Logement de qualité : Hyperion, une tour qui cache une forêt d’atouts

Au-delà de ses innovations en matière de construction en bois, la tour Hyperion se distingue également par la qualité des logements qu’elle offre. Explications avec Valérie Lasek, directrice générale de l’EPA Bordeaux Euratlantique.

©Alban Gilbert

Hyperion collectionne les particularités. Connue du grand public pour être la plus haute tour d’habitation en bois de France, l’édifice qui culmine à 54 mètres dans le ciel bordelais symbolise aussi l’accent mis par l’établissement public d’aménagement Bordeaux Euratlantique sur la qualité des logements.

« Tous les appartements construits dans le périmètre de l’Opération d’intérêt national dont nous sommes en charge doivent être fonctionnels, confortables et apporter des bénéfices indirects pour la santé, développe Valérie Lasek, directrice générale de l’EPA. Cette exigence se traduit au niveau des surfaces habitables, de l’évolutivité des logements, de l’ensoleillement… Afin de nous garantir cette qualité dans tous les programmes, nous demandons systématiquement la certification NF Habitat HQE 9 étoiles. La tour Hyperion s’inscrit naturellement dans cette politique. » Et elle a même des atouts supplémentaires pour offrir une qualité optimale à ses occupants. 

Comment un balcon contribue à la qualité du logement dans Hyperion

Pas moins de 141 balcons pré-fabriqués hors-site agrémentent les façades de la tour Hyperion avec des porte-à-faux jusqu’à 4,5 mètres de profondeur. « Ces espaces extérieurs avec un habillage bois en sous-face envoient un signal dès l’espace public et participent à la qualité visuelle du bâtiment, observe Valérie Lasek. Cette dimension inhérente à la beauté et le sentiment d’appartenance à un projet emblématique participent à la qualité de vie. En outre, les espaces extérieurs sont suffisamment généreux pour que les habitants se les approprient et ils jouent le rôle de brise-soleil pour les logements situés en dessous. »

A contrario, le bois n’est pas apparent à l’intérieur des logements pour respecter les consignes en matière de sécurité incendie. « C’est un regret car on n’apprécie pas le bois de manière aussi évidente que lorsqu’on le voit et on le sent », concède la directrice générale de l’EPA Bordeaux Euratlantique. Alors que les premiers appartements ont été livrés cet été, le ressenti des habitants sera recueilli lors d’une grande enquête après un an d’occupation. Les remontées des médiateurs de quartier permettent cependant de se faire une première idée.

La construction hors-site, vecteur de qualité pour les logements avoisinants

« Nous avons eu des retours positifs sur le confort apporté par les appartements, en particulier au niveau de leur isolation phonique et thermique, révèle Valérie Lasek. A contrario, il reste des attentes fortes au niveau de la vie du quartier Armagnac car ce dernier est encore en travaux. C’est aussi pour cette raison que nous allons attendre un an avant de recueillir le ressenti des habitants d’Hyperion. »

Justement, en matière de chantier et des nuisances associées, la tour imaginée par l’architecte Jean-Paul Viguier et construite par Eiffage a un dernier atout à faire valoir sur le thème de la qualité des logements : « Une grande partie des éléments du bâtiment ont été réalisés en usine et assemblés sur site, ce qui permet de gagner en rapidité d’exécution mais aussi de limiter les nuisances. La construction hors-site contribue donc à préserver la qualité des logements avoisinants en phase de travaux », constate Valérie Lasek. Hyperion constitue à bien des égards un cas d’école en matière de bien-être au sein d’une unité urbaine dense.

©Alban Gilbert

À lire aussi

Contactez-nous
Contactez-nous
Une question ?
Un conseil ?
close Created with Sketch.