en matière de bas carbone ?

Nous pouvons citer 3 grandes mesures en faveur du bas carbone : la réglementation environnementale 2020 pour la construction, le plan de rénovation énergétique pour l’existant et la loi AGEC pour la valorisation des déchets et le réemploi des matériaux.

L’entrée en vigueur de la RE2020 pour les logements au 1er janvier 2022 a constitué une étape essentielle pour propulser le monde de la construction dans l’ère du bas carbone. En effet, cette nouvelle réglementation opère un changement de paradigme par rapport à la RT2012 qui privilégiait avant tout la performance énergétique en exploitation. En plus de la sobriété énergétique, les logements futurs utiliseront dorénavant des énergies moins carbonées, des modes constructifs et des matériaux moins émetteurs en carbone sur tout leur cycle de vie et sauront préserver le confort thermique en cas de forte chaleur. Une véritable remise en question des techniques de construction actuelles, qui nécessite un accompagnement renforcé des acteurs du bâtiment auquel QUALITEL et ses filiales contribuent au quotidien en partageant leur expérience et leurs connaissances.

Depuis plus de 15 ans, QUALITEL travaille effectivement sur la thématique du bas carbone : son organisme certificateur CERQUAL a notamment contribué à promouvoir la méthode ACV (analyse de cycle de vie), valorisé les réalisations de FDES (Fiches de Données Environnementales et Sanitaires) et PEP (Profils Environnementaux Produits), participé activement à l’expérimentation HQE performance qui a fait découvrir l’ACV du bâtiment en 2011 ainsi qu’à l’expérimentation E+C- dès 2016. Ces dernières ont par ailleurs constitué la base méthodologique de la RE2020 et confirmé la pertinence des seuils de la nouvelle réglementation. C’est donc tout naturellement que nous soutenons et accompagnons la mise en place de la RE2020.

Un autre levier de réduction des émissions de CO2 concerne la gestion des déchets du bâtiment qui représentent aujourd’hui l’une des principales sources de déchets en France. Il est urgent de rendre la collecte plus efficace pour lutter contre les dépôts sauvages et améliorer le tri des déchets de construction en vue de leur recyclage. La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (AGEC) va dans le bon sens avec la création d’une filière REP (Responsabilité Élargie du Producteur) dédiée aux produits et matériaux de construction d’ici le 1er janvier 2023. Mais la priorité reste la limitation de la consommation des ressources en favorisant une économie plus circulaire et le réemploi des matériaux avant qu’ils ne deviennent des déchets.

Troisième politique publique notable en faveur du bas carbone, le plan de rénovation énergétique joue un rôle central dans la lutte contre la précarité énergétique et les passoires thermiques. Là encore, nous adhérons complètement à la démarche de massification des rénovations de logements et apportons notre expertise aux acteurs du bâtiment et aux usagers afin de favoriser des travaux performants et de qualité.

Ces politiques doivent-elles aller plus loin face à l’urgence climatique ?

Sur le volet construction, nous pouvons nous réjouir de l’ambition de la nouvelle réglementation appliquée aux logements neufs. Cependant, n’oublions pas l’habitat existant qui constituera 80 % du parc de logements en 2050. L’action même de rénover/réhabiliter plutôt que de laisser à l’abandon ou détruire et reconstruire s’inscrit pleinement dans la démarche bas carbone. Il faudrait donc que les efforts pour décarboner le secteur se concentrent davantage sur les logements existants dont la rénovation énergétique doit être valorisée, accélérée et généralisée, en appliquant si possible les réflexes bas carbone du « neuf » tels que l’ACV, la décarbonation des énergies, le recours à des modes constructifs peu émetteurs en carbone ou qui permettent de le stocker comme les matériaux biosourcés, le réemploi des produits et des matériaux, les circuits courts, la  valorisation des déchets…

Aujourd’hui, nous pouvons regretter qu’il n’existe pas, pour la rénovation, de cadre réglementaire équivalent au neuf afin de diminuer l’impact carbone. C’est pourquoi nous avons également intégré l’objectif bas carbone dans la certification NF Habitat – NF Habitat HQE  pour la rénovation, notamment avec le profil Bas Carbone. Un moyen efficace pour les maîtres d’ouvrage qui le souhaitent d’intégrer cette dimension, tout en garantissant la qualité globale de leurs rénovations.

Comment sensibiliser les Français à cet enjeu de décarbonation et les impliquer concrètement ?

Avec plus de pédagogie et d’information ! Selon le Baromètre QUALITEL 2021 dédié au logement durable, 75 % des Français ont à cœur d’avoir un logement plus respectueux de l’environnement. Ainsi, loin de l’effet de mode, le logement durable est perçu comme essentiel par une large majorité de Français qui placent également l’environnement dans le top 3 de leurs préoccupations. Pourtant, seuls 30 % estiment qu’ils vivent actuellement dans un logement durable et le respect de l’environnement n’apparaît comme un critère d’achat ou de location décisif que pour 4 % des sondés, loin derrière le classique triptyque localisation – prix – surface. Il faut donc encourager les usagers à sauter le pas de l’habitation durable en les informant et les formant davantage.

Au-delà des bénéfices collectifs en termes de préservation de la planète, le logement bas carbone, et plus globalement le logement respectueux de l’environnement, apportent plusieurs atouts non négligeables. D’un point de vue économique déjà, la performance environnementale du logement et le recours aux énergies décarbonées entraînent des économies d’énergie et une baisse des factures, ce qui au vu du contexte actuel, n’est pas à prendre à la légère.  Par ailleurs, un gain de confort de vie est largement observé dans les logements perçus comme durables par leurs habitants (généralement des logements récents soumis à une réglementation thermique ou des logements rénovés) : les logements durables obtiennent une note de qualité globale de 7,9/10 contre 5,6/10 pour les non durables (indice Qualiscore, sur la base de 17 critères).

Force est de constater que le logement durable ne sert pas uniquement un devoir citoyen mais aussi une recherche de confort au quotidien. Il faut maintenant faire preuve de pédagogie et donner les clés aux habitants pour entreprendre leurs projets logement avec le critère bas carbone en tête. Pour la rénovation des copropriétés, nous avons gratuitement mis à disposition des sources documentaires et des formations dédiées via le dispositif des Copros Vertes. En ce qui concerne les critères de recherche pour un logement, la rénovation énergétique et la sensibilisation à la réduction de l’empreinte carbone et aux éco-gestes, les experts de QUALITEL mettent leurs connaissances à disposition du grand public depuis plusieurs années sur le site qualitel.org. De la même façon, la filiale QUALITEL Espace Numérique du Logement aide les habitants à bien utiliser et entretenir leur logement grâce à des conseils et outils disponibles sur la plateforme CLÉA.

Comment QUALITEL et ses filiales accompagnent les professionnels dans leur stratégie bas carbone ?

En parallèle de l’information auprès du grand public, les équipes de CERQUAL sensibilisent également les professionnels aux bonnes pratiques bas carbone au travers de webinaires et conférences tandis que les formateurs de QUALITEL Formation proposent une vingtaine de parcours dédiés à la prise en main de la RE2020 et à la construction/rénovation bas carbone.

Cependant, notre plus grosse contribution au défi de la décarbonation s’effectue sur notre activité historique : la certification des logements collectifs et individuels, qui concerne toutes les étapes du cycle de vie du bâtiment (la construction, la rénovation et l’exploitation). La certification NF Habitat – NF Habitat HQE propose effectivement une approche multicritère et complémentaire à la réglementation puisque la qualité d’un logement ne se limite pas à la qualité environnementale. Ainsi, la certification aide les acteurs du bâtiment à s’approprier la RE2020, tout en veillant à maintenir l’équilibre avec l’ensemble des critères contribuant à la qualité globale d’un logement. La 4e version du référentiel en vigueur depuis le 1er octobre 2021 accompagne les acteurs sur le respect de la réglementation grâce à des contrôles de cohérence et anticipe les seuils réglementaires 2025 et 2028 de la RE2020 pour ceux qui veulent aller plus loin. Elle prend également en compte le risque éventuel de contreperformance comme par exemple les nuisances sonores des pompes à chaleur.

En 2020, CERQUAL Qualitel Certification a également créé le profil NF Habitat Bas Carbone en construction comme en rénovation pour valoriser plusieurs objectifs : minimiser les émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie, privilégier les circuits courts et les ressources locales, valoriser les déchets du chantier, adopter une démarche de sobriété vis-à-vis des ressources en recourant notamment à des matériaux recyclés/réemployés et en facilitant la démontabilité pour une évolution possible du bâtiment ou encore tenir compte de la localisation de l’opération par rapport à la mobilité douce. En fait, la certification permet de sécuriser la qualité globale d’un logement tout en traitant spécifiquement dans ce même cadre, l’engagement bas carbone selon différents niveaux, en fonction des objectifs recherchés par le maître d’ouvrage. Elle peut également inclure des problématiques environnementales plus larges avec des profils spécifiques dédiés à la biodiversité et à l’économie circulaire, sujets intimement liés au bas carbone.

En définitive, construire, rénover et exploiter les logements selon le prisme du bas carbone est indispensable pour lutter contre le réchauffement climatique ainsi que la montée des prix des énergies et améliorer le confort. QUALITEL et ses filiales continuent de se mobiliser pour accompagner les professionnels du bâtiment et le grand public dans ce défi de taille, sans pour autant occulter la poursuite des efforts en termes de qualité d’usage, de confort acoustique et thermique, de qualité de l’air intérieur et de fonctionnalité car, à quoi bon produire des logements respectueux de l’environnement dans lesquels les habitants ne disposent pas d’une bonne qualité de vie ?

À lire aussi

Contactez-nous
Contactez-nous
Une question ?
Un conseil ?

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

Rendez-vous sur   : CoprosVertes.fr

close Created with Sketch.