Que faut-il savoir sur les tissus muraux ?

Alternative intéressante au papier peint, le tissu mural est le revêtement idéal pour donner à votre intérieur des airs de cocon dans lequel il fait bon vivre. Quels sont ses avantages ? Ses spécificités par rapport à un papier mural ? Quelle technique de pose choisir pour ce revêtement mural ? Nos experts vous disent tout ce qu’il faut savoir sur les tissus muraux avant de vous lancer.

Au sommaire :
Que faut-il savoir sur les tissus muraux ?
1

Quels sont les différents types de tissus muraux ?

Comme le papier peint, le tissu mural est disponible dans le commerce sous forme de lé. Une large variété de matières tissées peuvent être utilisées, qu’elles soient naturelles comme le coton, le lin, la toile de jute ou la soie, ou en fibres synthétiques. Faites attention toutefois à ce que le tissu ne soit pas trop extensible.

Il existe deux grandes catégories de tissus muraux : les tissus collés et les tissus tendus. C’est la technique de pose utilisée qui les distingue.

Le tissu collé

Le tissu collé est un revêtement mural posé grâce à la technique de l’encollage, utilisée également pour poser du papier peint vinyle et du papier peint intissé. Il est disponible sous deux formes : contrecollé sur du papier ou contrecollé sur une couche de mousse.

Le tissu tendu

Le tissu tendu a pour ancêtre la traditionnelle tenture murale. Réputé pour son esthétisme, cet habillage mural demandait cependant un savoir-faire très précis qui rendait sa pose longue et fastidieuse. L’apparition de la technique de l’anglésage a permis de simplifier la pose de tissu tendu. D’abord utilisée pour agrémenter les plafonds, celle-ci est désormais très courante pour les murs.

2

Quelles sont les spécificités du tissu collé ?

La pose du tissu mural collé demande de la précision et de la méthode. Pour un résultat réussi, nous vous recommandons de solliciter un professionnel.

Préparation de la surface à travailler

Avant toute chose, le professionnel va préparer la surface sur laquelle vous désirez coller le tissu. Afin d’obtenir une surface plane, les fissures et trous doivent être bouchés avec de l’enduit, l’ancien papier peint mural retiré, le mur poncé et nettoyé.

Si le travail se fait sur une surface brute, il faudra appliquer une sous-couche adaptée afin de réduire au maximum la porosité du revêtement d’origine. Sans ces dispositions, le résultat final risquerait d’être peu esthétique, et de la poussière ou de l’eau pourraient s’infiltrer et salir le tissu.

Tissu contrecollé sur papier

La pose du tissu contrecollé sur papier est identique à l’action de poser un papier peint. Elle s’effectue à l’aide de colle néoprène liquide spéciale ou de colle acrylique. La quantité de colle dépend de la surface à recouvrir, de la porosité du matériau de base, mais aussi du rendement du produit.

Afin de calculer le métrage de tissu nécessaire, il faut mesurer la périphérie du mur ou de la pièce à recouvrir (ouvertures comprises) et y ajouter 100 cm. La hauteur standard des rouleaux est de 2,5 m, mais certains modèles vont jusqu’à 3 m. Lors de la découpe, 10 cm de marge sur chaque côté sont nécessaires, pour éviter les mauvaises surprises.

Une fois le tissu mural coupé aux bonnes dimensions, le professionnel le déroule de gauche à droite en marouflant à l’aide d’une spatule en plastique. Afin de vérifier que le tissu est bien positionné, ce dernier prendra régulièrement du recul.

Tissu contrecollé sur mousse

La pose de revêtements muraux en tissu contrecollé sur mousse est un peu plus délicate que sur papier et demande un coup de main plus assuré.

Les rouleaux présentent dans la plupart des cas d’importantes dimensions allant de 260 à 300 cm de largeur et autant de hauteur. En raison de leur taille importante, ces formats qui permettent une pose en continu sans raccord entre les murs, sont plus difficiles à manier. Une pose sans raccord est envisageable si les angles de vos murs sont d’aplomb. Si cela n’est pas le cas, la pose se fera mur par mur.

Comme pour le tissu contrecollé sur papier, les professionnels utilisent de la colle néoprène liquide spéciale ou de la colle acrylique, et prévoient une marge de 10 cm sur chaque côté de votre tissu avant de le découper.

3

Que faut-il savoir sur le tissu tendu ?

Le tissu tendu se pose par anglésage, un mode d’assemblage qui consiste, dans un premier temps, à installer des baguettes sur l’encadrement du mur ou du plafond, puis à agrafer le tissu sur ces baguettes. L’installation d’une toile murale est fastidieuse et nécessite de faire appel à un professionnel.

Mise en place du cadre

Cette première étape consiste à poser le cadre sur lequel le tissu choisi pour la décoration murale sera agrafé. Le professionnel va d’abord fixer les profilés ou les baguettes de bois en périphérie de chaque paroi, plafond, plinthes et ouvertures comprises. Il va ensuite engager ou agrafer le molleton en veillant à ne pas trop le tendre pour conserver son épaisseur isolante.

Découpe et pose du tissu

Afin d’être sûr d’avoir la bonne dimension, il doit prévoir une marge de 5 cm sur la longueur du tissu avant de le découper.

Il va ensuite fixer le revêtement mural dans le profilé ou la baguette du haut. Idéalement, il doit poser une agrafe tous les 2 à 3 cm jusqu’au bout de la paroi. Le professionnel renouvelle ensuite l’opération sur les profilés ou baguettes du bas puis au niveau des angles en vérifiant toujours que le tissu est bien tendu. Pour éviter de tirer sur celui-ci, il peut utiliser un fil à plomb. Une fois le tissu bien positionné et fixé, il ne lui restera plus qu’à araser le surplus à l’aide d’un cutter.

4

Quels sont les avantages des tissus muraux ?

Souvent comparés au papier peint, les tissus sont des revêtements muraux plus résistants et offrent un rendu plus raffiné ainsi qu’un choix de textures et de motifs plus important. Esthétiques, ils sont un véritable élément de décoration murale qui conférera à votre intérieur une ambiance chaleureuse et intimiste.

Parmi les multiples avantages des tissus muraux figurent :

  • l’isolation thermique et sonore, notamment avec le tissu tendu qui peut détenir des propriétés thermiques et absorber les vibrations sonores tel un tissu acoustique ;
  • la facilité d’entretien ;
  • une longue durée de vie pouvant dépasser les 10 ans en fonction de la qualité du tissu mural choisi ;
  • une pose sans raccord qui agrandira votre pièce dans le cas du tissu tendu.

Pour un entretien plus simple et un résultat toujours optimal, nous vous conseillons de choisir des revêtements muraux ayant un double traitement antitaches et anti-poussière.

Comme les moquettes murales, les tissus muraux sont vivement déconseillés aux personnes souffrant d’allergies. Il est alors préférable de se tourner vers la peinture murale ou un type de papier peint vinyle adapté à votre pièce.

5

Quels sont les repères de qualité pour ces matériaux ?

La résistance des tissus au feu est un critère déterminant lors du choix de vos revêtements, que vous soyez en collectivité ou dans un logement particulier.

Le classement M

En France, la norme NF P 92.507 impose un classement des tissus en fonction de leur réaction au feu, c’est-à-dire de leur aptitude à s’enflammer et à contribuer au démarrage et à la propagation d’un incendie.

Elle classe les revêtements de M0 pour les matériaux incombustibles à M5 pour ceux considérés comme très facilement inflammables :

  • M0 « incombustibles »
  • M1 « non inflammables »*
  • M2 « difficilement inflammables »
  • M3 « moyennement inflammables »
  • M4 « facilement inflammables »
  • M5 « très facilement inflammables »

Le label Oeko Tex Standard 100

Le label Oeko-Tex garantit que le produit textile testé est non nocif pour la santé et la peau des personnes avec qui il entre en contact.

Un textile peut être certifié Oeko-Tex dans deux cas de figure :

  • s’il ne contient aucun produit chimique nocif ;
  • s’il en contient dans d’infimes quantités, bien en-deçà des seuils (très stricts) fixés par le label, ne représentant ainsi aucun danger pour la santé.

L’étiquette environnementale

Suivant le même principe que l’étiquette énergie, les fabricants doivent afficher depuis le 1er janvier 2012 les niveaux d’émission en polluants volatils de tous les produits de construction et de décoration allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions).

Cette étiquette sanitaire vous permet de limiter les niveaux de pollution dans l’air de votre logement en vous indiquant les matériaux les plus sains.

Bien choisir vos équipements & matériaux

Découvrez nos autres fiches

Voir tous nos guides
Voir tous nos guides

Pour aller plus loin

Rénovation

À lire aussi

Guides et fiches pratiques

1/3

Vous rénovez votre logement ?

  • De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?
  • Quels matériaux et équipements choisir ?
  • Comment trouver des professionnels de confiance ?
2/3

Vous allez devenir propriétaire ?

  • Ancien, neuf, sur plan : comment se décider ?
  • Que regarder lors d’une visite ?
  • Quels documents obligatoires, à quoi servent-ils ?
3/3

Vous construisez une maison ?

  • Comment trouver un terrain ?
  • Quelles démarches administratives et quelles assurances ?
  • Comment suivre au mieux les travaux ?
close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez chaque mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.