Lutter contre les invasions de mérule : prévention et traitement

La mérule est un champignon qui s’attaque aux boiseries des habitations. Si on ne s’en occupe pas, il peut être très destructeur et faire de nombreux dégâts aux éléments en bois. Comment détecter un début de mérule chez vous et que faire pour le traitement de la mérule ?

Au sommaire :
Lutter contre les invasions de mérule : prévention et traitement

Qu’est-ce que la mérule et à quoi ressemble-t-elle ?

La mérule (aussi appelée mérule pleureuse, mérule pleureur ou Serpula lacrymans) est un champignon dit lignivore, c’est-à-dire qu’il se nourrit de bois. Il s’agit du champignon le plus dangereux pour un habitat, car il peut détruire toutes les boiseries et se développe rapidement si les conditions sont favorables (endroits humides). Généralement, la mérule s’attaque d’abord à la charpente en bois, pour ensuite se développer sur les autres boiseries comme les plinthes, parquets, escaliers, poutres, planchers… En se nourrissant du bois, le plus souvent du bois résineux, elle le fragilise et peut même aller jusqu’à le détruire par pourriture et effritement.

Comment détecter la mérule ?

Tout d’abord, pour la détecter, il convient de savoir à quoi elle ressemble. La mérule peut avoir deux aspects différents, selon si l’endroit contaminé est plutôt sombre ou clair. Dans un endroit sombre, la mérule a un aspect blanc, cotonneux, comme des moisissures et sa taille dépend de son développement.

Dans un endroit éclairé, elle sera toujours circulaire, elle aura un aspect plus consistant, et sera de couleur brune ou rougeâtre avec des contours blancs. Il est bon de savoir que la mérule se développe uniquement dans les endroits humides.

Certains indices indiquent la présence de mérule chez vous :

  • les pièces de bois de votre habitat, quelle que soit leur essence, ont un toucher cotonneux ou sont couvertes de filaments blancs,
  • le bois se ramollit voire se casse,
  • le bois devient plus brun,
  • les éléments en bois se déforment (plinthe, poutre, cadre de porte…),
  • vous sentez une odeur de champignon et d’humidité.

Les zones géographiques les plus concernées

En France métropolitaine, la mérule se développe de manière inégale. Certaines zones sont plus sujettes à la contamination. Ces zones sont définies par des arrêtés préfectoraux régulièrement mis à jour. En 2021, les départements les plus à risque étaient :

  • l’Aisne (02)
  • l’Aube (10)
  • le Finistère (29)
  • le Jura (39)
  • la Moselle (57)
  • le Puy-de-Dôme (63)
  • le Haut-Rhin (68)
  • le Rhône (69)
  • la Seine-Maritime (76)
  • les Deux-Sèvres (79)
  • la Somme (80)

Comment prévenir l’apparition de la mérule ?

Vous habitez dans une zone à risque ? Pas d’inquiétude. Bien qu’il n’existe pas de traitement préventif à proprement parler, il y a des actions à mettre en place pour empêcher l’apparition de mérule. L’environnement qui favorise le développement de ce champignon est :

  • une teneur en eau du bois supérieure à 30 %,
  • un taux d’humidité dans l’air supérieur à 60 %,
  • de la pénombre,
  • une température comprise entre 20° et 30°C,
  • la présence de bois (résineux, feuillus, etc.).

Pour éviter que votre logement se trouve dans ces critères favorables à la mérule, il est important de respecter et de contrôler le fonctionnement du bâti, notamment en termes de ventilation et d’isolation thermique (lutte contre les ponts thermiques et le phénomène de condensation). À titre préventif, il est également indispensable d’aérer quotidiennement les pièces pour évacuer l’humidité résiduelle.

La mérule peut déjà être présente dans un logement, mais être en veille. Elle se développera uniquement si le logement atteint un certain niveau d’humidité.

Pour surveiller et entretenir le bâtiment, il convient de porter une attention particulière à certaines zones stratégiques :

  • chaque étage de la maison (du sous-sol aux combles)  : pour identifier des bouches de ventilation cassées ou obstruées, des joints de douche à refaire, des fuites d’eau ou des infiltrations,
  • les abords de la maison ou de l’immeuble : notamment la présence de végétaux, un mauvais état des égouts, etc. qui peuvent favoriser la pénétration d’humidité dans le bâti,
  • le toit  : présence de mousse, tuiles cassées, cheminée fissurée, un mauvais écoulement des eaux pluviales…
  • les façades  : salissures, fissures, enduit extérieur endommagé ou encore gouttière cassée.

Bien entretenir les façades, gouttières et toitures de votre maison

Conseils au quotidien

Si vous faites ces vérifications régulièrement (au moins une fois par an et après de grosses intempéries) et les réparations nécessaires, vous réduisez déjà grandement le risque de développement de mérule chez vous, car vous prévenez la présence d’un taux d’humidité trop élevé.

Que faire en cas de suspicion ou de détection de la mérule ?

Si vous suspectez la présence de mérule chez vous, il est nécessaire de mettre en place une vérification pour voir si un traitement du bois est nécessaire :

  • Choisissez un diagnostiqueur certifié qui a des compétences en pathologie du bois, pour confirmer la présence de mérule. Généralement, les diagnostiqueurs habilités à détecter la présence de termites ont, plus largement, une formation au diagnostic parasitaire couvrant l’ensemble des insectes xylophages et des champignons dont la mérule. Pour en savoir plus, consultez notre article sur le diagnostic de la mérule dans l’habitat.
  • Ensuite, si le diagnostiqueur confirme la présence de mérule, vous avez l’obligation de prévenir la mairie de votre commune en faisant une déclaration. Cette obligation est définie par la loi Alur. Par courtoisie, il est également convenu de prévenir vos voisins, surtout dans le cas d’un immeuble en copropriété.
  • Puis, pour identifier l’intégralité des zones infestées par le champignon et connaître les étapes à effectuer pour assurer la conservation du bâti, il faut faire appel à un expert ou un bureau d’études qui va déterminer les mesures à prendre grâce à un contrôle complet du bâtiment avec dépose et démontage de certains éléments. Cet expert détermine ainsi les ouvrages en bois à renforcer, éliminer ou remplacer et définit les mesures complémentaires à appliquer comme des travaux d’assainissement ou des mesures d’assèchement, etc.
  • Avec les recommandations de cet expert, vous allez pouvoir contacter des entreprises spécialisées pour réaliser les travaux.

Comment bien gérer votre chantier de rénovation ?

Guide de rénovation

Comment traiter la mérule dans votre logement ?

Le traitement de la présence de mérule dans votre logement dépend des circonstances et de l’importance de l’infestation. C’est pourquoi il est important de faire appel à un expert pour déterminer les actions à réaliser en fonction du cas particulier de votre logement. Vous devez ensuite solliciter des professionnels spécialisés.

  • Dans un premier temps, il faut supprimer l’excès d’humidité. En fonction de la source du problème (infiltration directe de la pluie, condensation, humidité provenant du sol), cela va consister à reboucher les fissures, à réparer les fuites ou encore à installer ou changer le système de ventilation. Une amélioration de l’isolation peut également être pertinente pour lutter contre les remontées capillaires, les ponts thermiques et la condensation.
  • Ensuite, il faut assécher le bâtiment par ventilation naturelle, par chauffage ou bien par déshumidification.
  • Après, il est nécessaire de réparer ou de remplacer les bois dégradés.
  • Pour une infestation importante, il est parfois recommandé d’accélérer la mort des champignons sans attendre l’asséchement du logement. Il faut alors faire appel à une entreprise spécialisée qui va mettre en place un traitement curatif avec l’injection d’un produit fongicide chimique ou un traitement par air chaud.

Une fois la mérule éradiquée, il est important de continuer à entretenir le logement et surveiller le taux d’humidité pour que l’environnement ne soit plus favorable au développement de ce champignon.

Découvrez également nos conseils pour se débarrasser du poisson d’argent, un parasite qui adore lui aussi l’humidité.

Pour aller plus loin

Choix matériaux Entretien

À lire aussi

Guides et fiches pratiques

1/3

Vous rénovez votre logement ?

  • De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?
  • Quels matériaux et équipements choisir ?
  • Comment trouver des professionnels de confiance ?
2/3

Vous allez devenir propriétaire ?

  • Ancien, neuf, sur plan : comment se décider ?
  • Que regarder lors d’une visite ?
  • Quels documents obligatoires, à quoi servent-ils ?
3/3

Vous construisez une maison ?

  • Comment trouver un terrain ?
  • Quelles démarches administratives et quelles assurances ?
  • Comment suivre au mieux les travaux ?
close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez chaque mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.