Nos conseils au quotidien

Au sommaire :

9 idées reçues sur l’air de votre logement

9 idées reçues sur l’air de votre logement

Entre composés organiques volatils, moisissures, particules et acariens, il y a de nombreux polluants dans l’air intérieur de votre logement. Cela n’est pas sans conséquence sur votre santé. Que faire ? Quels conseils suivre ? Pour vous aider à améliorer la qualité de l’air chez vous, nos experts décryptent le vrai du faux.

1

« L’air intérieur d’une maison ou d’un appartement est moins pollué que l’air extérieur ». Vrai ou faux ?

FAUX. Une étude réalisée par l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) révèle une concentration de certains polluants jusqu’à 10 fois plus importante à l’intérieur qu’à l’extérieur. Plusieurs causes peuvent l’expliquer. A la ville comme à la campagne, les polluants extérieurs comme le trafic routier, les combustions ou l’épandage de pesticides, s’infiltrent dans nos intérieurs par les conduits de ventilation, les portes et les fenêtres. Nos gestes au quotidien polluent également l’air intérieur : le fait de cuisiner, de bricoler, mais aussi la fumée de cigarette, les produits ménagers et les parfums d’intérieur que nous utilisons.

2

« En cas de pic de pollution, il ne faut pas ouvrir les fenêtres de votre habitat ». Vrai ou faux ?

FAUX. Au contraire, il faut aérer votre maison ! Le Haut Conseil de la santé publique recommande « de ne pas modifier les pratiques habituelles d’aération et de ventilation », même en cas de pic de pollution. Pourquoi ? Parce que les polluants extérieurs s’infiltrent à l’intérieur du logement, via les conduits de ventilation, même fenêtres et portes fermées. Toutes les particules fines sont alors piégées entre les murs de votre intérieur, en plus des polluants internes. Une seule solution pour s’en libérer : aérer ! Il est préférable de privilégier les périodes de journée les moins polluées : tôt avant les pics de trafic du matin ou tard en fin de journée après les pics de trafic.

3

« Les bougies, l’encens, les parfums et désodorisants d’intérieur, le papier d’Arménie… purifient l’air de votre habitat ». Vrai ou faux ?

FAUX. Ces produits libèrent des particules et des composés organiques volatils (COV) tels que du benzène ou du formaldéhyde, qui polluent l’air. Nos experts vous recommandent d’éviter leur utilisation. Le Ministère de la transition écologique et solidaire mène actuellement des études pour déterminer de façon précise les risques sanitaires de ces produits sur leurs utilisateurs, dans le cadre du Plan d’action sur la qualité de l’air intérieur (PQAI). Depuis le 1er janvier 2019 selon le décret n° 2017-946 du 10 mai 2017 relatif à l’étiquetage des produits désodorisants à combustion sur les informations de sécurité pour l’utilisateurl’étiquetage de sécurité doit informer les utilisateurs des bons gestes à effectuer lorsqu’ils utilisent des produits désodorisants à combustion.

N’oubliez pas que les polluants n’ont pas forcément d’odeur et qu’il est difficile de connaître leur concentration dans votre habitat. L’odeur de votre intérieur n’est pas un indicateur d’air sain ou non.

8 conseils pour assainir l’air de votre habitat

Conseils au quotidien
4

« Bien nettoyer votre logement permet d’assainir l’air ». Vrai ou faux ?

VRAI ET FAUX. Tout dépend des produits que vous utilisez. Prenez garde aux produits odorants : ils dégagent des composés organiques volatils (COV) polluants. Privilégiez les produits traditionnels tels que le vinaigre blanc ou le savon noir. Evitez également la multiplication de produits car les mélanges de substances favorisent la formation de COV. Un produit multi-usage est préférable ! Enfin, n’oubliez pas d’aérer pendant et après votre ménage, afin de renouveler l’air de votre habitat.

5

« Avoir un système de ventilation suffit pour renouveler l’air d’un logement ». Vrai ou faux ?

VRAI ET FAUX. Un système de ventilation performant contribue au renouvellement de l’air dans un logement. Mais un entretien régulier est indispensable. Pensez à dépoussiérer la grille d’aération régulièrement.
Nous vous recommandons, également, d’ouvrir les fenêtres tous les jours, 10 minutes le matin et le soir, hiver comme été. Faites attention l’hiver : veillez à ne pas boucher vos entrées d’air, même si elles créent de l’air frais, au risque d’empêcher le renouvellement indispensable de l’air.

Pour en savoir plus sur l’entretien de votre système de ventilation, consultez notre guide.

Comment bien assurer l’entretien de votre système de ventilation ?

Conseils au quotidien
6

« Vos meubles et objets de décoration ne polluent pas votre logement ». Vrai ou faux ?

FAUX. Votre mobilier libère également des composés organiques volatils (COV). En 2015, à la demande de la Direction générale de la prévention des risques (DGPR) et la Direction générale de la santé (DGS), l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a été saisie pour déterminer, sur la base de travaux scientifiques, une liste de substances prioritaires émises par les produits d’ameublement. Un décret est en cours d’élaboration au Conseil d’État afin de définir l’étiquetage de ces produits, à l’instar des produits de construction et de décoration. Il devrait entrer en vigueur dès le 1er janvier 2020.

Comment lutter contre les composés organiques volatils polluant l’air de votre logement ?

Conseils au quotidien
7

« Les purificateurs d’air sont vraiment efficaces pour assainir un logement ». Vrai ou faux ?

FAUX. Le meilleur moyen reste d’aérer votre logement 10 minutes chaque jour le matin et le soir. Ces appareils peuvent libérer des COV s’ils fonctionnent mal. En 2017, l’Anses a remis un rapport scientifique révélant que les études recensées sont encore peu nombreuses. Rien ne permet dès lors de démontrer une efficacité réelle de leur utilisation. Par ailleurs, ces rapports ne sont pas suffisants pour démontrer une influence positive ou négative sur la santé de ces purificateurs d’air. Elles révèlent néanmoins que certains dispositifs peuvent avoir l’effet inverse de celui escompté en générant de nouveaux polluants. L’Anses recommande de respecter les conditions d’entretien de ces appareils, afin de limiter le risque d’émission de polluants.

8

« Les plantes permettent d’améliorer la qualité de l’air intérieur d’un logement. » Vrai ou faux ?

FAUX. Il n’est pas scientifiquement prouvé que les plantes dites « dépolluantes » ont un impact sur la qualité de l’air. La présence de plantes peut diminuer la concentration de COV mais de manière très marginale.

9

« Il est possible d’avoir un air pur chez vous. » Vrai ou faux ?

FAUX. Il est impossible de bannir absolument tous les polluants dans votre intérieur, mais vous pouvez les limiter tout en préservant votre santé à l’aide de bons gestes et en évitant certains comportements. En aérant 10 minutes chaque jour matin et soir, en décryptant les étiquettes sanitaires de vos produits de construction et de décoration, en privilégiant les produits non traités et non transformés (comme le bois brut par exemple) pour vos meubles, en choisissant des produits ménagers traditionnels ou encore en entretenant votre ventilation.

10

« L'air de la ville est toujours plus pollué que l’air de la campagne. » Vrai ou faux ?

FAUX. On trouve des polluants également dans les zones rurales. A la campagne, le trafic routier est certes bien moins important qu’en ville et les campagnes sont moins soumises à la pollution de CO2. Cependant, en raison des pratiques agricoles (épandage de pesticides, d’engrais), l’air des territoires ruraux peut contenir de nombreux polluants, comme le rappelle l’Ademe. De plus, en fonction du vent, les nuages de pollution se déplacent des villes vers la campagne, et inversement. On ne respire pas forcément un air plus pur en zone rurale.

À lire aussi

Au sommaire :

Comment bien entretenir votre chauffe-eau ?

Chauffe-eau électrique, au gaz ou solaire… Certaines parties de ces appareils en contact avec l’eau peuvent subir des détériorations avec le temps. Les entretenir régulièrement vous permet de les faire durer longtemps, de garantir leur efficacité et d’avoir un logement sain, sûr et confortable.

Baromètre 2019 : évaluez la qualité perçue de votre logement !

close Created with Sketch.