Comment choisir un poêle de chauffage ?

Profiter d’un bon feu, sans cheminée ? Et pourquoi pas ! Le poêle est un système de chauffage populaire, qui se décline en différents modèles, pour différents combustibles : poêle à charbon, à gaz, à fioul, électrique, à bois (à granulés ou à bûches)… Comment choisir le poêle adapté à votre besoin ? Lesquels sont les plus écologiques ? Les plus économiques ? Nous vous expliquons tout sur ce mode de chauffage performant.

Au sommaire :
Comment choisir un poêle de chauffage ?

Qu’est-ce qu’un poêle de chauffage ?

Le poêle de chauffage est un système de chauffage à combustion, qui peut être utilisé comme chauffage principal de votre habitat ou bien comme chauffage d’appoint. Il en existe une multitude, que nous vous présentons ci-dessous.

La particularité de ce type de chauffage réside dans le fait qu’il est à foyer fermé, à l’inverse d’une cheminée qui est à foyer ouvert. Vous pouvez tout de même profiter du spectacle des flammes avec votre poêle, ce qui offre un aspect confortable et chaleureux à votre pièce.

poêle de chauffage

Quels sont les différents types de poêles ?

On distingue différents types d’alimentation pour les poêles, qui ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients (poêle au fioul, à pétrole, à charbon, au gaz, électrique ou à bois). Cependant, les poêles à bois sont aujourd’hui les poêles les plus répandus en France : ils ont progressivement remplacé les modèles de poêles anciens et polluants fonctionnant au fioul, au pétrole ou au charbon. Voici un panorama des différents modèles de poêles existants.

Le poêle à bois

Puisque le bois est une ressource renouvelable, le poêle à bois est la solution la plus écologique de poêle de chauffage pour votre maison. Il existe différents modèles, en fonction du bois de chauffage qui alimente le poêle : bûche, granulé/pellet ou plaquette.

Connaissez-vous le label Flamme Verte ?

Lancé en 2000 avec le concours de l’ADEME, le label Flamme Verte labellise les appareils de chauffage au bois : foyers fermés/inserts, poêles à bois et à granulés de bois et cuisinières ainsi que les chaudières domestiques fonctionnant aux bûches, à la plaquette forestière et aux granulés de bois. Son objectif est de promouvoir les appareils les plus vertueux et performants d’un point de vue énergétique et environnemental.

Le poêle à granulés

Ce mode de chauffage est très écologique car les granulés qui alimentent le poêle sont fabriqués à partir de déchets de scierie. Très sophistiqués, les poêles à granulés de bois, que l’on appelle aussi poêles à pellets, sont autonomes et proposent des technologies améliorant leur performance en réduisant la consommation de combustible.

Les granulés doivent être stockés dans un endroit sec à l’abri des intempéries. Ce type de poêle offre la possibilité de diriger la chaleur vers d’autres pièces et son rendement est élevé puisqu’il peut dépasser 90 %.

Les poêles à granulés peuvent s’avérer bruyants. Lorsque vous choisissez votre modèle, prenez en compte 4 sources potentielles de bruit :

  • Le bruit de la soufflerie qui dépend de la vitesse de ventilation du moteur qui propulse la chaleur et peut être gênant sur la durée. Les poêles à convection naturelle (sans soufflerie) sont donc largement avantagés en termes de confort acoustique. À l’inverse, les poêles canalisables avec un ou deux ventilateur(s) sont plus bruyants.
  • Le bruit de la rotation de la vis sans fin qui fait descendre les granulés du réservoir vers le foyer de façon plus ou moins discrète.
  • Le son plus ou moins résonnant de la chute des pellets depuis la vis sans fin vers le foyer.
  • Le bruit de l’extracteur des fumées qui pousse les fumées vers le conduit. Généralement, ce son passe inaperçu et n’engendre pas de gêne.

Le poêle à bûches

Moins autonome que le précédent, le poêle à bûches nécessite une alimentation régulière en bûches de bois. Si vous optez pour cette solution, il ne faut pas négliger l’espace que prend le stockage des bûches de bois chez vous ni les possibilités de ravitaillement en bois (dans certaines régions, il est moins facile de s’alimenter en bûches). Ces dernières doivent être stockées au sec pour bien se consumer.

C’est une solution économique et écologique car le rendement du poêle à bûches peut varier de 70 à 85 %. Le poêle à bûches fonctionne sans branchement électrique, il peut donc être utilisé même en cas de coupure de courant.

Ce type de chauffage au bois est généralement privilégié pour l’ambiance conviviale qu’il procure à une pièce de vie. Selon son emplacement et la conception du logement, il peut chauffer tout ou partie de l’espace et être complété par une autre solution pour chauffer par exemple l’étage de votre maison ou l’espace nuit et la salle de bain.

Il existe aussi des poêles mixtes qui combinent l’alimentation à bûches et à granulés pour profiter des avantages de chacun de ces combustibles.

Le poêle à plaquettes

Ce poêle est alimenté par du bois déchiqueté issu de l’industrie forestière, ce qui en fait une solution très écologique. Son chargement peut être manuel ou automatique pour plus d’autonomie. Le rendement de ce mode de chauffage est très performant (plus de 90 %). Les plaquettes de bois étant plus sèches que les bûches, elles rejettent moins de fumées.

Les plaquettes sont peu coûteuses mais l’inconvénient réside dans le fait qu’on ne les trouve pas partout à l’achat et qu’elles demandent un grand espace de stockage.

L’ADEME met en garde sur l’émission de polluants, notamment de particules fines, lors de la combustion du bois, particulièrement dans le cas d’appareils de chauffage anciens. Prévoyez un détecteur de monoxyde de carbone dans la pièce où vous installez votre poêle à bois : comme son nom le laisse deviner, il vous alertera s’il mesure un taux anormal de monoxyde de carbone (CO).

Le poêle électrique

Très peu répandu, le poêle électrique est similaire à un système de chauffage électrique classique, tout en apportant l’esthétique design d’un poêle. Très facile d’utilisation, il peut être installé partout, à condition d’être à proximité d’une prise de courant, et ne demande pas d’apport de combustible. Cependant, c’est un système très énergivore, utilisé seulement en chauffage d’appoint.

Le poêle à gaz

Le poêle à gaz est une solution de moins en moins utilisée. C’est un équipement facile d’utilisation, qui demande peu d’entretien et apporte un bon confort thermique dans une pièce. Toutefois, il est peu écologique car le gaz est une énergie fossile non renouvelable dont la combustion pollue et émet beaucoup de gaz à effet de serre. C’est pourquoi les poêles à gaz vont prochainement être retirés du marché du chauffage.

Tout savoir sur le chauffage au gaz

Équipements & Matériaux

Le poêle au fioul

Équipement presque disparu de nos logements pour des raisons écologiques et sécuritaires, le poêle à fioul est facile d’entretien car son mode de combustion limite l’encrassement du poêle. Cependant, les poêles au fioul sont une solution très polluante, le fioul étant un dérivé du pétrole fortement émetteur de gaz à effet de serre. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il n’est pas plébiscité par les nouvelles réglementations et qu’il est amené à disparaître complètement de nos foyers pour être remplacé par des chauffages plus sûrs et durables.

Le poêle à pétrole

Fonctionnant de la même façon que le poêle à fioul, avec néanmoins une odeur plus forte, le poêle à pétrole est un équipement très polluant pour l’air intérieur et extérieur, ce qui peut constituer un danger pour la santé. Il n’est donc pas adapté pour chauffer une habitation. Cependant, on le trouve encore parfois dans certaines maisons anciennes et dans des garages ou ateliers utilisé en chauffage d’appoint. Ce mode de chauffage peu coûteux et offrant une montée en température rapide est amené à disparaître au profit de solutions plus écologiques et respectueuses de la qualité de l’air.

Le poêle à charbon

Ce mode de chauffage très ancien présente certains avantages, notamment un rendement très élevé de son combustible, le charbon. Le charbon se consume en effet plus lentement que le bois et permet une grande efficacité de chauffage, même par grand froid. Certains poêles à charbon combinent d’ailleurs la combustion du charbon et du bois. Notez toutefois que la combustion du charbon est très polluante et émet beaucoup de gaz à effet de serre d’où le fait que nous ne trouvions presque plus cet équipement de chauffage dans nos logements. Pour votre sécurité, ce type de chauffage nécessite aussi l’installation d’un détecteur de monoxyde de carbone.

Choix du poêle : quels sont les critères à prendre en compte ?

Comment choisir le poêle adapté à votre besoin ? Focus sur les différents avantages de chacun.

Quel poêle pour un bon rendement de votre combustible ?

Les poêles offrant les meilleurs rendements sont les poêles à granulés et à plaquettes. En plus d’être des solutions écologiques, ils réduisent le coût en combustible en l’utilisant à plus de 90 %.

Quel poêle pour chauffer toute la maison ?

La plupart des poêles présentés ci-dessus constituent le chauffage principal de votre habitat. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils suffisent à chauffer un logement dans son intégralité. Généralement, il faut combiner poêle et émetteurs de chaleur complémentaires, le plus souvent des radiateurs électriques.

Si votre habitat n’est pas très grand ou si le poêle y est stratégiquement placé, l’équipement peut le chauffer entièrement par redistribution de la chaleur via des conduits (à condition qu’il dispose d’un dispositif d’arrêt manuel et de réglage automatique en fonction de la température intérieure).

Il existe aussi des poêles à bois spécialement conçus pour être utilisés comme solution de chauffage unique chez vous. On les appelle des poêles hydrauliques, poêles hydro ou encore poêles bouilleurs. Ceux-ci peuvent être raccordés aux radiateurs à eau chaude et au plancher chauffant de votre logement, au même titre qu’une chaudière à bois. Cela permet donc de chauffer toute votre habitation, quelle que soit sa taille.

Ce mode de chauffage est alimenté avec des bûches, des granulés ou bien les deux, et produit la chaleur nécessaire à chauffer l’eau dans votre système de chauffage central. Même si l’investissement de départ est important pour ce type de poêles, le très bon rendement qu’ils offrent rentabilise rapidement cette solution.

Quel poêle est le moins coûteux ?

Il existe de nombreux modèles de poêle, à tous les prix.

Pour faire votre choix, considérez le prix des combustibles. Cela peut faire une grande différence.

Voici un histogramme montrant l’échelle des prix des combustibles les uns par rapport aux autres. On constate que l’alimentation au bois, qu’il soit en bûches ou en granulés, est la moins coûteuse. Si l’investissement de départ pour l’achat de ces poêles est plus important, le choix d’un poêle à bois revient à une solution plus économique dans le temps, en termes de consommation de combustible. Attention cependant à ces chiffres qui représentent des moyennes : il existe de grandes variations sur le prix des bûches d’une région à l’autre, selon la proximité des exploitations forestières.


Prix du combustible dans le cadre d’un usage pour chauffage domestique principal, en euros TTC, par kilowattheure PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur = la quantité de chaleur libérée lors de la combustion par unité de volume ou de masse), en 2020. Pour en savoir plus sur le prix des combustibles, consultez cette enquête de l’ADEME.

 

Quel entretien pour un poêle à bois ?

Les poêles à bois (à bûches, à granulés ou à plaquettes) nécessitent obligatoirement un entretien annuel réalisé par un professionnel qualifié. Ses missions : vérifier le poêle, contrôler son fonctionnement et le nettoyer.

entretien annuel de poele réalisé par un professionnel qualifié

En fonction de la réglementation locale dont vous dépendez, il est également demandé de faire réaliser le ramonage du poêle à bois annuellement (généralement au minimum une fois par an ou deux fois par an, dont une fois pendant sa période de fonctionnement). L’objectif étant de nettoyer le conduit d’évacuation des fumées, de vérifier que la combustion se fait correctement, de limiter les risques d’incendie et d’intoxication et de réaliser des économies grâce à un meilleur tirage.

De votre côté, vous avez aussi un rôle à jouer au quotidien ! Pendant la période de fonctionnement, il est conseillé de nettoyer régulièrement votre poêle à bois afin d’optimiser son fonctionnement et de prolonger sa durée de vie. Pensez à vider fréquemment le bac à cendres et à nettoyer les parois intérieures et extérieures du poêle.

Quel matériau pour le poêle ?

Poêle en fonte ? En acier ? Ou brique réfractaire ? Plusieurs options s’offrent à vous :

  • La fonte, alliage de fer et de carbone, est traditionnellement utilisée dans le chauffage. Solide et durable, elle a de très bonnes capacités d’inertie : c’est-à-dire qu’une fois qu’elle a emmagasiné la chaleur (notez que cela peut prendre du temps), elle la restitue longtemps. En revanche : elle pèse lourd ! Vérifiez donc que votre sol est assez solide pour supporter un poêle à bois en fonte ou autre type de poêle en fonte.
  • L’acier, alliage de fer et de carbone, est beaucoup utilisé pour les poêles modernes ou contemporains : il y a aujourd’hui énormément de poêles à bois en acier sur le marché. Plus maniable que la fonte, l’acier se prête à davantage d’excentricités au niveau du design. La légèreté d’un poêle en acier fait qu’il est plus simple à transporter qu’un poêle en fonte, pour une installation dans un étage par exemple. La contrepartie est qu’il est dépourvu d’inertie : sa montée en température est certes plus rapide, mais il n’accumule pas la chaleur.
  • La brique réfractaire chauffe vite et présente des qualités esthétiques. Elle est de plus en plus prisée car elle peut présenter une bonne inertie. Attention, pour cela, il faut quand même que sa masse soit imposante et qu’elle puisse accumuler la chaleur pendant plusieurs heures.
  • La stéatite, ou pierre ollaire, présente des propriétés très proches de la brique réfractaire. On la retrouve beaucoup dans les poêles scandinaves.

Peut-on bénéficier d’avantages fiscaux ?

Les poêles à bois ou granulés constituent la solution de chauffage au poêle la plus écologique et leur installation vous fait bénéficier d’aides financières. Les autres types de poêles ne peuvent en revanche pas y prétendre car ils ne sont pas considérés comme respectueux de l’environnement.

Dans le cadre des aides à la rénovation énergétique, l’installation d’un poêle à bûches ou à granulés peut être partiellement remboursée. Retrouvez ci-dessous les différentes aides de l’État.

  • Le dispositif Coup de pouce économies d’énergie : il s’agit de primes énergie qui sont versées par les entreprises signataires de la Charte « Coup de pouce économies d’énergie » (principalement des vendeurs d’énergie). Leur montant varie en fonction des ressources des ménages. La demande de prime doit être effectuée avant signature du devis.
  • L’Éco-prêt à taux zéro : il s’agit d’un prêt bancaire à taux zéro dont on peut bénéficier en cas de travaux de rénovation énergétique. L’installation d’un poêle à bois en fait partie et le montant maximal de ce prêt peut être de 15 000 €.
  • La TVA à 5,5  % : les travaux d’amélioration des performances énergétiques, dont l’installation d’un poêle à bois fait partie, profitent d’une TVA à taux réduit de 5,5 %.
  • MaPrimeRénov’ : cette prime remplace le Crédit d’Impôt à la Transition Énergétique et s’adresse à tous les ménages, ainsi qu’aux copropriétés et aux propriétaires bailleurs, avec un calcul basé sur les revenus et le gain écologique des travaux. Par exemple, en 2021, pour un poêle à granulés, la prime s’élève à 2 500 € pour les revenus modestes et à 3 000 € pour les très modestes. Pour l’installation d’un poêle à bûches, toujours en 2021, la prime est de 2 000 € pour les revenus modestes et 2 500 € pour les très modestes.

Certaines de ces aides sont cumulables. Pour consulter toutes les conditions pour en bénéficier, rendez-vous sur ce site du gouvernement.

Il existe également des aides locales en fonction de votre lieu de résidence. Rapprochez-vous de l’Anah et d’Action Logement pour savoir si vous pouvez en profiter pour l’installation de votre poêle à bois.

Notez bien que pour avoir accès à ces aides, vous devrez faire appel à un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) pour l’installation de votre poêle.

Quelles sont les autres alternatives de chauffage ?

Si vous souhaitez remplacer un poêle à énergie fossile (poêle à charbon, poêle à fioul, poêle à pétrole ou poêle à gaz) par une solution plus écologique, pensez au poêle à bois qui est durable, moins coûteux en combustible et éligible à plusieurs aides financières.

Pour chauffer un logement dans son intégralité, il existe également différents types de chauffage qui peuvent venir remplacer un poêle, notamment les chaudières. La différence principale avec le poêle (hors poêle hydro) est que la chaudière permet de chauffer le circuit d’eau du chauffage central qui va ensuite alimenter les radiateurs à eau chaude et/ou le plancher chauffant de votre logement. Parmi les différents modèles de chaudières, on peut citer la chaudière à bois (chaudière à granulés ou chaudière à bûches) qui fonctionne à peu près comme le poêle à bois et le poêle à granulés hydro. Elle est alimentée de manière automatique par des granulés de bois ou bien des bûches de bois et chauffe l’eau qui alimente le système de chauffage central du logement.

Vous pouvez également opter pour une pompe à chaleur, solution économique et écologique pour chauffer votre habitat. Des solutions hybrides et des chauffages solaires sont aussi de bonnes alternatives pour éviter l’émission de gaz à effet de serre.

Enfin, si vous préférez un chauffage au bois d’ambiance, sachez que le poêle à pellets, à bûches ou à plaquettes n’est pas la seule option : vous pouvez aussi vous tourner vers les cheminée, insert et foyer fermé

Pour le choix de votre système de chauffage, consultez un professionnel Reconnu Garant de l’Environnement (RGE), par exemple un plombier-chauffagiste. Celui-ci saura vous conseiller dans la solution la plus adaptée à votre logement, et vous permettra de bénéficier d’aides de l’État pour la financer.

Bien choisir vos équipements & matériaux

Découvrez nos autres fiches

Voir tous nos guides
Voir tous nos guides

Pour aller plus loin

À lire aussi

Guides et fiches pratiques

1/3

Vous rénovez votre logement ?

  • De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?
  • Quels matériaux et équipements choisir ?
  • Comment trouver des professionnels de confiance ?
2/3

Vous allez devenir propriétaire ?

  • Ancien, neuf, sur plan : comment se décider ?
  • Que regarder lors d’une visite ?
  • Quels documents obligatoires, à quoi servent-ils ?
3/3

Vous construisez une maison ?

  • Comment trouver un terrain ?
  • Quelles démarches administratives et quelles assurances ?
  • Comment suivre au mieux les travaux ?
close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez chaque mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.