Avantages et inconvénients des toitures végétalisées

La toiture végétalisée, aussi appelée toit végétal ou toiture végétale, consiste à installer des végétaux comme des plantes grasses ou des plantes vivaces sur le toit d’un bâtiment ou d’une maison. Les plantes sont soigneusement choisies pour pouvoir vivre en autonomie grâce à un écosystème bien pensé. Quels sont les avantages et inconvénients d’un toit végétal ? Quels types de toits végétalisés existe-t-il ? On vous explique. 

Au sommaire :
Avantages et inconvénients des toitures végétalisées

Quels sont les avantages d'un toit végétalisé ?

Une toiture végétalisée protectrice du bâtiment

Installer un toit végétalisé chez soi présente de nombreux avantages. Les végétaux et toute l’installation nécessaire à un toit plat végétalisé contribuent, au niveau thermique, à un meilleur confort d’été de votre logement. 

Ils protègent aussi votre toiture des UV et des intempéries et contribuent à lutter contre la pollution en absorbant certains polluants comme les particules fines et le dioxyde de carbone par la photosynthèse. Ils préservent également le bâtiment et prolongent la durée de vie des éléments de structure du toit terrasse ou de la toiture inclinée (isolant thermique, pare-vapeur et membrane d’étanchéité), car ceux-ci sont recouverts par différents composants : substrat, filtre, drainage et végétaux. Tous ces éléments ajoutent des propriétés isolantes et rafraîchissent le bâtiment en été, tout en évitant les pertes de chaleur en hiver. Grâce à l’inertie, les toits végétalisés améliorent donc le confort thermique toute l’année.  

Confort thermique dans l’habitat : comment l’améliorer été comme hiver ?

Conseils au quotidien

Une toiture végétalisée au service de l’environnement

Que ce soit une toiture-terrasse plate végétale ou une toiture inclinée végétalisée, ce type d’installation participe à la renaturalisation en milieu urbain, au maintien et au développement de la biodiversité chez vous. C’est une façon de lutter contre l’artificialisation des sols en ville notamment due à la construction de bâtiments et réseaux de transport en béton et bitume.  

Le fait de végétaliser contribue aussi à la gestion des eaux pluviales à la parcelle, en limitant les engorgements des réseaux et le matériel associé et donc les inondations. Le tout de façon naturelle, par évapotranspiration des végétaux et rétention d’eau de pluie, au plus proche du cycle naturel 

Enfin, les toits plats ou inclinés végétalisés luttent contre les îlots de chaleur qui se développent de plus en plus dans les zones urbaines, notamment à cause de l’imperméabilisation des sols et de la minéralité des villes qui absorbent davantage la chaleur. On peut aussi noter que ces toitures végétalisées offrent un cadre agréable pour les résidents et améliorent leur qualité de vie.  

Quels sont les inconvénients d'un toit végétalisé ?

Mais attention, le toit-terrasse végétalisé peut aussi apporter quelques inconvénients à connaître avant de vous lancer ! Quatre principaux points sont à retenir :  

  • La réalisation de toute l’installation constitue un budget assez conséquent qui ne bénéficie aujourd’hui d’aucune aide financière dédiée de l’État.  
  • La toiture végétale demande un contrôle régulier par un professionnel, deux à quatre fois par an, pour vérifier que l’installation est toujours étanche et que l’évacuation des eaux de pluie est bien dégagée.  
  • De plus, au même titre qu’un jardin, votre toit végétal doit être entretenu pour rester en bonne santé et assurer son rôle vis-à-vis de la rétention d’eau et du stockage du carbone ! En fonction du type de toit (voir la partie suivante), votre jardin perché nécessitera un entretien plus ou moins régulier de votre part (arrosage, taille des plantes, tonte…). 
  • Une attention particulière doit être portée au moment de la conception. Le toit végétalisé peut provoquer des problèmes structurels s’il est mal conçu. Les mauvaises herbes et la prolifération d’insectes sont les conséquences de mauvais choix dans la palette végétale (manque de diversité, végétaux peu adaptés au climat local…). Pour vous prémunir de ce risque, il existe des documents techniques unifiés (DTU) et des règles professionnelles. L’association Adivet donne notamment un ensemble de règles professionnelles pour la conception et la réalisation de toitures végétalisées. Le fait d’avoir des règles professionnelles acceptées par la Commission Prévention Produits (C2P) permet cependant de rentrer dans le cadre des techniques courantes donc de bénéficier d’assurances.  

Comment faire un toit végétalisé ?

La première étape pour réaliser un toit végétalisé est de faire appel à un expert (un bureau d’études techniques structure) pour vérifier que votre toit peut supporter le poids de la terre, des végétaux et de l’eau. On estime la charge à environ 200 kg par mètre carré de toit.  

D’autre part, votre toit doit avoir une pente comprise entre 1 et 45° pour accueillir la végétation.  

Une fois ces facteurs réunis, vous allez pouvoir choisir la toiture végétale que vous souhaitez parmi trois possibilités.  

Le toit vert extensif

Il est composé de mousses et de plantations comme le sedum ou le pourpier. Ces végétaux ne nécessitent aucun arrosage et poussent sur un substrat d’environ 10 cm. 

La solution extensive est adaptée à tous types de toits inclinés jusqu’à 35° (béton, acier, bois…) et aux toits plats, en construction comme en rénovation. Cependant, les toitures extensives sont souvent privilégiées sur des toitures plates car le système d’ancrage et l’entretien sont plus compliqués sur les pentes supérieures à 10°.  

La toiture verte extensive demande peu d’entretien de votre part, à savoir arracher les mauvaises herbes et retirer les feuilles mortes, ainsi que les éventuelles pousses d’arbre. Pas besoin de mettre en place un système d’irrigation ou de drainage puisque les plantes se développent de manière spontanée. Cependant, laissées à l’état naturel ou brut, ce ne sont pas forcément celles qui auront l’allure la plus esthétique. 

Le toit végétal semi-intensif

Ce toit plat végétalisé ou incliné est composé de sédum, d’arbustes et de gazon. Contrairement au précédent, celui-ci nécessite un arrosage régulier, et par conséquent l’installation d’un système d’irrigation automatique. Les végétaux sont installés sur un substrat d’épaisseur comprise entre 15 et 30 cm. 

Le toit végétal intensif

La végétalisation intensive est composée d’arbres et arbustes de votre choix, plantés dans un substrat de 30 cm à un mètre d’épaisseur. Ce toit végétal convient aux toits ayant une pente de 5° maximum et faits de béton donc plutôt des toits plats ou toits terrasse végétalisés. C’est le type d’installation le plus lourd, le plus coûteux et qui demande le plus d’entretien mais le plus isolant aussi (et attrayant). De plus, grâce à sa pente assez faible, il pourra être accessible pour constituer votre jardin !  

À lire aussi

Guides et fiches pratiques

1/3

Vous rénovez votre logement ?

  • De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?
  • Quels matériaux et équipements choisir ?
  • Comment trouver des professionnels de confiance ?
2/3

Vous allez devenir propriétaire ?

  • Ancien, neuf, sur plan : comment se décider ?
  • Que regarder lors d’une visite ?
  • Quels documents obligatoires, à quoi servent-ils ?
3/3

Vous construisez une maison ?

  • Comment trouver un terrain ?
  • Quelles démarches administratives et quelles assurances ?
  • Comment suivre au mieux les travaux ?
close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez chaque mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez Alex, l’expert qui évalue la qualité du logement pour votre projet d’achat, de vente ou de rénovation

close Created with Sketch.