Charte du bâtiment connecté : quel bilan un an après le lancement ?

L’enquête réalisée montre des premiers retours d’expérience positifs qui permettent d’identifier les freins à lever pour que ce sujet se développe largement auprès de l’ensemble des acteurs.

Un an après la signature de la « charte d’engagement volontaire du bâtiment connecté », un premier état des lieux a été présenté lors de l’édition 2018 du Salon de l’immobilier d’entreprise (SIMI).

Une charte volontaire pour accompagner le développement du bâtiment connecté en France

La « charte d’engagement volontaire du bâtiment connecté » a été mise en place le 7 décembre 2017 par le ministère de la Cohésion des Territoires, en partenariat avec la Smart Buildings Alliance for Smart Cities (SBA) et l’Alliance HQE-GBC. Signée par près de 130 professionnels de la construction, promoteurs, bailleurs, organismes certificateurs… elle vise à recueillir les retours d’expérience sur la mise en œuvre opérationnelle d’équipements connectés, de réseaux…

Cette démarche a pour objectif de partager les bonnes pratiques, de contribuer aux évolutions réglementaires et d’anticiper les futurs usages qui pourront être proposés dans les logements. La charte d’engagement volontaire « Bâtiments connectés, bâtiments solidaires et humains » représente ainsi un cadre de référence commun à l’ensemble des acteurs. QUALITEL est signataire de cette charte et participe à son suivi.

Une enquête qui mobilise fortement

Une étude a été réalisée un an après la signature de la charte, et les premiers résultats ont été restitués lors du SIMI 2018. Au total, 100 structures ont participé à cette étude dont 78 étaient signataires de la charte. Les participants de l’étude sont en majorité des entreprises et fabricants (44 %) et des maîtres d’œuvre et conseils (20 %). On compte également des maîtres d’ouvrage, organisations professionnelles, collectivités territoriales, foncières… 2/3 de ces structures ont leurs sièges sociaux en Ile-de-France.

Une expérimentation riche d'enseignements

Un an après la mise en place de la charte, une trentaine de bâtiments connectés ont d’ores et déjà été déclarés par les maîtres d’ouvrage. 12 études de cas ont ainsi été présentées lors du SIMI, précisant les caractéristiques des ouvrages et les actions mises en œuvre. Les maîtres d’ouvrage ont ainsi pu témoigner de cette expérimentation.

Durant cette année, des outils ont également été élaborés pour contribuer au déploiement du bâtiment connecté : référentiels techniques, labels, MOOC… La plupart des structures ont ainsi mené des actions de communication interne et externe sur ce sujet : site internet, réseaux sociaux, participation à des événements sur le sujet… Même si une minorité d’adhérents, clients ou habitants s’interrogent encore sur ce thème, les acteurs se mobilisent pour informer et mieux faire connaître les différentes caractéristiques du bâtiment connecté.

Des perspectives encourageantes

L’édition 2018 du Baromètre Qualitel a montré que si le logement connecté est connu d’une majorité des Français, il soulève encore de nombreuses interrogations. Il ressort de cette enquête sur la charte qu’un travail important reste à mener. En effet, de nombreux freins ont été identifiés :

  • crainte de surcoût,
  • manque de compétences de la filière,
  • questions autour de la fiabilité des systèmes dans le temps,
  • problème d’interopérabilité,
  • problème de compréhension du sujet par les clients,
  • encore peu de retours d’expérience.

Pour réussir à rassurer les habitants et à convaincre la filière des avantages du bâtiment connecté, il est essentiel de partager les exemples et les bonnes pratiques, de sensibiliser la maîtrise d’ouvrage. La formation des acteurs pour accompagner la montée en compétence est également un facteur de réussite. Enfin, il faut aussi renforcer les actions de communication et de valorisation par les acteurs institutionnels.

Les Français et le logement connecté

Source : Baromètre Qualitel 2018

Pour l’ensemble des professionnels, le bâtiment connecté laisse présager de nombreux bénéfices : différenciation, valorisation et attractivité, amélioration des performances, développement de nouveaux services, récupération des données…

Dans ce contexte, CERQUAL Qualitel Certification a un rôle à jouer pour accompagner les acteurs dans l’appropriation de ce sujet et pour la mise en œuvre concrète de cette connectivité au sein des logements. En février 2018, CERQUAL a ajouté une rubrique « bâtiment connecté » dans le référentiel de sa certification NF Habitat – NF Habitat HQE. La certification permet le suivi de l’ensemble des thèmes garantissant un bâtiment connecté et opérationnel.

À lire aussi

Contactez-nous
Contactez-nous
Une question ?
Un conseil ?