Faut-il laisser tourner une clim en permanence ?

Depuis plusieurs années déjà, le taux d’équipement en climatiseurs dans les maisons, appartements et bâtiments d’entreprises augmente fortement. Pour des raisons écologiques et économiques, il ne faut pourtant pas laisser sa climatisation tourner en permanence, qu’elle soit mobile ou non. D’autant que la climatisation peut s’avérer bruyante et générer des nuisances sonores pour vous et vos voisins. Mais alors, comment atteindre un confort thermique correct chez soi tout en réduisant sa consommation énergétique et en protégeant l’environnement et vos oreilles  ? Nous vous donnons des astuces d’utilisation et des alternatives à la clim dans cet article.  

Au sommaire :
Faut-il laisser tourner une clim en permanence ?

Comment régler le climatiseur pour réduire votre consommation d’électricité ?

Pour profiter d’un bon confort thermique chez vous sans abuser de la climatisation en la faisant tourner toute la journée ou toute la nuit, il y a certaines astuces à appliquer.

Programmer votre climatiseur

Si votre climatisation est dotée d’un système de programmation, nous vous conseillons   :  

  • De programmer votre clim à certaines tranches horaires. Par exemple, vous pouvez climatiser un petit moment le soir avant de vous coucher pour refroidir la chambre. Cela vous permet de ne l’utiliser qu’une seule fois par jour pour le rafraîchissement de la pièce et d’éviter les nombreux arrêts et démarrages intempestifs de votre climatisation, qui sont très énergivores.  
  • De respecter une règle de base même en cas de forte chaleur   : utilisez votre climatisation seulement lorsque votre température intérieure dépasse les 26°C et quand la température extérieure excède 30°C. D’autant plus que régler la température de consigne à 26°C au lieu de 22°C permet de diviser par deux la consommation d’énergie des appareils tandis qu’allumer la climatisation à partir de 30°C en extérieur au lieu de 27°C, divise par 3 la consommation d’énergie.
  • De ne pas créer trop d’écart de température entre dedans et dehors car passer du froid au chaud peut provoquer des amplitudes thermiques nocives pour votre santé. D’ailleurs, lagence de la transition écologique (ADEME) recommande de ne pas dépasser une différence de température avec l’extérieur de 5 à 7°C et de ne pas mettre en marche sa climatisation si la température du logement se situe en dessous des 26°C. 

Régler votre climatisation sans programmateur

En l’absence de programmateur, il est fort probable que votre climatisation dispose d’un système de régulation permettant d’imposer une température confortable à l’intérieur de votre logement. Cette température doit être définie selon les recommandations de l’ADEME citées ci-dessus.

Les bons réflexes pour choisir un climatiseur

Comme expliqué précédemment, un usage sobre et raisonné de votre climatisation est indispensable de nos jours, car il permet de limiter la consommation d’énergie et de réduire son impact sur l’environnement. Mais ce n’est pas le seul facteur qui entre en compte pour faire baisser la facture d’électricité. D’autres astuces existent notamment pour le choix de votre climatiseur.  

Anticipez l’achat de votre équipement

Évitez dacquérir votre clim dans la précipitation. En effet, lors des périodes de canicule, beaucoup de personnes investissent dans un climatiseur mobile qui peut être bruyant et peu performant et consommer pourtant jusqu’à 2,5 fois plus qu’un climatiseur fixe. Si la région où vous habitez enregistre chaque année des températures très élevées (DOM-TOM, Sud de la France…) et que vous souhaitez installer une clim, tournez-vous vers un professionnel de la climatisation qui pourra vous poser un système fixe efficace et moins énergivore (climatiseur split avec une unité intérieure et une extérieure reliées par une gaine acheminant le fluide frigorigène, clim monobloc sans unité extérieure ou encore pompe à chaleur air-air réversible). Faites-vous conseiller par un spécialiste du refroidissement pour choisir un climatiseur bien dimensionné par rapport à la taille de votre logement et idéalement situé pour le climatiser dans son ensemble.  

Choisissez un climatiseur de qualité

Sélectionnez un système de climatisation avec une bonne étiquette énergie, de préférence la classe A +++ car ces équipements sont plus efficaces et consomment moins d’électricité.  

Privilégiez également un équipement doté de la technologie «   Inverter   » qui permet au climatiseur d’adapter sa vitesse en fonction de la température ambiante. Cette fonctionnalité évite la succession de démarrages et d’arrêt du compresseur et génère donc des économies d’énergie. Le confort thermique est aussi meilleur puisque les fluctuations autour de la température souhaitée sont moins importantes qu’avec une clim classique (+/- 0,5°C contre +/- 2°C selon l’ADEME). 

Entretenez-votre clim

Autre aspect à ne pas négliger   : l’entretien de votre climatiseur par un professionnel agréé, notamment pour la manipulation des fluides frigorigènes. Cela optimise sa consommation et le fait durer plus longtemps. En dehors de ces contrôles effectués par un spécialiste, veillez également à nettoyer régulièrement les filtres, les changer si nécessaire et dépoussiérer le ventilateur pour éviter à la climatisation d’être obstruée et faire des économies d’énergie. Référez-vous à la notice de votre équipement pour connaître les consignes d’entretien spécifiques à chaque modèle (clim monobloc, monosplit, multisplit, PAC réversible…). 

Comment limiter l’utilisation de la climatisation ?

Quand les températures sont étouffantes, c’est tentant d’enclencher la clim malgré son impact néfaste sur la planète, le porte-monnaie et le confort acoustique. Pour avoir moins chaud, vous pouvez aussi penser à des alternatives pour rafraîchir votre habitat tout en limitant l’usage de la climatisation. 

La ventilation et l’aération pour faire entrer l'air frais

Lorsque la température est encore supportable (26°C ou moins), vous pouvez simplement jouer sur l’aération dans votre logement pour abaisser la température ressentie. Ouvrez vos fenêtres aux moments où la température extérieure baisse comme le soir, la nuit ou tôt le matin et en créant des courants d’air, si cela est possible. Par contre, en pleine journée, pensez à fermer vos fenêtres ainsi que vos volets et stores extérieurs pour occulter le soleil. Cela empêchera l’air chaud d’entrer et limitera les apports solaires, et donc de chaleur, dans votre logement. Si vous n’avez pas d’occultations extérieures sur vos baies vitrées, installez ou faites installer, en fonction de votre type de logement, des stores extérieurs, pergolas, brise-soleil, casquettes, volets ou persiennes.  

La ventilation doit également être utilisée de manière astucieuse. Il existe des systèmes passifs comme la surventilation nocturne ou freecooling. Ce système consiste à refroidir un bâtiment entre autres par ventilation, en déchargeant le bâtiment de la chaleur accumulée en journée, sans utilisation de machine frigorifique.  

Autre technique envisageable   : le geocooling ou géocooling qui utilise la fraîcheur des sols et sous-sols pour rafraîchir les bâtiments collectifs. Sinon, optez pour le puits provençal qui se sert de l’énergie disponible dans le sol pour refroidir l’air nécessaire à la ventilation des bâtiments. 

L’installation de brasseurs d’air

Pour lutter contre la chaleur ressentie, vous pouvez installer des brasseurs d’air si vous avez une hauteur sous plafond suffisante (2,50 m recommandés) et qu’aucun mobilier type lit superposé ne se situe trop près des pales du ventilateur. Pour des questions de sécurité des personnes, la présence de ventilateurs sous plafond nécessite une hauteur sous pales minimum   : généralement 2,30 m entre le sol fini et les pales du ventilateur en l’absence de dispositif de protection et 2,20 m si le ventilateur est muni d’un dispositif sécuritaire.   

Ces hélices de plafond sont très peu énergivores tout en étant très efficaces pour abaisser la température ressentie par l’occupant grâce au brassage de l’air en mouvement. Ce dispositif se distingue de la climatisation qui refroidit l’air quand les ventilateurs ne font que le brasser. 

L’isolation et la végétalisation pour avoir moins chaud

Pour finir, un bon confort thermique chez soi passe aussi grandement par l’isolation. Pour de meilleures performances isolantes, il est mieux de procéder à une isolation des murs par l’extérieur, car celle-ci freine les apports solaires à l’intérieur du logement et fait donc gagner en confort thermique. 

À savoir aussi   : la végétalisation des abords du logement a des propriétés rafraîchissantes pour l’air ambiant. La présence de végétaux et d’arbres feuillus autour du logement permet d’apporter de l’ombre et de lutter contre les îlots de chaleur. 

Pour aller plus loin

Thermique

À lire aussi

Guides et fiches pratiques

1/3

Vous rénovez votre logement ?

  • De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?
  • Quels matériaux et équipements choisir ?
  • Comment trouver des professionnels de confiance ?
2/3

Vous allez devenir propriétaire ?

  • Ancien, neuf, sur plan : comment se décider ?
  • Que regarder lors d’une visite ?
  • Quels documents obligatoires, à quoi servent-ils ?
3/3

Vous construisez une maison ?

  • Comment trouver un terrain ?
  • Quelles démarches administratives et quelles assurances ?
  • Comment suivre au mieux les travaux ?
close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez chaque mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.