Que faut-il savoir sur le revêtement de sol stratifié ?

Vous rénovez ou faites construire votre logement et souhaitez y poser un revêtement de sol stratifié ? De sa composition à sa pose, apprenez-en plus sur le revêtement de sol stratifié pour bien choisir celui que vous installerez chez vous, avec l’aide d’un professionnel.

Au sommaire :
Que faut-il savoir sur le revêtement de sol stratifié ?
1

Qu’est-ce qu’un revêtement de sol stratifié ?

Doté généralement d’un aspect de type « parquet en bois », le revêtement en stratifié est un bon compromis au véritable parquet car il est plus facile à poser et moins onéreux.

Il se présente sous la forme de lames ou de dalles et se pose de manière flottante sur le plancher. Attention toutefois à ne pas le confondre avec du parquet flottant, qui est simplement la pose d’un parquet en bois ou stratifié par assemblage mécanique sans colle, ou de la dalle flottante qui constitue un système de construction assurant l’isolation acoustique du plancher.

2

Quelle est la composition d’un revêtement de sol stratifié ?

S’il imite parfaitement le bois, le sol stratifié est en réalité un parement constitué d’une succession de feuilles de différentes matières :

  • un panneau de particule de bois servant de support,
  • un contreparement en composite,
  • une fine feuille imprimée d’un décor sur la face visible,
  • une couche de protection ou d’usure transparente.

Ce procédé fait du sol stratifié un revêtement très résistant et facile d’entretien. Une microfibre et une serpillière humide suffisent pour le nettoyer.

3

Choisir votre revêtement de sol stratifié : les repères de qualité

L’indice UPEC

Le classement UPEC vous aide à vérifier que le sol stratifié que vous avez repéré pour votre logement corresponde bien aux pièces où il doit être installé.  Quatre critères sont pris en compte :

  • U pour « usage ». Basé sur une échelle de 2 à 4, il détermine le taux d’usure du sol. Il est par exemple de 2 pour les locaux privatifs à trafic normal, 2S lorsque le trafic est important, 3 pour les locaux collectifs à trafic normal et de 4 pour un fort trafic.
  • P pour « poinçonnement » par le mobilier ou la chute d’objets. Basé également sur une échelle de 2 à 4, il vous permettra de choisir votre sol selon la fonction de l’espace (de l’habitation privée où il y a peu d’objets lourds mobiles au hangar industriel où des engins lourds peuvent circuler).
  • E correspond à la tenue de l’eau. Cet indice va de 1 à 3 en fonction du taux d’humidité de votre pièce (de la simple humidification pour entretien à la présence d’eau fréquente, dans une cuisine ou des sanitaires).
  • C pour la résistance aux agents chimiques. Allant de 0 à 3, il correspond à l’utilisation fréquente ou occasionnelle de produits ménagers. 0 signifie que la présence de produits est normalement absente, le risque de tâche n’est toutefois jamais nul. La catégorie 3 s’adresse, elle, aux locaux où des produits chimiques particuliers sont fréquemment utilisés (locaux industriels).

Pour connaître le classement UPEC des revêtements de sol en fonction des locaux, consultez le tableau du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.

Les normes françaises

Deux normes sont essentielles pour choisir votre revêtement stratifié :

  • La classe d’usage ou norme XPB 53-669. Elle est déterminée par le temps d’usure de la surface en fonction des performances du revêtement de sol et de la nature des locaux de destination. Elle prend en compte quatre épaisseurs de couche d’usure et quatre niveaux de dureté des matériaux : de 21 à 31 pour un usage modéré (domestique), 22 à 32 pour un usage général (commercial), 23, 33 et 34 pour un usage élevé (industriel).
  • La norme française NF P 92 507 concerne, elle, la réaction au feu d’un sol. Elle caractérise ainsi l’inflammabilité d’un matériau, c’est-à-dire sa capacité à s’enflammer et à favoriser le démarrage et le développement du feu. Définie par l’arrêté du 21 novembre 2002, elle catégorise les revêtements en M3 (combustible et moyennement inflammable) et M4 (combustible et facilement inflammable).

Si les deux catégories conviennent très bien pour les logements individuels, seuls les matériaux M4 peuvent être utilisés pour les immeubles de grande hauteur.

L'épaisseur

Prêtez également attention à la densité des lames. Elle doit être minimum de 800 kg/m3 avec une épaisseur d’au moins 7 mm pour un bon confort de marche. Si vous souhaitez choisir un revêtement de sol stratifié au-delà de 8 mm d’épaisseur, il vous faudra sûrement détalonner les portes. Autrement dit, les raccourcir pour éviter les frottements et pouvoir ouvrir et fermer les portes. Cet espace vide sous la porte permet également à l’air de circuler dans le logement, ce qui est essentiel pour évacuer les polluants et conserver une bonne qualité de l’air chez vous.

Assainir l’air de votre logement : 8 conseils

Conseils au quotidien

L’isolation phonique

Concernant le confort acoustique, une sous-couche acoustique doit être obligatoirement posée sous votre sol stratifié afin de garantir une bonne isolation aux bruits de chocs. La nouvelle réglementation acoustique (NRA) précise que le bruit d’impact de la chute d’un objet ou d’un choc ne doit pas dépasser les 58 décibels (55 dB avec la certification NF Habitat) entre deux pièces de logements différents.

Voisin bruyant : que faire ?

Conseils au quotidien
4

Quels sont les risques du revêtement stratifié pour la santé ?

En raison de leur impact sur la santé, il convient d’être attentif aux émissions de polluants dans l’air intérieur émanant du revêtement et de sa colle. En France, depuis janvier 2012 l’étiquette sanitaire est obligatoire pour les matériaux de construction et de décoration. Elle permet de choisir vos matériaux en fonction de leur impact sanitaire en indiquant distinctement leur niveau d’émissions en composés organiques volatils (COV). Le niveau d’émission est indiqué par une classe allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions).

Le saviez-vous ?

En France, le marquage CE et toutes les exigences qui en découlent sont obligatoires pour les parquets et les sols stratifiés. Il oblige le fabricant à renseigner sur le parquet ou son emballage les informations suivantes : classement de réaction au feu, émissions de formadéhydes, émissions de pentachlorophénol, résistance mécanique, glissance, conductivité thermique, durabilité.

5

A quoi devez-vous veiller lors de la pose du revêtement de sol stratifié par un professionnel ?

 

L’avantage du revêtement de sol stratifié est qu’il se pose très facilement et dans n’importe quelle pièce. Nous vous conseillons cependant de faire appel à un professionnel comme le solier-moquettiste ou le parqueteur pour une bonne installation de votre revêtement de sol stratifié dans votre logement.

 

Voici les points auxquels vous devrez veiller lors de la pose :

  • Pour garantir sa bonne tenue, le revêtement en stratifié doit être posé sur une surface parfaitement plane, saine, sèche et propre. Évitez donc le recouvrement de moquette avec du stratifié !
  • Sauf avis contraire sur la fiche technique, la longueur cumulée des lames ne doit pas excéder 10 m sans fractionnement. Le jeu entre les dalles, lui, doit être compris entre 10 et 20 mm et recouvert d’un habillage cohérent avec le revêtement, par exemple une baguette en bois.
  • Il est aussi nécessaire de prévoir une plinthe en périphérie de la pièce, à coller ou visser. N’oubliez pas également de faire installer une sous-couche acoustique, obligatoire pour garantir une bonne isolation aux bruits entre les étages.
  • Enfin, une fois la pose terminée, ne cirez, vernissez ou huilez surtout pas votre revêtement en stratifié ! Ce dernier possède déjà une couche de protection transparente pour freiner son usure et faciliter son entretien.

 

Pour aller plus loin

À lire aussi

Guides et fiches pratiques

1/3

Vous rénovez votre logement ?

  • De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?
  • Quels matériaux et équipements choisir ?
  • Comment trouver des professionnels de confiance ?
2/3

Vous allez devenir propriétaire ?

  • Ancien, neuf, sur plan : comment se décider ?
  • Que regarder lors d’une visite ?
  • Quels documents obligatoires, à quoi servent-ils ?
3/3

Vous construisez une maison ?

  • Comment trouver un terrain ?
  • Quelles démarches administratives et quelles assurances ?
  • Comment suivre au mieux les travaux ?
close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez chaque mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.