Comment bien choisir vos revêtements de sol ?

Au sommaire :

Que faut-il savoir sur les sols souples ?

Que faut-il savoir sur les sols souples ?

Lino, PVC ou caoutchouc ? Comment trouver un sol souple offrant une bonne isolation phonique, éco-responsable et sain ? Nos experts vous livrent leurs conseils pour vous guider dans vos recherches.

1

Quels sont les différents types de sols souples et leurs spécificités ?

Ces revêtements se présentent sous la forme de dalles collantes ou non, ou encore en rouleaux appelés « lés ». Ils peuvent être en :

Matériaux naturels

  • Les revêtements souples en matériau naturel sont pour la plupart isolants et de ce fait non adaptés à un chauffage par le sol. Le linoléum – à ne pas confondre avec le vinyle – est 100 % naturel, très robuste et hygiénique. Il se compose d’huile de lin, de résines naturelles, de sciure de bois et de liège, et contient des additifs minéraux et des pigments.
  • Le caoutchouc est très souple et antidérapant. Naturel il est constitué à base de latex de certaines essences d’arbres ou issu du recyclage.
  • Les revêtements en fibres végétales ou animales (type coco, sisal ou jonc de mer) doivent être collés sur une sous-couche en latex, en lin ou en jute.

Matériaux synthétiques

Fabriqués à base de plastique, les revêtements en vinyle (ou polychlorure de vinyle – PVC) se présentent sous forme de rouleaux souples, de dalles ou de lames plus rigides. Ils sont prisés pour la variété des motifs qu’ils offrent. . Ils résistent bien à l’eau et sont adaptés aux locaux humides. Ils sont également compatibles avec le chauffage au sol.

Privilégiez des revêtements de sols classés A+ et des produits de pose (colle) également étiquetés A+ : ils émettent moins de polluants dans l’air intérieur de votre logement.

2

Quels sont les repères de qualité d’un sol souple ?

L’épaisseur

L’avantage des sols souples ? Ils sont plutôt robustes, même si c’est le carrelage qui remporte la palme dans ce domaine. Pour déterminer la qualité d’un sol PVC, regardez son épaisseur. Ce revêtement est constitué de quatre couches intérieures fines :

  • La couche inférieure,
  • La couche de stabilisation,
  • La couche décorative,
  • La couche d’usure.

Notre conseil

Pour être bien résistant, votre sol doit faire 4 mm d’épaisseur. Sa couche d’usure, qui garantit son maintien dans le temps, doit faire minimum 0,25 mm d’épaisseur.

L’indice UPEC

D’autres repères de qualité sont à suivre selon l’usage souhaité du revêtement de sol. Les sols souples certifiés NF bénéficient d’un indice UPEC qui comprend 4 critères :

  • l’Usure (U),
  • la résistance au Poinçonnement (P),
  • la résistance à l’Eau et à l’humidité (E),
  • et la résistance aux produits Chimiques (C).

Son indice doit être au moins égal à celui défini par le guide du CSTB pour la pièce à laquelle il est destiné.  Plus le chiffre associé à la lettre est élevé, plus le revêtement peut résister à l’agent d’agression symbolisé par la lettre.

Pour connaître le classement UPEC des revêtements de sol en fonction des locaux, consultez le tableau du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.

L’isolation phonique

En ce qui concerne l’isolation phonique, les sols souples réduisent naturellement les bruits de chocs dans votre logement et ceux de vos voisins par rapport aux sols durs tels que les carrelages ou les parquets. Les bruits de chocs sont les bruits émis lorsque vous marchez, faites tomber un objet ou tirez une chaise.

Cette réduction est plus importante pour les sols PVC lorsqu’ils sont composés d’une couche en mousse acoustique. Pour comparer la réduction des bruits de chocs vers le voisinage ou vers les autres pièces de votre logement, il faut une performance d’au moins 17 décibels (dB) avec le critère ∆Lw.

Dans le cas de logements collectifs, c’est même impératif pour ne pas avoir de problème de voisinage, lorsque vous remplacez des moquettes ou des sols souples acoustiques, vous devrez prévoir un sol avec un ∆Lw d’au moins 20 dB.

Enfin, les sols souples ne permettent pas de réduire la résonance acoustique ou réverbération d’une pièce, par exemple lorsqu’elle est peu meublée.

3

Les conseils et mises en garde de nos experts lors de la pose de vos revêtements de sol

Nous vous conseillons de faire appel à un solier-moquettiste pour vous aider dans l’installation de votre revêtement de sol.

Choisissez des sols souples avec mousse intégrée

Vous souhaitez isoler phoniquement est pour limiter les nuisances sonores chez votre voisin du dessous, prenez ce produit de bonne qualité d’un point de vue isolation phonique pour les bruits dits de choc. Ce revêtement permet d’éviter de faire poser difficilement une sous-couche puis un revêtement. A noter également, la performance acoustique est meilleure lorsque les sols sont collés, plutôt que scotchés.

Vous intégrez un appartement des années 1960 – 1970 ?

Soyez prudents ! Votre sol souple peut être constitué de vinyle-amiante. Interdit à la vente comme tous les produits contenant de l’amiante, ce sol ne comporte pas de risque pour la santé s’il est en bon état. Son enlèvement pourra en revanche s’avérer onéreux compte tenu de contraintes techniques particulières. Cette situation est à prendre en compte dans les devis demandés. Un encapsulage ou un recouvrement est alors proposé. Et en pratique les sols devront être scotchés et pas collés.

Veillez au choix des produits utilisés

En faisant poser par un professionnel votre sol souple, faites attention à l’impact des matériaux employés sur votre santé et celle de vos proches. En effet, cela peut entraîner l’émission de composés organiques volatils (COV), qui polluent l’air de votre logement.

Pour connaître l’impact de votre revêtement de sol sur la qualité de l’air de votre intérieur, fiez-vous à l’étiquetage sanitaire, qui classe les produits de construction en contact avec l’air de A+ à C. L’étiquette A+ correspond à la plus faible émission de polluants tels que les composés organiques volatils et les formaldéhydes, l’étiquette C, à la plus forte émission. Depuis le 1er janvier 2012 (lois Grenelle I et II), la réglementation impose aux fabricants d’indiquer sur l’emballage des produits concernés (revêtements de sol, mur ou plafond, produits d’isolation…) avec une étiquette spécifique « Émissions dans l’air intérieur ».

 

 

Bien choisir vos équipements & matériaux

Découvrez nos autres fiches

Voir tous nos guides
Voir tous nos guides

À lire aussi