Fin des chaudières au fioul, quelles alternatives de chauffage ?

La chaudière au fioul permet d’assurer l’alimentation en chauffage et la production d’eau chaude sanitaire dans une habitation. Elle fonctionne par combustion de fioul, une énergie fossile dérivée du pétrole. Pour des raisons écologiques et afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre, les chaudières au fioul sont interdites à l’installation depuis le 1er juillet 2022. Quelles alternatives de chauffage existe-t-il ? Nous vous expliquons tout.

Au sommaire :
Fin des chaudières au fioul, quelles alternatives de chauffage ?

Qu’est-ce que c’est ? Quel est le fonctionnement de la chaudière au fioul ?

La chaudière au fioul domestique fonctionne par combustion du fioul. Les calories émises lors de la combustion au niveau du brûleur de la chaudière fioul sont transférées à de l’eau froide. Celle-ci, une fois réchauffée, alimente en circuit fermé les radiateurs à eau chaude ou les tuyaux intégrés au plancher d’une maison. L’eau peut également être en partie stockée dans un ballon d’eau chaude pour alimenter le logement en eau chaude sanitaire pour la douche, la baignoire, les lavabos et éviers.

Il existe différents types de chaudières fonctionnant au fioul :

  • la chaudière traditionnelle,
  • la chaudière fioul à condensation (qui utilise la chaleur présente dans les vapeurs d’eau pour un meilleur rendement),
  • la chaudière basse température.

Interdiction d’installer une chaudière au fioul à partir de 2022

En juillet 2020, le Conseil de défense écologique a interdit toute nouvelle installation d’une chaudière au fioul ou au charbon à partir du 1er janvier 2022, aussi bien dans le contexte d’un nouveau logement que du remplacement d’une chaudière. Cette interdiction a été officiellement repoussée de 6 mois par la Ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili le 3 juin 2021. Ainsi, depuis juillet 2022, il est donc interdit d’installer une chaudière au fioul neuve chez soi, que ce soit dans un logement neuf ou en remplacement d’une ancienne chaudière. Toutefois, il reste possible de réparer les chaudières au fioul déjà installées.

Cette décision marque la volonté de l’État de lutter contre le réchauffement climatique en limitant l’usage des énergies carbonées comme le fioul et le charbon. Ressource épuisable issue d’énergies fossiles non renouvelables, le fioul est effectivement un combustible très polluant pour la planète et fortement émetteur de gaz à effet de serre (GES).

Fioul, fuel ou mazout ?

On parle souvent indifféremment de chaudière à fioul, chaudière à fuel ou chaudière à mazout. Des nuances existent cependant entre ces trois termes :

  • Fioul désigne l’huile combustible issue du raffinage du pétrole.
  • Fuel est un mot anglais, qui désigne tout combustible ou carburant, et pas seulement le fioul à proprement parler. Si on l’utilise parfois, c’est parce que nous sommes influencés par nos voisins. Pour autant, le terme n’est pas tout à fait exact !
  • Enfin, mazout désigne la même chose que fioul. C’est un terme utilisé dans certaines régions de France, et que l’on entend aussi en Belgique, au Canada ou en Suisse.

Chaudière fioul : que peut-on faire à partir de juillet 2022 ?

Pour mieux comprendre ce qu’englobe cette interdiction, voici les principales informations à connaître :

Est-il possible de continuer à utiliser ma chaudière au fioul après juillet 2022 ?

Oui bien sûr. L’interdiction ne vaut que pour une installation nouvelle ou le remplacement d’une chaudière. Il n’y a pas d’obligation à changer votre chaudière au fioul dans l’immédiat.

Comment faire pour l’entretien de ma chaudière au fioul ou en cas de panne de celle-ci, après juillet 2022 ?

L’entretien et la réparation de votre chaudière, via un contrat d’entretien annuel ou en cas de panne, sont toujours possibles pour votre chaudière au fioul. Vous n’avez aucune obligation de vous en débarrasser ou d’en changer.

Est-il possible de me fournir en fioul après juillet 2022 ?

Oui, vous pouvez toujours remplir votre cuve de fioul après cette échéance.

Combien y a-t-il d’installations de chauffage au fioul en France ?

Actuellement, le nombre de foyers français se chauffant au fioul est estimé à 3,75 millions. Cela en fait le 3e combustible le plus utilisé pour les énergies de chauffage, derrière le chauffage au gaz et l’électricité.

Nos réponses à vos questions sur l’utilisation de votre chauffage au fioul

Combien de kW pour une chaudière fioul combinant chauffage et eau chaude sanitaire ?

Cela dépend de plusieurs critères comme votre consommation d’eau chaude sanitaire (ECS), le nombre de points de puisage de cette ECS (robinets, douches, etc.), le niveau d’isolation de votre logement ou encore le nombre de pièces d’eau dont vous disposez.

Pour vous donner une idée, pour une utilisation de votre chaudière en chauffage et eau chaude sanitaire, il faut compter environ 23 à 28 kW pour un logement de moins de 100 m2 et environ 25 à 35 kW pour un logement dépassant 100 m2.

Comment avoir l’eau chaude sans chauffage avec une chaudière fioul ?

La plupart des chaudières au fioul disposent d’un mode été et d’un mode hiver. Le mode hiver alimente le circuit de chauffage et d’eau chaude sanitaire. Si vous ne souhaitez pas utiliser le chauffage, passez votre chaudière en mode été. De ce fait, vous pourrez toujours avoir l’eau chaude sanitaire dans votre logement.

Comment allumer un chauffage fioul ?

Il y a quelques vérifications à faire avant d’allumer votre chaudière au fioul. D’abord, purgez les radiateurs pour en enlever l’air, dont la présence est susceptible de réduire les performances. Ensuite, vérifiez la pression du circuit de chauffage, qui a pu diminuer en dehors des périodes de chauffe. Enfin, veillez à bien ouvrir la vanne d’arrêt de fioul pour alimenter la chaudière en combustible.

Comment purger vos radiateurs à chauffage fioul ?

Suivez ces quelques étapes pour entretenir vos radiateurs à eau chaude. Tout d’abord, assurez-vous que la pompe de chaudière n’est pas en fonctionnement (mode été) et que les radiateurs sont froids. Munissez-vous d’une clé de purge, puis introduisez-la dans la vis de purge, située généralement en haut du radiateur sur le côté. Placez un récipient sous la vis pour accueillir l’eau, puis desserrez la vis de purge lentement jusqu’à entendre un sifflement. C’est l’air qui commence à sortir du radiateur. De l’eau peut s’évacuer un peu. Attendez la fin du sifflement et vérifiez que l’eau s’écoule en filet régulier. Vous pouvez alors resserrer la vis de purge, sans trop forcer, puis remettre le circuit d’alimentation d’eau en route.

Par quoi remplacer son chauffage au fioul ?

Si vous envisagez de remplacer votre chaudière au fioul, pour des raisons écologiques, économiques ou autres, sachez qu’il existe différentes alternatives de chaudières et de combustibles. Voici ci-dessous plusieurs exemples d’autres modes de chauffage pour votre logement.

La chaudière au gaz

En remplacement d’une chaudière au fioul, le passage à une chaudière au gaz est facilité puisque cette dernière peut alimenter votre réseau de chauffage et aussi produire de l’eau chaude sanitaire en conservant le même système de radiateurs ou plancher chauffant et approvisionnement de l’ECS.

On distingue les chaudières au gaz à condensation, à basse température et traditionnelles.

  • La chaudière au gaz à condensation présente un très bon rendement. Elle fonctionne presque comme les chaudières traditionnelles, avec une différence notable. Contrairement à une chaudière traditionnelle, qui rejette dans l’air les fumées issues de la combustion, la chaudière à condensation récupère ces fumées pour en faire à nouveau de l’énergie thermique. Le rendement d’une chaudière à condensation peut dépasser les 100 %. Cela permet de diminuer fortement l’impact de la chaudière sur l’environnement… et de réaliser des économies de combustible considérables.
  • La chaudière au gaz basse température est un système de chauffage qui permet de chauffer l’eau du réseau à une température entre 45 et 50 °C (contre 60 à 90 °C pour une chaudière traditionnelle). Cette méthode permet de limiter la température des fumées rejetées par la chaudière et d’assurer un meilleur rendement de celle-ci tout en offrant un très bon confort thermique. Depuis plusieurs années, les chaudières basse température sont néanmoins de moins en moins installées, au profit des chaudières à condensation.
  • Enfin, la chaudière au gaz traditionnelle ou conventionnelle chauffe rapidement mais consomme beaucoup d’énergie. Son rendement est un peu moins bon que celui des deux modèles évoqués ci-dessus.

Le gaz naturel qui approvisionne ce type de chaudière est une ressource non renouvelable, dont la combustion est émettrice de gaz à effet de serre. Pour ces raisons, la chaudière à gaz tend à disparaître des constructions neuves.

La chaudière au bois

La chaudière au bois ou chaudière à granulés est une alternative écologique à la chaudière au fioul qui permet d’utiliser les mêmes équipements de chauffage central et d’eau chaude sanitaire. En effet, la chaudière au bois chauffe votre eau sanitaire et alimente votre réseau de chauffage central grâce à la combustion du bois, un combustible 100 % renouvelable. Celui-ci peut se présenter sous forme de bûches, de granulés, de briquettes ou de plaquettes. Comme les chaudières au gaz, les chaudières au bois se déclinent en plusieurs modèles dont les plus performants fonctionnent avec des granulés :

  • La chaudière à granulés de bois traditionnelle utilise les granulés de bois comme combustible. Ces granulés de bois sont fabriqués à partir de déchets de scierie. La chaudière à granulés présente un rendement élevé, supérieur à 85 %, et le prix de son combustible est faible, ce qui en fait une solution économique dans le temps. Elle offre un excellent confort thermique et est facile d’utilisation. Généralement, la chaudière à granulés s’alimente seule en combustible, vous n’avez pas à vous en occuper en dehors de l’entretien annuel obligatoire et du vidage régulier du bac à cendres.
  • La chaudière à granulés à condensation fonctionne sur le même principe que la chaudière au gaz à condensation mais en étant alimentée par des granulés ou pellets de bois : les fumées issues de la combustion sont récupérées pour être transformées en énergie, ce qui augmente son rendement. Elle est cependant assez peu répandue.

La pompe à chaleur

Cette solution fonctionne différemment d’une chaudière et implique un investissement plus conséquent en termes d’équipements. Cependant, les pompes à chaleur (PAC) sont des alternatives très intéressantes qui sont amenées à se généraliser sur le marché puisqu’elles sont peu énergivores et ne nécessitent pas de combustible (elles fonctionnent à l’électricité). Pour produire de la chaleur, une pompe à chaleur utilise les calories présentes dans l’air, l’eau ou le sous-sol pour les restituer sous forme de chauffage via les radiateurs ou un plancher chauffant. La pompe à chaleur peut aussi produire l’eau chaude sanitaire de votre habitat. Quant à la pompe à chaleur réversible, elle est également capable de produire du froid en été, pour un confort thermique toute l’année.

Quelles sont les aides à disposition pour changer de chaudière ?

L’interdiction des chaudières au fioul par l’État s’accompagne d’aides financières, pour encourager la transition énergétique et vous aider à changer de chaudière pour une solution plus écologique.

  • Une prime à la conversion des chaudières a été mise en place depuis 2017 pour aider au financement de l’installation d’une autre solution de chauffage comme une pompe à chaleur ou une chaudière biomasse. Son montant est défini en fonction des ressources du foyer, vous pouvez faire une simulation de demande de cette prime sur ce site du gouvernement.
  • Le dispositif Coup de pouce économies d’énergie : il s’agit de primes énergie qui sont versées par les entreprises signataires de la Charte « Coup de pouce économies d’énergie » (principalement des vendeurs d’énergie). Leur montant varie en fonction des ressources des ménages.
  • L’Éco-prêt à taux zéro : il s’agit d’un prêt bancaire à taux zéro dont peuvent bénéficier les ménages en cas de travaux de rénovation énergétique, dont l’installation d’une chaudière à condensation fait partie. Le montant maximal de ce prêt est de 15 000 €.
  • La TVA à 5,5 % : les travaux d’amélioration des performances énergétiques, comme l’installation d’une chaudière à condensation, peuvent profiter d’une TVA à un taux réduit à 5,5 %.
  • MaPrimeRénov’ : il s’agit d’une aide mise en place par l’Anah (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat). Cette prime est calculée en fonction des revenus des ménages et du gain écologique des travaux. Elle est accessible à tous les propriétaires occupants, copropriétés et propriétaires bailleurs.

Notez bien que pour pouvoir bénéficier des aides de l’État pour le financement de votre nouveau système de chauffage, vous devrez faire appel à un installateur Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). Retrouvez ici l’annuaire des professionnels certifiés.

Bien choisir vos équipements & matériaux

Découvrez nos autres fiches

Voir tous nos guides
Voir tous nos guides

Pour aller plus loin

Isolation

À lire aussi

Guides et fiches pratiques

1/3

Vous rénovez votre logement ?

  • De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?
  • Quels matériaux et équipements choisir ?
  • Comment trouver des professionnels de confiance ?
2/3

Vous allez devenir propriétaire ?

  • Ancien, neuf, sur plan : comment se décider ?
  • Que regarder lors d’une visite ?
  • Quels documents obligatoires, à quoi servent-ils ?
3/3

Vous construisez une maison ?

  • Comment trouver un terrain ?
  • Quelles démarches administratives et quelles assurances ?
  • Comment suivre au mieux les travaux ?
close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez chaque mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.