Diagnostics immobiliers
Au sommaire :
Diagnostic amiante : bien comprendre en 8 points

Diagnostic amiante : bien comprendre en 8 points

Le diagnostic amiante sert à détecter la présence d’amiante dans un certain nombre de matériaux ou produits. Il est obligatoire pour les logements dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997. Ce diagnostic permet d’être informé de la présence ou de l’absence de certains matériaux ou produits contenant de l’amiante (MPCA). Voici les conseils de nos experts pour ne pas vous tromper sur les différents types de contrôles à faire réaliser en fonction de votre projet immobilier.

1

Un diagnostic amiante, mais pour quoi faire ?

Ce document, appelé aussi état d’amiante, permet de repérer dans votre logement la présence ou non d’un certain nombre de matériaux ou produits contenant de l’amiante. Il est important de connaître sa présence dans les matériaux ou produits composant le logement car des fibres d’amiante peuvent se disséminer dans l’air intérieur ce qui pourrait avoir un impact sur la santé.

Ce matériau a beaucoup été utilisé dans le BTP (Bâtiment et Travaux Publics) pour ses nombreuses propriétés isolantes d’un point de vue thermique et phonique ou encore pour sa résistance mécanique, aux fortes températures et aux produits chimiques. Les produits contenant de l’amiante (par exemple des ardoises en amiante-ciment, des dalles de sol de type vinyle-amiante, des conduits…) libèrent des fibres d’amiante en cas d’usure ou lors d’interventions (perçage, sciage, découpe, ponçage). Lorsque ces fibres sont inhalées, elles peuvent entraîner d’importantes maladies comme l’asbestose ou fibrose pulmonaire (une maladie chronique des poumons), les plaques pleurales (dépôt de fibre sur la plèvre), les cancers du poumon, du péritoine et de la plèvre.

C’est pourquoi l’usage de l’amiante a été interdit le 1er janvier 1997 par le décret n° 96-1133 du 24 décembre 1996 relatif à l’interdiction de l’amiante, pris en application du code du travail et du code de la consommation. Il est donc obligatoire de vérifier l’absence de cette substance dans les logements dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997. Selon le logement et la situation, deux types de diagnostic ont été mis en place  :

  • Le diagnostic amiante avant vente   : il est réalisé dans le cadre d’une vente d’un logement dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997. C’est au vendeur de le faire réaliser.
  • Le repérage amiante avant travaux (RAAT) également appelé diagnostic amiante avant travaux (y compris démolition)  : essentiellement pour préserver les personnes présentes sur le chantier (artisans, ouvriers, occupants, etc.).

Par ailleurs, afin de pouvoir informer les occupants d’un logement et de garder et rendre accessibles toutes les informations concernant l’amiante dans le logement, les propriétaires doivent constituer et tenir à jour  :

  • Le dossier Amiante Parties Privatives (DA-PP)  : obligatoire pour toute partie privative d’immeuble collectif à usage d’habitation construit avant 1997. Il est tenu par le propriétaire et est mis à la disposition des occupants.
  • Le Dossier Technique Amiante (DTA)  : concernant les parties communes des immeubles de logement dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter notre dossier sur la qualité de l’air intérieur et la présence d’amiante dans les logements.

2

Que vérifie le diagnostiqueur ?

Le premier point est de faire réaliser impérativement le diagnostic par un professionnel certifié COFRAC (Comité français d’accréditation). Vérifiez bien que la détection d’amiante figure parmi les compétences du diagnostiqueur et que ce dernier a souscrit une assurance couvrant sa responsabilité lors de ses interventions.

Selon le diagnostic amiante à réaliser, le type de repérage et d’investigation varie  :

  • Le diagnostic amiante avant vente vérifie les matériaux et produits directement «  accessibles sans travaux destructifs  » comme les flocages, calorifugeages et faux plafonds, ou encore les enduits projetés, les ardoises, conduits de vide ordure, dalles de sol. Ce sont les matériaux figurant dans les listes A et B de l’annexe 13-9 du Code de la Santé publique.
  • Le diagnostic amiante avant travaux, y compris démolition, également appelé RAAT, se concentre sur le repérage des matériaux et produits susceptibles de contenir de l’amiante et présents dans la liste figurant dans l’annexe 1 de l’arrêté du 16 juillet 2019  : les enduits ciment, les enduits de rebouchage/lissage en plâtre appliqués sur les bandes calicot des cloisons sèches, les colles des dalles de sol, les nez de marche, les étanchéités en terrasse. Des investigations destructives sont, si nécessaire, également menées. Ces recherches permettent d’assurer la protection des personnes présentes sur le futur chantier (artisan, ouvrier, occupant, etc.). L’enjeu est d’éviter le risque d’inhalation de fibres d’amiante contenues dans des matériaux et produits. Le repérage amiante avant travaux (RAAT) est réalisé à la demande du donneur d’ordre (maître d’ouvrage, propriétaire, maître d’œuvre, entreprise) dans le cadre de travaux de rénovation, réhabilitation rénovation ou interventions telles que le percement ou le ponçage. Ce diagnostic sert aussi avant la démolition de l’immeuble bâti, que ce soit une maison ou un immeuble de logement. Le document doit toujours être remis aux entreprises et artisans intervenant sur le chantier.
3

Quelles sont les limites du diagnostic amiante ?

Le diagnostic amiante n’est pas annexé au contrat de location. Mais depuis le 1er juillet 2013, le propriétaire bailleur doit pouvoir mettre à disposition le diagnostic amiante parties privatives (DA-PP) sur simple demande du locataire.

Nous vous recommandons de demander à le lire. Si vous vivez dans un logement dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997, c’est important de savoir si de l’amiante est présent ou non, notamment lorsque vous faites des petits travaux ou interventions (ponçage, perçage, etc.).

Attention, le repérage avant-vente ne s’applique qu’à une liste limitée de MPCA. Il est donc logique que, lors d’un repérage avant travaux, on repère d’autres MPCA.

Conservez tous vos diagnostics dans l’espace sécurisé CLÉA

Avec l’espace numérique CLÉA, vous pouvez regrouper tous les diagnostics de votre logement et les consulter à tout moment. Ne prenez plus le risque de perdre vos papiers importants pour la vente ou la location, rassemblez-les au même endroit sur un serveur sécurisé et pérenne !

4

Combien de temps est-il valable ?

Il faut faire très attention à la validité du diagnostic car ce n’est pas la même pour tous les cas de figure.

Quelle est la durée de validité d’un diagnostic amiante négatif (où aucun matériau ni produit de la liste A ou B n’a été repéré)  ?

Cas d’un appartement

  • Si le diagnostic a été réalisé après le 1er avril 2013, et qu’aucun matériau ou produit contenant de l’amiante n’a été repéré, ce dernier a une validité illimitée et n’a pas besoin d’être renouvelé. Cependant, il est préférable d’effectuer un diagnostic à chaque vente si des travaux de rénovation ont eu lieu dans le bâtiment après la réalisation du diagnostic amiante. En effet, ces travaux peuvent faire ressortir des matériaux ou produits contenant de l’amiante non visibles lors du diagnostic précédent.
  • S’il a été réalisé avant le 1er avril 2013, le diagnostic a besoin, en cas de vente, d’être complété par la caractérisation de l’état de conservation des matériaux et produits contenant de l’amiante de la liste B.

Cas d’une maison individuelle

  • Si  :
    • le diagnostic a été réalisé après le 1er avril 2013,
    • les éléments extérieurs figurant dans la liste B ont bien fait l’objet d’une recherche,
    • aucun matériau ou produit contenant de l’amiante n’a été détecté,

ce dernier a une validité illimitée et n’a pas besoin d’être renouvelé.

  • S’il a été réalisé avant le 1er avril 2013, les éléments extérieurs figurant dans la liste B doivent faire l’objet d’une recherche et d’une caractérisation de l’état de conservation des matériaux et produits contenant de l’amiante.

Quelle est la durée de validité d’un diagnostic amiante positif (présence d’amiante)  ?

Pour les MPCA de la liste A (flocage, calorifugeage et faux-plafond)

  • Si des traces d’amiante ont été détectées, peu importe la date de réalisation du diagnostic, un nouveau contrôle doit être fait tous les trois ans pour vérifier l’état de dégradation de votre logement ou tout simplement attester son désamiantage pour «  l’état de conservation N=1  » (bon état de conservation des matériaux contenant de l’amiante).
  • Dans le cas d’un «  état de conservation N=2  » (état de conservation moyen), des mesures d’empoussièrement de l’air doivent être faites par un organisme accrédité dans un délai de 3 mois afin de vérifier l’état du produit concerné.
    • S’il y a moins de 5 fibres d’amiante par litre d’air, un contrôle tous les 3 ans suffit.
    • S’il y en a plus, les mesures liées à un «  état de conservation N=3  » s’appliquent.
  • Dans le cas d’une mauvaise conservation des matériaux touchés par l’amiante («  état de conservation N=3  »), des mesures conservatoires et des travaux sont à prévoir pour réduire l’exposition des habitants à un niveau inférieur à 5 fibres par litre d’air. Le préfet du département lié au logement doit être informé dans les deux mois des mesures conservatoires mises en œuvre. Puis dans les 12 mois, ce dernier doit être mis au courant des travaux à mener et de l’échéancier proposé. À noter, les travaux pour retirer ou confiner l’amiante sont à faire réaliser par des professionnels qualifiés et certifiés aptes à manipuler ce matériau dangereux pour la santé. Ils doivent être achevés dans un délai de 36 mois à compter de la date de remise du contrôle.

Pour les MPCA de la liste B

Il est conseillé de bien lire les recommandations qui concernent l’état de conservation des matériaux et produits contenant de l’amiante.

À savoir

La date du 1er avril 2013 correspond à l’élargissement du repérage à des éléments extérieurs de l’habitation (essentiellement la couverture et le bardage) et aux critères définissant l’état de conservation.

5

Quand est-il obligatoire ?

Diagnostic amiante avant travaux (DAAT) ou RAAT  : le nouveau décret

Le décret du 9 mai 2017 relatif au repérage de l’amiante avant certaines opérations rend obligatoire la réalisation d’un diagnostic amiante avant travaux ou démolition dans un bâtiment construit avant juillet 1997. Ce diagnostic contribue à la prévention du risque amiante et vise à assurer la sécurité sanitaire des personnes qui vont intervenir sur le chantier. Un arrêté paru le 16 juillet 2019  vient compléter le décret de 2017 et détailler ses conditions d’application.

C’est au donneur d’ordre (l’occupant, le propriétaire particulier ou le maître d’ouvrage) de demander la réalisation d’un repérage amiante avant travaux (RAAT). Le diagnostic doit impérativement être fait avant toute intervention sur le bâtiment, même s’il s’agit de petits travaux comme de la plomberie. Sans ce document, le chantier peut être arrêté par l’Inspection du Travail et impliquer des poursuites pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui. La loi prévoit une amende pour les personnes qui ne réalisent pas de RAAT portant sur le périmètre et le programme exact des travaux.

Le diagnostiqueur qui intervient doit être formé SS4 (Sous-section 4) et certifié avec mention. Il a comme mission de chercher tous les matériaux et produits susceptibles de contenir de l’amiante dans la partie concernée par les travaux. Ces matériaux et produits sont listés dans l’annexe 1 de l’arrêté du 16 juillet 2019. Pour ce faire, il peut réaliser des prélèvements de matériaux ou produits qui seront ensuite analysés en laboratoire. Dans un certain nombre de cas, le diagnostiqueur doit réaliser des investigations destructives, sans obligation de remise en état, sauf stipulation contraire dans le contrat. À l’issue de sa mission, le diagnostiqueur remet un rapport détaillé qui permettra au donneur d’ordre, si présence de MPCA, de prendre les mesures adéquates (abandon des travaux ou interventions, travaux de retrait ou de recouvrement, modification du programme de travaux, etc.).

Diagnostic amiante avant vente

Le diagnostic amiante concerne tous les logements dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997. C’est au propriétaire de faire réaliser ce diagnostic.

Le diagnostic amiante avant vente (ou état d’amiante) doit être annexé à la promesse de vente ou, à défaut de promesse, à l’acte authentique de vente. Si des MPCA sont détectés, l’acheteur peut ne pas acheter le bien ou alors négocier une diminution du prix d’achat.

À savoir

Dans le cas de la vente ou location d’un appartement, le diagnostic amiante est valable pour toutes les parties privatives, comme l’appartement, la cave ou encore le parking.

6

Si vous êtes vendeur ou bailleur, quel est l'impact du diagnostic amiante ?

Si vous êtes vendeur, c’est à vous d’entreprendre la démarche pour réaliser ce diagnostic obligatoire au moment de la mise en vente de votre bien. Il sera à votre charge. En cas d’absence de diagnostic, vous risquez une amende de 1500 euros. Et si des MPCA ont été repérés, l’acheteur pourra vous poursuivre au tribunal d’instance pour vice caché et demander une diminution du prix d’achat.

Si vous êtes propriétaire et que vous louez un logement, il n’est pas nécessaire d’inclure le diagnostic amiante au contrat de location, mais il doit être mis à la disposition du locataire si celui-ci le demande.

7

Si vous êtes acheteur ou locataire, quelles sont les conséquences du diagnostic amiante ?

Avant de signer l’achat d’un bien, vérifiez si le diagnostic amiante est annexé à la promesse de vente ou, à défaut de promesse, à l’acte authentique de vente. Le vendeur a l’obligation de le fournir. Nous vous recommandons de bien consulter ce diagnostic. Si le diagnostic n’est pas présent ou si le vendeur refuse de le faire, vous pouvez demander une diminution du prix de vente ou une annulation de la transaction. De plus, si de l’amiante est détecté dans le bien, vous pouvez poursuivre le vendeur devant le tribunal pour vice caché

8

Que doivent contenir les dossiers amiante (DTA et DA-PP) ?

Ces dossiers sont constitués et mis à jour par les propriétaires.

Le Dossier Technique Amiante (DTA)

Le Dossier Technique Amiante concerne les parties communes des immeubles de logement dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997.

Ce dossier est actualisé dès que nécessaire et comprend  :

  • les rapports de repérages des matériaux et produits figurant dans les listes A & B de l’annexe 13-9 du Code de la santé publique,
  • les MPCA découverts à l’occasion de travaux ou d’opérations d’entretien,
  • les travaux de retrait ou recouvrement qui auraient été réalisés,
  • les procès-verbaux des prélèvements d’air, etc.

 Le Dossier Amiante Parties Privatives (DA-PP)

Le Dossier Amiante Parties Privatives concerne les parties privatives d’immeuble collectif à usage d’habitation (logement, place de parking, cellier, cave) construit avant 1997. Il est tenu à jour par le propriétaire et est mis à la disposition des occupants.

Ce dossier comprend  :

  • les rapports de repérages des matériaux et produits figurant dans la liste A de l’annexe 13-9 du Code de la santé publique,
  • les MPCA découverts à l’occasion de travaux ou d’opérations d’entretien,
  • les travaux de retrait ou recouvrement qui auraient été réalisés,
  • les procès-verbaux des prélèvements d’air, etc.

Quels travaux de rénovation sont à la charge des propriétaires et des locataires ?

Guide de rénovation

Mieux comprendre d'autres documents

À lire aussi

Voir un diagnostic commenté par nos experts

Diagnostic amiante : bien comprendre en 8 points

1

Contrôlez le type de diagnostic

Il existe quatre diagnostics amiante différents. Dans le cas d’une vente ou d’un achat, le diagnostic « avant-vente » (DAAV) est obligatoire. Assurez-vous dans le titre et dans la description réglementaire que le bon diagnostic a été réalisé. 

2

Vérifiez les informations générales

Regardez si les informations relatives au bien et à la mission sont correctes :  date de visite/de repérage, type de bien diagnostiqué, adresse, localisation précise (étage, porte palière…), autres lots éventuels à diagnostiquer (cave, parking).

3

Veillez à ce que vos coordonnées soient complètes

Le nom et les coordonnées du vendeur doivent y figurer. Vérifiez si ces informations sont complètes et justes. Si le vendeur se fait représenter, ce sont les coordonnées de son représentant qui seront mentionnées. C’est important car si la mission n’est pas réalisée conformément aux dispositions légales, sa responsabilité peut être engagée.

4

Contrôlez la certification du diagnostiqueur

Les coordonnées exactes du diagnostiqueur sont primordiales, car elles permettent de savoir s’il est certifié et assuré. Le document doit faire apparaître la référence de son certificat, l’organisme délivreur, la date de délivrance ainsi que la compagnie et la police d’assurance valide. Vous pouvez vérifier cette information en ligne.

A savoir : en cas de prélèvements pour analyses, les coordonnées du laboratoire doivent être indiquées. Il est peu fréquent qu’un prélèvement soit réalisé sur ce type de diagnostic. C’est le cas lorsque le diagnostiqueur émet un doute.

5

Soyez vigilant avec la conclusion du diagnostic

Les résultats du diagnostic doivent être visibles dès la première page du rapport et indiquer clairement la présence ou non d’amiante.

6

Découvrez les modalités du repérage

Le détail des conditions d’intervention et de repérage des matériaux est obligatoire. Le document doit au moins faire figurer la norme de repérage d’amiante en vigueur (NF X 46-020).

Si le diagnostiqueur n’a pas pu accéder à une partie de zone à diagnostiquer, il doit également l’indiquer dans cette partie.

7

Consultez le détail des éléments concernés par le diagnostic

L’expert doit établir la liste des différents éléments à expertiser et la faire figurer dans le document. Pour être sûr que chaque pièce a bien été passée au peigne fin, toutes les surfaces et tous les différents matériaux qui composent le logement doivent être consignés. Pour chaque élément, le rapport doit afficher un résultat.

8

Prenez connaissance de la conclusion

Cette partie doit faire apparaître de manière claire les éléments saillants du diagnostic. Le logement comporte-t-il un ou des éléments amiantés ? Si c’est le cas, le professionnel les signale et les accompagne éventuellement d’une photo ou d’un croquis en annexe. Il doit, également, spécifier la base du repérage (constatation au moment du diagnostic ou prélèvement spécifique en laboratoire) et décrire l’état de conservation.

9

Décryptez les résultats détaillés

S’il existe un doute, les éléments « susceptibles » de contenir de l’amiante doivent également figurer dans la conclusion. Un prélèvement va alors être envoyé en laboratoire d’analyse pour pouvoir statuer sur la présence formelle ou non d’amiante. Le fait qu’une analyse soit nécessaire ne signifie pas pour autant qu’il y a de l’amiante : le résultat peut être positif ou négatif.

10

Suivez les indications du diagnostic

Lorsqu’un élément contenant de l’amiante se trouve dans un état dégradé, il est impératif de suivre les recommandations du diagnostiqueur. S’il est endommagé, des mesures d’urgence peuvent être nécessaires.

A savoir  : Le diagnostic doit comporter les articles réglementaires indiquant les mesures à prendre en cas de présence d’amiante.

11

Vérifiez que le diagnostic est complet

Le diagnostiqueur doit signer le rapport en son nom, en précisant le lieu et la date, puis annexer ses certificats de compétences officiels en cours de validité. Les autres annexes (croquis de repérage par exemple) peuvent constituer un plus mais ne sont pas obligatoires.

close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez 2 fois par mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.