Comment bien choisir votre système de chauffage ?

Au sommaire :

Que faut-il savoir sur les pompes à chaleur ?

Que faut-il savoir sur les pompes à chaleur ?

La pompe à chaleur est une bonne solution pour économiser sur la facture de chauffage : elle puise les calories contenues dans l’air, la terre ou l’eau de notre environnement pour les transformer en air chaud. Quand elle est réversible, elle peut aussi assurer la climatisation. Face aux nombreux modèles existants, nos experts vous guident.

1

Comment fonctionne une pompe à chaleur ?

Pour un système de production de chauffage individuel ou collectif

La pompe à chaleur (PAC) fonctionne généralement sur une alimentation électrique, même s’il en existe aussi au gaz. La pompe à chaleur prélève la chaleur présente dans l’environnement naturel (air, sol, eau) et la restitue pour chauffer l’habitation. Pour cela, elle met en œuvre un phénomène physique appelé cycle thermodynamique entre le fluide frigorigène qu’elle contient et l’air.

Quel que soit le type d’équipement, la chaleur est transférée au logement :

  • En insufflant dans les pièces, par des ventilo-convecteurs, l’air réchauffé au contact de la PAC ;
  • Par l’intermédiaire d’un circuit d’eau chaude: l’eau est réchauffée au contact de la PAC et la chaleur est diffusée par des radiateurs  ou un plancher chauffant.

Pour la production d’eau chaude sanitaire

La pompe à chaleur peut également produire de l’eau chaude sanitaire selon deux principes : par chauffage de l’eau d’un ballon en récupérant une partie de la chaleur destinée au chauffage (une résistance électrique placée dans le ballon prend le relais hors saison de chauffe) ou de manière indépendante avec un chauffe-eau thermodynamique. Autonome, ce système peut fonctionner toute l’année.

Que faut-il savoir sur le chauffe-eau thermodynamique ?

Équipements & Matériaux
2

Quels sont les différents types de pompes à chaleur ?

Pour vous garantir un système sécurisé, optimal, sans surconsommation été comme hiver, pour réduire vos factures et l’impact environnemental, il est important de faire attention au choix de votre pompe à chaleur et à son installation.

La pompe à chaleur aérothermique

Elle prélève la chaleur présente dans l’air, même l’hiver. Elle est facile à installer, mais son rendement décroit beaucoup en cas de froid intense.

La pompe à chaleur géothermique

Elle prélève la chaleur présente dans le sol ou dans l’eau de la nappe phréatique à une température relativement stable. Sa performance n’est donc pas altérée par les très basses températures de l’hiver. Pour la pompe à chaleur géothermique, l’énergie du sol est récupérée par des capteurs :

  • Verticaux, enterrés en une seule boucle d’une profondeur de 50 à 80 m, dans lesquels circule de l’eau additionnée d’antigel ;
  • Horizontaux, enterrés en plusieurs boucles sur une profondeur de 0,60 à 1,20 m, dans lesquels circule soit de l’eau additionnée d’antigel, soit le fluide frigorigène directement.

Le type de capteurs dépend notamment de la surface disponible autour de la maison. Leur dimensionnement doit être fait par un bureau d’études thermiques qui prendra en compte notamment la nature du sol, les besoins de chauffage et l’espace disponible.

3

Quelles sont les mises en garde de nos experts ?

  • Avant d’installer une pompe à chaleur aérothermique, vérifiez qu’elle peut assurer le chauffage au plus froid de l’année. Le cas échéant, il faudra envisager une source d’énergie d’appoint, sous la forme d’une chaudière. Si ce système hybride vous séduit, sachez qu’il est possible d’optimiser le rendement afin de faire fonctionner l’un ou l’autre de ces équipements (chaudière ou PAC) selon les  conditions extérieures et la tarification.
  • Une PAC réversible peut également produire du froid, Assurez-vous que vous avez bien mis en œuvre nos conseils pour assurer un bon confort d’été chez vous.

Bien choisir votre plombier-chauffagiste

Fiches Professionnels
4

Quels sont les repères de qualité d’une bonne pompe à chaleur ?

Voici les certifications et références que nos experts vous conseillent de distinguer sur les différents modèles de pompe à chaleur :

Choisissez la marque NF PAC 

Cette marque est inscrite sur la pompe à chaleur. Elle indique que le coefficient de performance, la puissance calorifique et le niveau de puissance acoustique sont certifiés.

Veillez à la certification Qualipac 

C’est un signe de qualité des professionnels installateurs de pompes à chaleur. Pour les PAC ayant un volume de fluide frigorigène supérieur à 2kg (la majorité), la réglementation impose la vérification, chaque année, par un professionnel qualifié (frigoriste), de l’étanchéité du réseau frigorigène et du bon fonctionnement du compresseur.

Regardez le coefficient de performance (COP)

L’atout majeur d’une pompe à chaleur (PAC) est sa faible consommation électrique par rapport à l’énergie thermique restituée. Cet équipement est caractérisé par le rapport de l’énergie thermique produite sur l’énergie électrique consommée, appelé coefficient de performance (COP). Une PAC géothermique peut avoir un COP allant jusqu’à 5, ce qui signifie que pour 1kWh d’énergie électrique consommée, elle fournit jusqu’à plus de 5kWh d’énergie thermique pour chauffer la maison. Cependant, le COP ne permet pas à lui seul de définir la performance de l’installation, qui dépend d’autres facteurs, comme la consommation des équipements annexes (pompes, régulation, etc.).

5

Veillez à la bonne installation de votre pompe à chaleur

Si vous faites installer une pompe à chaleur aérothermique

Cet équipement peut être installé dans tout type de logements, maison ou appartement, à condition qu’il y ait un circuit de chauffage central et un espace extérieur bien aérée (cour, jardin…) pour accueillir l’unité extérieure.

Si vous faites installer une pompe à chaleur géothermique

Un espace sans capteur doit être respecté autour de la maison et des plantations : 2 mètres autour des arbres et 1,50 mètre en limite de la maison, du terrain et des autres réseaux enterrés pour des capteurs horizontaux. Pour des capteurs verticaux, il doit être de 5 mètres autour des arbres, d’1,50 mètre autour des réseaux enterrés et de 3 mètres autour des puits et des fondations.

Bien choisir vos équipements & matériaux

Découvrez nos autres fiches

Voir tous nos guides
Voir tous nos guides

À lire aussi