Bien visiter
Au sommaire :
Électricité : que devez-vous vérifier lors d’une visite de logement ?

Électricité : que devez-vous vérifier lors d’une visite de logement ?

L’installation électrique d’un logement est importante pour votre sécurité, mais aussi pour votre confort. Vérifier sa conformité dans votre futur logement constitue une étape à ne pas négliger, aussi bien en vue d’un achat que d’une location. Nos experts vous guident dans votre visite et vous indiquent quels sont les différents points à contrôler.

Réussisez toutes vos visites grâce à nos check-lists interactives !

Visite d'un appartement Visite d’une maison
1

Quelles sont les premières choses à demander sur l’électricité lors de votre arrivée sur place ?

S’il s’agit d’un achat et si le logement a été construit il y a plus de quinze ans, le propriétaire est tenu de vous remettre un diagnostic électrique. Il s’agit d’une obligation réglementaire. Réalisé par un professionnel certifié, ce document est essentiel, car il évalue l’état de l’installation électrique et détermine si elle présente des risques pour la sécurité des personnes. Lorsque c’est le cas, il indique quels travaux sont à prévoir.

7 questions pour bien comprendre le diagnostic électrique

Documents
2

Que devez-vous contrôler au niveau du tableau électrique et du circuit électrique ?

Situé après le disjoncteur principal et, la plupart du temps, à proximité du compteur, le tableau électrique est un boîtier qui comporte le point de départ des circuits d’alimentation électrique du logement. C’est un équipement extrêmement important. Prenez le temps de vérifier un certain nombre de points :

  • Vérifiez son bon état général : l’ensemble des installations électriques de votre logement en dépend.
  • Tous les départs doivent être correctement identifiés à l’aide d’une étiquette qui mentionne clairement la pièce du logement ou les terminaux qu’ils alimentent.
  • Le tableau doit posséder une porte et pouvoir se fermer correctement.
  • Chacun des départs du tableau doit être équipé d’une protection. Il peut s’agir d’un disjoncteur ou d’un fusible.
  • Le tableau doit contenir un disjoncteur différentiel, qui assure votre sécurité en cas de fuite de courant ou de surcharge.
  • Il doit y avoir une barrette de mise à la terre.
  • Vérifiez également qu’il y a une réserve de place, qui vous permet, si besoin, d’ajouter des départs d’alimentation supplémentaires dont vous pourriez avoir besoin en cas de réaménagement du logement.

Quelle est la différence entre un disjoncteur et un fusible ?

Ces deux systèmes de sécurité servent de protection en cas de surcharge électrique, de surintensité ou d’accident. Ils protègent les installations électriques mais aussi les usagers des risques d’électrocution. Leur usage est différent. En cas d’incident, le disjoncteur est composé d’une gâchette qui s’enclenche automatiquement et provoque une coupure de courant. Elle ne subit aucun dommage et peut donc être immédiatement réarmée. Le fusible ne sert qu’une fois. S’il saute, il doit être remplacé par un fusible neuf.

L’état du tableau électrique donne une bonne indication de l’état général de l’installation.  

Une fois que ces premières constatations ont été faites, prenez le temps d’observer le circuit électrique dans son ensemble. Est-il en bon état ? Idéalement, les câbles doivent être cachés dans des plinthes ou des goulottes en matière isolante et ne pas être apparents. Veillez à ce que les fils électriques ne soient pas fixés au mur sans protection. Si l’équipement électrique du logement ne respecte pas ces critères, il se pourrait qu’il ne soit pas aux normes en vigueur. Des travaux seront peut-être nécessaires.

Comment bien faire rénover l’électricité de votre logement  ?

Guide de rénovation
3

Prises et interrupteurs : que faut-il vérifier ?

Pour les logements neufs, la norme NF C15-100 prévoit qu’un nombre minimum de prises fixes soit installé dans chaque pièce de vie. Cette norme garantit le bon fonctionnement de votre installation. C’est un bon indicateur pour estimer le nombre de prises que vous devez trouver dans le bien visité :

  • dans les chambres, trois prises de courant 16A + T réparties dans la pièce
  • pour le séjour, un socle de prise de courant 16A + T par tranche de 4m2 de surface répartis en périphérie avec un minimum de 5 prises de courant 16A + T
  • dans la cuisine, au moins 6 prises de courant 16A+T non spécialisées
  • dans les autres pièces de plus de 4m2, hors WC et pièces d’eau, une prise de courant 16A + T

Les logements construits avant 2005 n’ont pas été soumis à ces exigences. Recensez le nombre de prises et comparez-les aux critères définis par la norme NF C15-100 mentionnée plus haut. Ne négligez pas ce point lors de votre visite et assurez-vous que les pièces de vie soient équipées du nombre de prises de courant fixes nécessaires pour couvrir les besoins en alimentation électrique des appareils de la vie de tous les jours.

Dans un souci de praticité et de sécurité, gardez en tête qu’il est préférable de ne pas avoir recours aux multiprises. Cela vous évitera d’avoir des fils qui traînent. Mais au-delà des considérations esthétiques, ces prises peuvent aussi entraîner des surtensions.

  • Vérifiez le type de prise de courant

Vérifiez que les prises de courant sont bien des 16A équipées d’une broche de terre, et qu’elles sont solidement fixées aux murs et aux cloisons. Attention : il arrive que les prises de courant soient équipées d’une broche de terre, mais que celle-ci ne soit pas reliée à la terre. Cela sera indiqué dans le diagnostic électrique.

  • Assurez-vous de la bonne installation des prises de courant et des interrupteurs de commande

Ils doivent être correctement fixés au mur et ne présenter aucun signe de vétusté. Auquel cas, des travaux devront être entrepris pour les mettre aux normes.

  • Vérifier l’emplacement des interrupteurs

Pour des raisons de confort et de sécurité évidentes, les interrupteurs de commandes d’éclairage doivent être facilement accessibles depuis les accès, en particulier près de la porte d’entrée. Assurez-vous que les prises commandées par interrupteur sont bien fonctionnelles.

Dans la salle à manger, regardez s’il existe un interrupteur qui commande un éclairage zénithal. Ce type d’éclairage, pratique et confortable, offre une lumière optimale sur une table à manger par exemple.

4

Cuisine : que devez-vous observer dans cette pièce ?

Prenez votre temps dans la cuisine, car c’est la pièce du logement qui comporte le plus d’équipements nécessitant une alimentation électrique importante. Chaque appareil électroménager de forte puissance doit être alimenté par un circuit spécifique, dit « spécialisé ».

Au moins quatre circuits spécialisés doivent être prévus :

  • un circuit pour la cuisinière (32A en monophasé ou 20A en triphasé) et/ou le four,
  • trois circuits en 16A pour le lave-vaisselle, le lave-linge et le réfrigérateur.

Vous pouvez vérifier ces informations sur le tableau électrique. Veillez à ce que les départs soient clairement identifiés.

  • Pensez également aux petits équipements électroménagers que vous allez disposer sur votre plan de travail : grille-pain, cafetière, bouilloire, robot électroménager… Ils nécessitent tous une alimentation électrique !

Afin de rendre cet espace fonctionnel, veillez à ce que la cuisine comporte suffisamment de prises de courant pour les alimenter individuellement. Autrement, vous risquez de devoir débrancher et rebrancher constamment vos équipements. La réglementation impose au moins 6 prises de courant 16A+T non spécialisées, dont quatre sont à répartir au-dessus des plans de travail.

  • Électricité et eau ne font pas bon ménage

Prenez garde à ce que les prises de courant ne soient pas implantées au-dessus d’un bac à évier ou à proximité immédiate des plaques de cuisson. Elles doivent être décalées d’au moins 60 centimètres par rapport au point d’eau.

  • La cuisine doit comporter au moins une prise dédiée à l’éclairage, qu’il s’agisse d’un éclairage central, d’une applique ou d’une prise commandée.

Le tableau électrique est une fois de plus votre référence et vous permet de vérifier que cette exigence est respectée.

Dans les logements neufs, les points d’éclairage doivent impérativement être équipés d’un socle DCL (ou Dispositif de Connexion Luminaire). Ce dispositif, qui permet le raccordement du luminaire par simple branchement, constitue une protection efficace contre les risques d’électrocution.

5

Salle de bain : à quoi faut-il veiller pour l’électricité ?

  • Faites attention à la protection électrique

Dans les pièces d’eau, l’électricité peut représenter un vrai danger. Soyez particulièrement vigilants quant à la sécurité et à la qualité de l’installation électrique dans la salle de bain.

Qu’il s’agisse d’une salle de bain ou d’une salle d’eau, elle doit comporter une liaison équipotentielle raccordée au bornier de terre du tableau : cette liaison sert à mettre à la terre les éléments conducteurs de la pièce simultanément accessibles par une personne.

Vous pouvez trouver cette information dans le diagnostic électrique si le propriétaire l’a mis à votre disposition. A défaut, vous pouvez contrôler cette information au niveau des canalisations d’eau métalliques ou des huisseries métalliques apparentes de la salle de bain. Elles doivent être reliées au sol à l’aide d’un fil de terre – habituellement jaune et vert – et d’un collier de mise à la terre.

Tous les circuits de l’installation électrique, a fortiori ceux alimentant la salle de bain, doivent être protégés par des dispositifs différentiels à haute sensibilité (30mA). Cette information est vérifiable au niveau du tableau électrique.

  • Respectez la localisation des prises et équipements

Autour de la baignoire et de la douche, la norme NF C15-100 définit quatre volumes, ou zones de sécurité. Elles déterminent les différentes caractéristiques de protection des matériels et appareillages électriques en fonction de leur proximité avec des points d’eau.

Le lave-linge et le sèche-linge ne sont autorisés qu’à une distance réglementaire de la baignoire. Ils doivent se trouver dans un espace séparé d’au moins 60 centimètres de la baignoire ou du receveur de douche afin de se trouver en dehors de la zone de projection d’eau.

6

Locaux techniques : les points à vérifier pour l’électricité

Si le logement comporte des locaux techniques (caves, garages, ateliers…), vérifiez que l’installation électrique est suffisante pour l’utilisation que vous allez en faire : des équipements fixes installés dans ces locaux, comme les chaudières, et les besoins d’équipements particuliers, comme les outils de bricolage par exemple. Lors de la visite, ayez bien en tête vos besoins spécifiques pour vérifier que tout est OK ou que des travaux seront à prévoir.

  • Contrôlez que les caractéristiques des circuits correspondent bien à l’usage qu’on souhaite en faire dans les locaux techniques

Si les câbles sont apparents, ils doivent être protégés par des conduits continus dans lesquels les fils électriques ou conducteurs passent. Ces conduits sont fixés au mur ou au sol.

  • Regardez si le local technique comporte des alimentations spécifiques

Certains équipements comme les outils de bricolage ou de jardinage avec une forte puissance peuvent nécessiter une alimentation par prise triphasée. Afin de savoir s’il s’agit d’un réel besoin, regardez ce qui est indiqué sur les appareils que vous utilisez : cette information y figure. Si vous êtes dans ce cas, assurez-vous que le logement est bien équipé de ce type de prise. Si les locaux sont susceptibles d’être lavés à l’eau, vérifiez également que les prises de courant situées près du sol sont bien étanches.

Pour aller plus loin

Eclairage

À lire aussi

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.