Comment bien choisir vos revêtements de sol ?

Au sommaire :

Que faut-il savoir sur la moquette ?

Que faut-il savoir sur la moquette ?

Il n’est pas toujours simple de s’y retrouver parmi l’offre de moquettes. Comment choisir une moquette résistante ? Quels sont les paramètres incontournables pour déterminer si elle sera adaptée à votre usage ? Nos experts vous livrent les clés pour vous guider dans votre décision.

Pour échanger sereinement avec le solier-moquettiste, professionnel qui pourra se charger de la pose de votre revêtement textile, voici des repères pour vous y retrouver parmi les différents matériaux et modes de pose.

1

Quelle est la nature des moquettes ?

Les moquettes sont constituées, au choix, de dalles ou de bandes, appelées « lés ». Les différents modèles sont composés :

  • En matériau naturel (en laine),
  • En matériaux synthétiques (polyamide, polyester, polypropylène),
  • Ou d’un mélange de laine et de produits synthétiques.
2

Quels sont les usages et les performances ?

  • Les moquettes en laine sont moins inflammables que les textiles synthétiques. La réaction au feu est caractérisée sur le produit par un indice qui va de A1 (incombustible) à F (très facilement inflammable). Pour limiter les risques, privilégiez dans la mesure du possible une moquette avec au minimum un indice C. Consultez en ligne le tableau des indices de résistance au feu.
  • La moquette en laine à forte densité (nombre important de points au mètre carré) a une forte résistance thermique : elle n’est donc pas adaptée à un plancher chauffant.
3

Quels sont les repères de qualité d’une bonne moquette ?

Veillez à son épaisseur

Pour évaluer la qualité de votre moquette, étudiez son épaisseur (en millimètre) et la densité de serrage (nombre de points au m2). Plus votre moquette est épaisse et dense, meilleure est son isolation thermique et acoustique !

Privilégiez la certification NF

Comme la plupart des revêtements de sol, la moquette peut être certifiée NF. C’est un véritable signe de qualité.

Faites attention aux indices UPEC

Cet indice caractérise la résistance de la moquette selon 4 critères : l’usure à la marche (U), la résistance au poinçonnement (P), la résistance à l’eau et à l’humidité (E), et la résistance aux produits chimiques (C). Son indice doit être au moins égal à celui défini dans le guide du CSTB  pour la pièce à laquelle elle est destinée. Plus le chiffre associé à la lettre est élevé, plus le revêtement peut résister à l’agression symbolisée par la lettre.

Regardez le classement « T » de l’Icco

Certaines moquettes n’ont pas d’indice UPEC mais un indice T (défini par l’International Carpet Classification Organisation). L’indice T doit être compatible avec la classe d’usage de la pièce concernée. Par exemple, la classe T4 correspond à une utilisation modérée de la pièce, comme une chambre. La classe T5 correspond à un usage moyen, type séjour, escalier ou entrée.

Un indice du niveau de confort de la moquette est également indiqué : Simple, Bon, Très bon, Excellent, Luxe.

4

Quelles moquettes choisir pour limiter l'émission de polluants dans votre intérieur ?

Prenez des moquettes labellisées par le GUT

Le GUT, Association européenne des fabricants écologiques, a été fondé en 1990 et décerne depuis un label aux moquettes écologiques, garantissant un niveau minime d’émissions nocives pour la santé, une production respectueuse de l’environnement, et le respect de la réglementation concernant les substances dangereuses. Aujourd’hui, plus des deux-tiers des fabricants européens ont rejoint l’association. Pensez à regarder si ce label est indiqué lors du choix de votre moquette.

Contrôlez l’étiquetage sanitaire

En faisant poser par un professionnel votre moquette, faites attention à l’impact des matériaux employés sur votre santé et celle de vos proches. En effet, cela peut entraîner l’émission de composés organiques volatils (COV), qui polluent l’air de votre logement.

Pour connaître l’impact de votre revêtement de sol sur la qualité de l’air de votre intérieur, fiez-vous à l’étiquetage sanitaire, qui classe les produits de construction en contact avec l’air de A+ à C. L’étiquette A+ correspond à la plus faible émission de polluants tels que les composés organiques volatils et les formaldéhydes, l’étiquette C, à la plus forte émission. Depuis le 1er janvier 2012 (lois Grenelle I et II), la réglementation impose aux fabricants d’indiquer sur l’emballage des produits concernés (revêtements de sol, mur ou plafond, produits d’isolation…) avec une étiquette spécifique « Emissions dans l’air intérieur ».

5

A quoi faut-il veiller pour une bonne qualité acoustique ?

Les moquettes réduisent naturellement les bruits dans votre logement et dans celui de vos voisins. Leurs avantages en termes de qualité phonique se déclinent sur trois points :

Le bruit des « chocs » ou « impacts » dans votre logement

La moquette vous permet de réduire les bruits que vous produisez lorsque vous marchez, faites tomber un objet ou tirez une chaise. Cet effet est caractérisé par ce que l’on appelle la « sonorité à la marche » et tous les revêtements textiles sont performants.

La résonance dans votre logement

La moquette est également est un bon absorbant acoustique. Elle permet de réduire l’effet de résonance que l’on peut avoir dans des pièces peu meublées et pourvues de matériaux rigides : vitrages, carrelages, murs durs, etc. C’est l’effet que l’on ressent quand une pièce n’est pas encore meublée. L’absorption de la moquette est liée à son épaisseur.

Notre conseil

Prévoyez donc une épaisseur de 8 à 10 millimètres minimum pour un effet sensible. Mieux encore, si votre professionnel peut vous justifier un coefficient d’absorption αw au minimum de 0,25.

Le bruit des chocs dans le logement de votre voisin

Ce sont les mêmes bruits de chocs (bruit de pas, chute d’objet ou mouvement de meubles) mais qui vont se propager chez vos voisins à travers les planchers. Cette performance dépend de l’épaisseur de la moquette et de la qualité de la sous-couche (thibaude). Elle se caractérise par le critère ∆Lw qui est généralement élevé pour la plupart des moquettes (supérieur à 20 décibels – dB).

Attention

Si vous choisissez une moquette très performante aujourd’hui, vos voisins seront ravis, mais il sera difficile à l’avenir de revenir à d’autres solutions de revêtements de sol, car les voisins pourront se plaindre et vous imposer de faire des travaux correctifs.

6

Quels sont les différents types de pose d’une moquette ?

Votre solier-moquettiste vous proposera un mode de pose adapté à la moquette choisie et à votre logement. Le mode de pose joue sur la qualité de votre moquette. Pour vous donner des indications, sachez qu’il existe trois façons d’installer une moquette.

La pose simple

Les dalles plombantes de moquette avec leur sous-couche lourde ne nécessitent pas de colle ou de clipsage. Elles sont à poser sur un support recouvert d’une couche de préparation pour les stabiliser.

Le collage sur support

Les dalles ou lés sont collés directement sur le plancher ou sur un support intermédiaire (une sous-couche textile permettant d’isoler) appelé la thibaude.

La pose par tension

Il s’agit là de la pose la plus performante : les lés sont posés sur la thibaude et fixés en périphérie de la pièce par des bandes d’ancrage.

N’oubliez pas de faire attention aux produits mis en œuvre lors de la pose de votre moquette. Pour préserver la bonne qualité de l’air de votre logement, nos experts vous recommandent les colles labellisées EMICODE EC1 qui respectent l’arrêté du 19 avril 2011 relatif à l’étiquetage des produits de construction en contact avec l’air). Veillez à choisir des produits étiquetés A+ émettant peu d’émissions de polluants volatils.

7

Les conseils et mises en garde lors de la pose de votre moquette

Que faut-il savoir sur la moquette ?

Les points à contrôler lors de la pose par votre solier-moquettiste :

Pensez à l'entretien de votre moquette.

Bien choisir vos équipements & matériaux

Découvrez nos autres fiches

Voir tous nos guides
Voir tous nos guides

À lire aussi