Bien visiter
Au sommaire :
Que faut-il contrôler dans les parties communes d’un immeuble lors d’une visite ?

Que faut-il contrôler dans les parties communes d’un immeuble lors d’une visite ?

Si le logement est situé dans un immeuble, le contrôle des parties communes est presque aussi important que la visite de l’appartement. Des parties communes en bon état sont signe d’un bon entretien par les copropriétaires et le syndic. A contrario, si elles sont dégradées, cela peut être le signe de travaux à engager dans un avenir proche. Une inspection minutieuse des parties communes est donc indispensable. Que faut-il vérifier durant votre visite ? Nos experts vous guident.

Réussisez toutes vos visites grâce à nos check-lists interactives !

Visite d'un appartement Visite d’une maison
1

Dans l’entrée et les couloirs, à quoi devez-vous prêter attention ?

L’entrée de l’immeuble est la première chose que l’on voit en arrivant, cette première impression – positive ou négative – est souvent déterminante pour la suite de la visite.

En pénétrant dans l’immeuble, commencez par observer l’état général de l’entrée, du hall, des escaliers, et des couloirs.

  • Sont-ils bien nettoyés ?
  • Et vous donnent-ils le sentiment que la copropriété est correctement entretenue ?

Le soin apporté à ces espaces en dit souvent long sur l’immeuble lui-même !

Dans les parties communes, les revêtements de sol et muraux sont très sollicités, en raison de la fréquence des passages.

Regardez-les avec attention :

  • Sont-ils en bon état ?
  • Ont-ils été rénovés ou remis à neuf ?
  • Ou bien la vétusté a-t-elle juste été dissimulée par des travaux superficiels ?

Une inspection attentive vous permettra d’en avoir le cœur net, et d’estimer si des frais de remise en état sont à prévoir. N’hésitez pas à demander les comptes rendus des assemblées générales de la copropriété : ce sont de véritables mines d’informations.

Analyser aussi l’état de la boîte aux lettres portant le numéro de l’appartement :

  • Vous semble-t-elle bien sécurisée ?
  • L’accès se fait-il en partie intérieur de l’immeuble et donc accessible seulement pour les copropriétaires ?
  • Ferme-t-elle correctement ?

Un hall d’immeuble bénéficiant de belles proportions et de matériaux de qualité sera plus agréable et sécuritaire et représentera aussi un atout au moment de la revente ou de la mise en location de votre appartement. Notez que, si l’immeuble est récent, il doit respecter l’obligation d’accès pour les personnes à mobilité réduite  !

Vous devez vérifier le niveau de luminosité, ainsi que le mode de déclenchement des luminaires. L’éclairage des parties communes dans l’entrée et les couloirs contribue à la qualité esthétique de l’immeuble, tout comme à la sécurité des habitants.

  • Les parties communes sont-elles bien éclairées ?
  • Par de simples interrupteurs ? Des détecteurs de présence ont-ils été installés ? Si oui, où ont-ils été posés ?

Regardez quel type de revêtement a été posé dans les zones de circulation et les escaliers. Au-delà de l’aspect esthétique, celui-ci peut avoir une incidence sur le confort acoustique. Si c’est un sol en carrelage qui a été posé dans le couloir menant à l’appartement, vous pourriez être gêné par le bruit, sauf si un traitement acoustique sous carrelage a été prévu.

Comment savoir si l’électricité est aux normes ?

Concernant l’électricité dans les parties communes, assurez-vous que la distribution électrique est en bon état. Si des câbles sont présents dans l’entrée et les couloirs, ils doivent normalement être placés sous goulottes. A défaut, de travaux de mise en conformité seront à prévoir dans le futur proche de la copropriété.

2

Dans l’immeuble, que devez-vous vérifier au niveau des équipements de sécurité ?

Dans les moyennes et grandes copropriétés, il est conseillé de mettre en place des équipements de sécurité  pour limiter et contrôler l’accès à l’immeuble.

Dans l’entrée, regardez si vous voyez un système de contrôle : 

  • Si c’est le cas, de quel type de système s’agit-il ? D’un simple interphone ou d’un digicode ? Ou bien est-ce un système plus sophistiqué avec un contrôle par badge ? S’agit-il d’un visiophone ?
  • Y a-t-il un système de vidéo-surveillance sur place ? Si oui, comment fonctionne-t-il ? Dans quelles zones de la résidence les caméras ont-elles été déployées ? Couvrent-elles tous les accès à l’immeuble ou juste l’entrée principale ?

Le système le plus efficace en matière de contrôle d’accès repose sur le principe du sas, avec un 1er dispositif de sécurité au niveau de la rue puis un 2ème pour accéder aux parties communes. Dans ce cas, les boîtes aux lettres sont placées à l’intérieur du sas.

3

Et s’il y a un ascenseur, que devez-vous contrôler ?

L’immeuble que vous visitez est peut-être équipé d’un ascenseur. Saviez-vous qu’il est obligatoire dans les bâtiments neufs d’au moins trois étages (contre quatre auparavant) ?

Commencez par demander des renseignements sur le dernier diagnostic : des travaux obligatoires de mise en conformité doivent-ils être menés pour satisfaire les exigences de sécurité ? Dans l’éventualité où des travaux ont été votés lors de l’assemblée de copropriétaires, quels sont les frais prévisibles qui devront être assumés ?

Prenez l’ascenseur, puis regardez son état général : 

  • La cabine est-elle dégradée ?
  • Les luminaires sont-ils fonctionnels ?

Pour être conforme, un ascenseur doit avoir deux fermetures : une sur le palier et une rattachée à la cabine. Celle de la cabine doit être coulissante, horizontalement et automatiquement. Si ce n’est pas le cas, une mise aux normes va s’imposer aux copropriétaires et donc impliquer un surcoût pour les nouveaux arrivants. Si l’ascenseur est ancien, il est possible de ne pas avoir à remplacer les portes battantes par des portes coulissantes : elles ne sont obligatoires que si cela permet l’accessibilité des personnes en fauteuil roulant.

S’il n’y a pas d’ascenseur, demandez si le projet d’en installer un a été évoqué au cours d’une assemblée générale des copropriétaires. Selon la configuration de l’immeuble, il est parfois possible de placer un ascenseur au sein de la cage d’escalier ou dans une cour intérieure. Renseignez-vous sur les projets relatifs à cet équipement car ce sont des travaux coûteux… N’oubliez pas qu’ils contribuent aussi à accroître la valeur du logement !

4

Que devez-vous vérifier dans le local à poubelles ?

Dans un immeuble d’habitation, le lieu de stockage des déchets doit respecter un certain nombre de règles imposées par la loi, pour des raisons d’hygiène !

Vérifiez que le local est propre, comme les conteneurs qui y sont installés. 

  • Le local à poubelles doit être clos et ventilé pour éviter les infestations de rongeurs ou d’insectes, et ses portes doivent pouvoir se fermer de manière hermétique.
  • Assurez-vous qu’il comporte un poste de lavage et un système d’évacuation des eaux pour permettre son entretien par le gardien ou un personnel extérieur.
  • Veillez à ce que le local ne communique pas directement avec d’autres lieux affectés à l’habitation ou avec le local de remisage des biens des occupants (vélos, poussettes…).

Il est possible que l’architecture soit incompatible avec l’installation d’un local à poubelles. Dans ce cas, l’immeuble doit à minima être équipé de bacs à ordures, placés de façon à gêner le moins possible les habitants. Là encore, vérifiez qu’un point d’eau et une évacuation des eaux sont présents pour leur entretien.

5

Que faut-il observer dans le local vélo ?

Dans l’annonce de vente ou de mise en location, il est précisé si l’immeuble est doté ou pas d’un local vélo. Si c’est le cas et si le règlement de copropriété vous y autorise, vous pourrez y entreposer votre vélo ou poussette. C’est aussi la garantie de ne pas voir les parties communes encombrées. La présence d’un local vélo est d’ailleurs obligatoire dans les bâtiments neufs !

  • Vérifiez que le local dispose d’un toit et qu’il est correctement sécurisé car ce n’est pas toujours le cas : votre vélo sera ainsi protégé des intempéries et des vols.
  • Assurez-vous que le local est bien éclairé, idéalement couvert par une des caméras de surveillance de l’immeuble. Veillez également à ce qu’il soit équipé de dispositifs fixes permettant d’attacher les vélos, pour renforcer la sécurité et éviter l’effet domino si l’un d’entre eux vient à tomber.

Pour aller plus loin

Achat

À lire aussi

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.