Baromètre 2018 : la rénovation sera « le chantier du siècle »

La première édition du Baromètre Qualitel avait révélé que les Français sont loin d’être égaux face à la qualité du logement. Un facteur pèse en cela plus que les autres : l’ancienneté du logement, un véritable « trou de qualité » existant pour les logements construits entre 1900 et 1980. La rénovation est donc un enjeu sensible pour permettre aux occupants de logements anciens de s’approcher de la qualité de vie des logements récents… Mais à condition de faire les bons travaux car, pour qu’elle soit une réussite, la rénovation doit porter sur toutes les dimensions de la qualité du logement.

Au-delà de 5 travaux, la qualité perçue des logements anciens s'approche de celle de l'habitat récent

La qualité perçue augmente significativement au-delà de cinq travaux effectués. Pour les logements construits entre 1900 et 1980, la note de satisfaction moyenne (« Qualiscore ») passe de 5,7 / 10 pour ceux n’ayant subi aucun travail de rénovation, à 7,0 / 10 pour ceux qui en ont subi au moins cinq. Ils font ainsi jeu égal avec les logements bâtis entre 1980 et 2007. Ce score progresse encore pour les logements rénovés des années 1980, qui ont une qualité perçue équivalente à celle des logements de moins de 10 ans (7,6).

 

En 2017, le Baromètre Qualitel avait identifié 5 « plaies du logement » : consommation énergétique excessive, isolation acoustique déficiente, mauvaise isolation thermique, mauvaise aération / ventilation et qualité des matériaux de construction défectueuse. La rénovation, lorsqu’elle est pensée globalement (au moins 5 travaux), divise en moyenne par deux l’insatisfaction liée à ces 5 « plaies » pour les logements construits entre 1900 et 1980.

Quels sont les travaux qui améliorent le plus l'habitat selon les Français ?

La première motivation des Français pour rénover est le « confort » (48 %), devant « l’économie de charges » (37 %).

Dans leur logement, les Français réalisent majoritairement 5 types de travaux de rénovation :

  • le remplacement du système de chauffage (45 %),
  • la réfection complète d’une pièce (salle de bain, cuisine, salon… : 45 %),
  • le remplacement d’au moins la moitié des fenêtres du logement (39 %),
  • la réfection de l’installation électrique (36 %),
  • l’isolation de la toiture / des combles (35 %).

Mais il existe un bouquet de travaux qui, lorsqu’ils sont réalisés ensemble, font bondir la qualité perçue.

Lorsqu’un logement ancien (1900-1980) combine l’« isolation d’une ou plusieurs pièces », la « réfection complète d’une pièce » (salle de bain, cuisine, salon) et la « réfection, remplacement ou installation de l’ensemble du système de ventilation », sa qualité perçue augmente significativement avec un Qualiscore de 7,5 / 10. Soit 1,8 point de plus que ceux n’ayant subi aucune rénovation.

 

 

Pour aller plus loin sur le Baromètre

Contactez-nous
Contactez-nous
Une question ?
Un conseil ?