La VMC simple flux : fonctionnement, avantages, entretien

Qu’est-ce qu’une ventilation mécanique contrôlée (VMC) ? À quoi sert une VMC simple flux ? Quelles sont les caractéristiques de ce système de renouvellement de l’air ? Quelle est la différence entre une ventilation simple flux et double flux ? Nos experts vous expliquent tout et vous donnent des conseils pratiques pour votre logement.

Au sommaire :
La VMC simple flux : fonctionnement, avantages, entretien
1

À quoi sert la VMC simple flux ?

La ventilation simple flux est une ventilation mécanique contrôlée (ou VMC) qui assure le renouvellement permanent de l’air intérieur à travers des gaines dans toutes les pièces de votre logement. Garante de la qualité de l’air, la pose d’une VMC permet aussi de préserver le bâti en évacuant l’humidité intérieure qui favorise le développement de moisissures. Plus efficace qu’une ventilation naturelle classique, elle répond aux exigences de débit de renouvellement d’air fixées par l’arrêté du 24 mars 1982 relatif à l’aération des logements.

 

2

Comment fonctionne une VMC simple flux ?

Avec le système de ventilation simple flux, l’air neuf de l’extérieur pénètre dans les pièces principales (salon, chambres, etc.) par des entrées d’air en façade. L’air « vicié » (rempli d’humidité et de polluants) est évacué vers l’extérieur par des bouches d’extraction situées dans les pièces humides (cuisine, salle de bains, WC, etc.) reliées à un groupe moto-ventilateur électrique appelé extracteur. Situé généralement dans les combles, ce dernier crée le tirage d’air mécanique pour que l’air circule des entrées d’air aux bouches d’extraction. En effet, en aspirant l’air, l’extracteur provoque une dépression dans le logement ce qui fait entrer de l’air frais depuis l’extérieur.

La VMC simple flux permet donc de renouveler l’air de votre logement avec un dispositif mécanique plus performant qu’une ventilation naturelle. En revanche, contrairement à une VMC double flux, la chaleur contenue dans l’air réchauffé lors de son parcours à travers le logement est rejetée à l’extérieur du logement sans pouvoir être récupérée. C’est pourquoi on parle alors de « simple flux ».

Passage d'un VMC simple flux
3

Les différents types de technologies de VMC simple flux

La VMC simple flux auto-réglable

Avec cette VMC, les débits d’air restent constants malgré les variations des conditions intérieures (nombre d’occupants, hygrométrie). Ce système de ventilation est le plus courant et le moins coûteux parmi les VMC simple flux.
Cependant, la VMC simple flux autoréglable fonctionne de manière permanente et consomme donc davantage d’électricité. Elle engrange également plus de déperditions thermiques et des factures de chauffage plus importantes. On la trouve généralement dans les logements construits après 1980.

Fonctionnement des bouches de VMC simple flux auto-réglable

Les entrées d’air ainsi que les bouches d’extraction d’un système de VMC auto-réglable restent constamment ouvertes de la même façon, sans pouvoir être plus ou moins refermées par les occupants du logement selon leurs besoins. L’installateur de la VMC règle effectivement le débit d’air entrant et sortant lors de la pose du système, en se basant sur le nombre de pièces du logement et le mode de vie des habitants.

La VMC simple flux hygroréglable

Le principe de fonctionnement de la VMC simple flux hygroréglable est différent. Grâce à un capteur, ce système adapte son débit d’air au niveau du taux d’humidité dans l’air (appelé aussi hygrométrie). Ce système est installé dans les logements construits depuis les années 2000.

La VMC hygroréglable a l’avantage de générer des économies d’énergies par rapport à un système de ventilation simple flux autoréglable car elle adapte les débits d’air aux besoins réels du logement. Ces économies se font à deux niveaux : une dépense électrique moindre pour ne faire fonctionner la VMC que quand c’est nécessaire (quand le taux d’humidité est élevé) et une facture de chauffage plus modérée car les pertes de chaleur par renouvellement de l’air sont limitées.

Fonctionnement des bouches de VMC simple flux hygroréglables de type A et B

Avec une VMC simple flux hygroréglable, la régulation de l’humidité dans le logement se fait grâce à des bouches d’extraction hygroréglables, qui régulent le débit d’air en fonction du taux d’humidité. Le clapet des bouches s’ouvre effectivement plus ou moins en fonction de l’hygrométrie mesurée dans la pièce.

Il existe deux types de VMC hygroréglables :

  • La VMC simple flux hygroréglable de type A, dont le débit de ventilation est modulé par variation de la section de passage de l’air dans des bouches d’extraction hygroréglables mais dont les entrées d’air restent autoréglables ;
  • La VMC hygro B qui est équipée d’entrées d’air et de bouches d’extraction hygroréglables.

Une VMC hygro A est capable de mesurer le taux d’humidité des pièces de service (salle de bain, cuisine, WC) et de ne s’enclencher pour évacuer l’air intérieur que lorsqu’il devient trop humide. L’arrivée d’air neuf se fait cependant en continu.

Au contraire, la VMC hygro B possède la capacité de régler et d’adapter l’ouverture de ses entrées d’air et bouches d’extraction. Cette fonctionnalité limite la quantité d’air frais qui rentre dans le logement et diminue de fait les besoins en chauffage. Le renouvellement de l’air est alors complètement adapté au taux d’humidité du logement. La VMC hygro B est donc plus souvent installée dans les maisons et appartements neufs ou récents.

À savoir

Avec une VMC hygroréglable de type B, la modulation concerne à la fois l’entrée d’air mais aussi l’extraction d’air. Les déperditions thermiques dues au renouvellement d’air sont réduites. Cela permet des économies d’énergie considérables.

Fonctionnement des bouches d’extraction à détection de présence ou à ouverture manuelle

Il existe aussi des modèles de bouches qui s’actionnent en présence de ses occupants : soit de façon automatique avec un détecteur de présence, soit de façon manuelle avec un mécanisme de type cordelette ou interrupteur. Ces bouches d’extraction sont de plus en plus répandues dans les salles de bain ou les WC car elles permettent d’ouvrir au maximum la bouche afin d’augmenter le débit d’extraction de la pièce sur une durée limitée, par exemple le temps d’une douche. Ce système permet d’agir directement à la source de dégagement d’humidité tout en limitant la ventilation des autres pièces du logement, ce qui entraînerait des consommations inutiles.

4

Quels sont les avantages et inconvénients de la VMC simple flux ?

Avec la ventilation simple flux, vous profitez de plusieurs avantages :

  • efficacité avérée pour renouveler l’air et chasser l’humidité ;
  • équipement peu coûteux, notamment par rapport à celui d’une VMC double flux ;
  • consommation électrique modérée ;
  • installation facile en rénovation, à la place d’une ventilation naturelle ;
  • système peu encombrant ;
  • facilité d’entretien ;
  • adaptation au taux d’humidité avec la VMC hygroréglable de type B.

Cependant, la VMC simple flux présente également quelques inconvénients :

  • augmentation des déperditions de chaleur et donc des dépenses de chauffage dues au renouvellement d’air régulier, surtout pour les VMC autoréglables qui fonctionnent en continu ;
  • les bruits extérieurs pénètrent à l’intérieur par les entrées d’air ;
  • ressenti de courants d’air qui diminue le confort thermique dans le logement et notamment au niveau des fenêtres.
5

Quel est le prix d’une VMC simple flux ?

Le prix de l’installation d’une ventilation mécanique simple flux dépend de l’équipement choisi (VMC autoréglable ou hygroréglable) et de votre cas de figure : pose dans le neuf ou en rénovation.

Selon l’ADEME, une VMC simple flux autoréglable coûte environ 500 € HT pour le matériel et la pose dans le neuf. En rénovation, l’installation de cette ventilation (fourniture et pose) coûte en moyenne entre 750 € et 1000 € HT.

Quant à la VMC simple flux hygroréglable dans le neuf, elle revient environ à 800 € HT (matériel et pose). Pour une installation en rénovation, comptez plutôt une fourchette de prix comprise entre 1 200 € et 1600 € HT. Les systèmes de VMC hygro étant plus sophistiqués, ils sont plus chers à l’achat que les kits de VMC autoréglables et leur installation demande également un peu plus de réglages.

Pour l’achat d’un kit comprenant les entrées d’air, les bouches d’extraction et le caisson, de grandes différences de prix peuvent également être constatées entre les différentes marques, les caractéristiques du modèle et l’enseigne où les produits sont vendus. Mais n’oubliez pas que le coût d’une VMC se calcule dans le temps et dépend aussi grandement de la consommation électrique nécessaire à son fonctionnement. Pour limiter les dépenses d’énergie, préférez une VMC basse consommation ou microwatt. Bien que plus chère à l’achat, elle vous permettra des économies à l’usage.

Concernant le prix de la main-d’œuvre pour faire installer la VMC, les devis d’un artisan à un autre peuvent fortement varier. N’hésitez pas à solliciter plusieurs professionnels pour comparer leur devis.

À savoir

Vous pouvez prétendre à plusieurs aides pour alléger le coût de l’installation de votre VMC simple flux : la TVA à taux réduit, l’aide Habiter Mieux de l’Anah ou des aides des entreprises dans le cadre des certificats d’économies d’énergie. Un éco-prêt à taux zéro peut également financer l’installation d’une VMC si elle fait partie d’un bouquet d’éco-travaux.

6

Quelles sont les précautions à prendre pour un bon fonctionnement de la VMC simple flux ?

Si vous avez une cheminée ou un insert

Veillez à l’équiper d’une trappe de fermeture. Et prévoyez une entrée d’air obturable indépendante lors de l’installation par un plombier-chauffagiste ou une entreprise générale de travaux. En effet, le tirage d’une cheminée ou d’un insert peut être perturbé par le fonctionnement de la VMC.

Si vous changez le revêtement de sol

Préservez le détalonnage des portes pour une aération suffisante, notamment dans les pièces de vie où le taux d’hygrométrie est important. Cet espace permet le passage de l’air sous la porte lorsqu’elle est fermée. Il est donc essentiel à la bonne circulation de l’air dans tout le logement. Veillez à ce qu’il fasse entre 1 et 2 cm.

L’entretien de la VMC simple flux

Les bouches d’aération (ou entrées d’air) tout comme les bouches d’extraction d’une ventilation simple flux s’encrassent rapidement : dépoussiérez-les tous les trimestres avec un chiffon sec ou avec l’aspirateur pour une bonne évacuation et un débit d’air optimal. Vous pouvez aussi les démonter et les laver à l’eau savonneuse ou avec un produit dégraissant (pour les bouches de la cuisine).

L’entretien du système de VMC ne se limite pas aux entrées d’air et bouches d’extraction : la turbine du ventilateur doit également être démontée et dépoussiérée une fois par an. Pour connaître les modalités d’entretien de votre équipement, référez-vous à la notice technique du fabricant.

Un entretien régulier vous permettra de maintenir les performances de votre VMC simple flux et de limiter sa consommation électrique.

7

VMC simple flux ou double flux ?

Vous pensez plutôt installer une VMC double flux ? Choisir le type de ventilation qui vous convient le mieux est important. Sachez que la VMC double flux assure les mêmes fonctions que la VMC simple flux à la différence qu’elle récupère 70 à 90 % des calories de l’air extrait (air évacué du logement) pour préchauffer l’air neuf qui est ensuite soufflé dans les pièces principales. La VMC double flux permet donc de faire des économies de chauffage mais requiert une installation plus complexe.

Bien choisir vos équipements & matériaux

Découvrez nos autres fiches

Voir tous nos guides
Voir tous nos guides

À lire aussi

Guides et fiches pratiques

1/3

Vous rénovez votre logement ?

  • De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?
  • Quels matériaux et équipements choisir ?
  • Comment trouver des professionnels de confiance ?
2/3

Vous allez devenir propriétaire ?

  • Ancien, neuf, sur plan : comment se décider ?
  • Que regarder lors d’une visite ?
  • Quels documents obligatoires, à quoi servent-ils ?
3/3

Vous construisez une maison ?

  • Comment trouver un terrain ?
  • Quelles démarches administratives et quelles assurances ?
  • Comment suivre au mieux les travaux ?
close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez chaque mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.