Nos conseils au quotidien
Au sommaire :
L’isolation phonique contre les sons à basse fréquence

L’isolation phonique contre les sons à basse fréquence

Vibrations générées par l’ascenseur ou le chauffage, enfants qui courent, sons provenant d’un « home-cinéma »… Les nuisances sonores liées aux bruits basses fréquences touchent certains logements et habitants. Pourquoi les sons à basse fréquence sont-ils particulièrement désagréables ? Pour vous aider, nos experts font le point sur ce sujet méconnu.

1

Les bruits basses fréquences, qu'est-ce que c'est ?

Les bruits basses fréquences sont des sons graves, par opposition aux sons aigus. Leur fréquence est généralement située entre 20 et 100 Hertz (Hz). Ces bruits peuvent être :

  • d’origine naturelle, comme le tonnerre d’un orage ou un tremblement de terre,
  • liés aux transports ferroviaires, par exemple, qui produisent des vibrations en basses fréquences,
  • ou encore émis par des équipements tels que des transformateurs ou des ascenseurs.

On les appelle également « bruits sourds », sans doute parce que l’on continue de les percevoir lorsque l’on se bouche les oreilles. Les sons de basses fréquences sont difficiles à atténuer. On le constate, notamment, lorsqu’on perçoit de la musique provenant d’un appartement voisin ou bien d’un bar. « Le son semble étouffé. En réalité, il a perdu ses composantes de moyennes et hautes fréquences. Seuls les sons graves subsistent », explique Nicolas Balanant, expert acoustique chez QUALITEL.

2

En quoi un bruit basse fréquence peut représenter une véritable gêne pour les habitants ?

Un son peut être grave (entre 20 et 400 Hz), médium (entre 400 et 2000 Hz) ou aigu (entre 2000 et 20000 Hz). Au-delà de sa fréquence, ce sont surtout sa durée, son caractère répétitif et son intensité qui constituent une nuisance.

On peut toutefois noter que la perception des basses fréquences est différente de celle des autres fréquences. À faible niveau sonore, on ne les perçoit pas, mais dès qu’elles deviennent audibles, la sensation de volume sonore augmente plus vite que pour les autres fréquences.

Il ne faut pas oublier que le bruit a un impact sur la santé, en particulier lorsqu’il est émis la nuit, car il dégrade la qualité du sommeil.

Plus de conseils ?

Chaque mois, retrouvez nos idées pour un logement où il fait bon vivre
directement dans votre boîte mail

Abonnez-vous à notre newsletter ›

3

Y a-t-il des types de logements dans lesquels ces sons se font particulièrement entendre ?

Les bruits basses fréquences s’entendent dans toutes les constructions, qu’il s’agisse d’immeubles ou de maisons, mais aussi, quels que soient les types de structures : béton, bois, etc. À noter, dans certaines constructions à ossature en bois, les bruits de pas ont davantage tendance à générer des bruits basses fréquences. Ils sont d’ailleurs perçus de manière assez importante par les habitants de ces logements.

Cette situation peut, notamment, s’expliquer par le fait qu’il n’existe pas actuellement de réglementation spécifique pour les bruits basses fréquences se trouvant sous la barre des 125 Hz et pouvant être à l’origine de nuisances importantes. La réglementation française porte sur une gamme de sons dont la fréquence se situe entre 125 et 2000 Hz. Elle encadre la plupart des bruits de la vie quotidienne : discussions, télévision, musique, etc.

4

En cas de nuisances liées à des bruits basses fréquences, quels sont les recours ?

Si vous êtes victime de nuisances sonores liées à des lieux diffusant de la musique amplifiée, sachez qu’il existe une réglementation assez stricte avec le décret 2017-1244 du 7 août 2017. Vous pouvez engager des recours. Renseignez-vous auprès du Centre d’information et de documentation sur le Bruit (CidB) par exemple, pour connaître les démarches à effectuer.

Il est également possible de diminuer les nuisances sonores grâce à l’isolation phonique du logement. De nombreux moyens existent pour isoler votre logement. Certains sont plus adaptés que d’autres en fonction de la nature des bruits. C’est pour cela qu’il est important de déterminer s’il s’agit de bruits aériens ou de bruits d’impact. L’isolant va permettre l’atténuation de la gêne grâce à l’absorption des bruits pour un meilleur confort acoustique.

Pour aller plus loin

Si vous envisagez de faire construire une maison, et pour une bonne isolation contre les bruits basses fréquences, nous vous recommandons d’envisager des solutions techniques le plus en amont possible de votre projet. Les traitements après construction sont presque souvent irréalisables. Parlez-en avec les professionnels en charge de la construction de votre maison.

À noter, si vous envisagez de faire construire une maison en bois certifiée NF Habitat, le cahier des charges prévoit pour les bruits d’impacts un critère limitant les sons basses fréquences, à 55 dB pour le niveau de base et à 50 dB en niveau supérieur HQE. Cela permet de réduire les nuisances sonores.

Pour aller plus loin

Isolation

À lire aussi

Au sommaire :

Labels, certifications, réglementations : quelles sont les différences ?

Les dispositifs permettant de garantir la qualité et la performance d’un logement sont nombreux : RT 2012, BBC ou Bepos Effinergie, E+C-, certification NF Habitat, etc. II n’est pas simple de décoder ce qui se cache derrière ces appellations. Certains sont des labels, d’autres des certifications ou encore des réglementations. Pour vous y retrouver, suivez les explications de nos experts.

close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez 2 fois par mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.