Comment bien choisir les isolants thermiques de votre logement ?

Le confort thermique est un sujet d’insatisfaction chez 32 % des Français selon le Baromètre QUALITEL. Face à ce problème, une des solutions est de renforcer l’isolation thermique de votre maison ou de votre appartement. Quels sont les matériaux à utiliser pour bien isoler son habitat ? Quel type d’isolation est le plus adapté ? Nos experts vous expliquent tout pour vous aider à améliorer votre isolation et à choisir le bon isolant.

Au sommaire :
Comment bien choisir les isolants thermiques de votre logement ?
1

Pourquoi le choix des isolants thermiques est important ?

Une bonne isolation thermique de votre logement est essentielle pour gagner en confort et réaliser des économies d’énergie. En hiver, améliorer votre isolation vous permet de lutter contre les déperditions de chaleur intérieure. En été, cela ralentit la transmission de la chaleur extérieure par les parois.

Démarrez par un diagnostic de votre logement pour évaluer comment l’isoler efficacement grâce à des travaux de rénovation. Plusieurs éléments de votre habitation sont à vérifier pour déterminer leurs performances thermiques :

  • Le toit : environ 25 à 30   % des pertes de chaleur se font par la toiture et les plafonds.
  • Les murs  : ils sont responsables de 20   % à 25   % des déperditions thermiques.
  • Le renouvellement de l’air (ventilation) et l’aération. Ils restent essentiels pour un air intérieur renouvelé et donc plus sain, mais peuvent faire perdre jusqu’à 25   % de chaleur.
  • Les fenêtres : elles sont responsables de 10 à 15   % des déperditions. Mieux vaut choisir un double vitrage et bien vérifier l’état des menuiseries.
  • Le sol : il peut faire perdre 7 à 10   % de chaleur.
  • Un pont thermique   : il vous fera perdre 5   % à 10   % de chaleur.

Le saviez-vous   ? 58   % des Français ont régulièrement trop chaud dans leur logement. Et 47   % déclarent avoir trop froid chez eux selon le Baromètre QUALITEL.

2

Quels sont les différents types d’isolants thermiques ?

Isolants en laines minérales

En laine de verre, laine de roche ou en verre cellulaire, ce sont les isolants les plus utilisés. Ils présentent une très bonne efficacité en termes d’isolation thermique et acoustique, à un prix raisonnable.

Isolants en laines végétales

Liège, paille, laine de chanvre, ouate de cellulose ou laine de bois, les isolants végétaux sont des matériaux plutôt souples et très éco-responsables. Dans certains cas, pour en faire des panneaux de laines semi-rigides ou rigides, il peut être nécessaire de les conjuguer à des matières synthétiques.

Isolants en laines animales

Laine de mouton ou laine de plumes de canard, ces isolants ont subi moins de transformations industrielles que les laines classiques (verre ou roche). Des additifs et des traitements complémentaires sont toutefois nécessaires pour assurer leurs performances thermiques et leur durabilité dans le temps.

Isolants polystyrènes PSE, XPS, PUR

Les produits d’isolation en plastique alvéolaire sont d’origine organique. Ils regroupent plusieurs familles de produits isolants à cellules fermées   : Polystyrène expansé PSE, Polystyrène extrudé XPS, Polyuréthane PUR, Polyisocyanurate PIR, Phénoliques. Certains polystyrènes ou polyuréthane sont particulièrement appropriés pour les applications qui nécessitent une très forte résistance mécanique aux charges ou à l’eau à long terme. C’est notamment le cas des dallages industriels, des terrasses circulables, des terrasses végétalisées ou des toitures inversées, etc.
Comme tous les isolants, ces familles sont conformes au marquage CE et à leur norme européenne. Ils sont de plus certifiés par ACERMI.

Isolants sous vide

Dernière génération des isolants, ils offrent une très bonne performance thermique. Ils sont dédiés à l’isolation par l’intérieur. Leur faible épaisseur permet de gagner quelques centimètres et de ne pas perdre trop d’espace sur la surface habitable. L’isolant sous vide est effectivement un panneau d’isolant ultra-mince composé d’une nanopoudre de silice (matériau corps de l’isolant) enveloppé dans un film étanche puis mis sous vide.

Isolants minces

Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) classe classe l’isolant mince dans la catégorie «   complément d’isolation   ». Plusieurs désignations sont possibles   : PMR (produits minces réfléchissants), IMR (isolants minces réfléchissants), isolants minces multicouches, films thermo-réflecteurs, etc.

Utilisés seuls, ces produits ne permettent pas d’atteindre des performances d’isolation correspondant aux seuils d’exigence minimale de la réglementation thermique. Ils ne sont donc pas utilisables comme isolants thermiques à part entière mais peuvent éventuellement être associés à un autre matériau isolant.

3

Quels critères devez-vous regarder pour bien choisir un isolant thermique ?

  • Veillez à l’épaisseur de l’isolant et à sa performance intrinsèque pour une isolation thermique efficace.

L’épaisseur et la performance sont combinées dans le critère de conductivité thermique de l’isolant   :

  1. caractérisée par le coefficient λ (lambda),
  2. exprimée en watt par mètre d’épaisseur,
  3. et par degré Kelvin de différence de température.

Plus cette conductivité est faible, meilleure est la résistance thermique de l’isolant.

Nous vous conseillons de choisir les isolants de la certification ACERMI. Ce repère permet de garantir les performances des produits d’isolation thermique.

 

Valeurs de la conductivité thermique pour les principaux isolants
MatériauLaine de verreLaine de rochePolystyrène ExpanséBrique de terre cuite isolanteBéton cellulaireFibre de bois (panneaux denses)Laine de chanvreLaine de mouton
λ conductivité thermique (W/m.K)0,032 à 0,0380,032 à 0,0380,032 à 0,0380,11 à 0,0200,09 à 0,110,037 à 0,0460,038 à 0,0420,035 à 0,042
Matériau
λ conductivité thermique (W/m.K)
Laine de verre
0,032 à 0,038
Laine de roche
0,032 à 0,038
Polystyrène Expansé
0,032 à 0,038
Brique de terre cuite isolante
0,11 à 0,020
Béton cellulaire
0,09 à 0,11
Fibre de bois (panneaux denses)
0,037 à 0,046
Laine de chanvre
0,038 à 0,042
Laine de mouton
0,035 à 0,042
  • Contrôlez les émissions de composés organiques volatils des isolants utilisés

Pour les isolants utilisés à l’intérieur de l’habitation, veillez aussi à choisir des matériaux qui émettent peu de composés organiques volatils (COV), des polluants qui dégradent l’air intérieur. Une étiquette sanitaire est obligatoirement placée sur les produits de revêtement (mur, sol, plafond) afin de vous alerter. Le niveau d’émission du matériau est indiqué   : l’échelle va de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions).

  • Veillez au risque incendie avec les isolants choisis

Discutez avec votre artisan en charge des travaux d’isolation thermique, votre constructeur ou promoteur pour vous assurer que le matériau isolant mis à l’intérieur ne va pas contribuer à la propagation d’un incendie. En général, il est protégé par une plaque de plâtre. Pour ceux à l’extérieur, l’isolant organique employé en forte épaisseur doit être périodiquement interrompu par des bandes horizontales et isolantes non combustibles, pour éviter la propagation du feu par les façades des immeubles collectifs.

  • Renseignez-vous sur le temps de «   déphasage   » des isolants

Le déphasage ou l’inertie thermique est le temps que met un isolant à transmettre la chaleur accumulée en été. Par exemple, la laine minérale n’est pas efficace pour gagner en fraîcheur l’été. Avec ce matériau, la diffusion de chaleur est instantanée ce qui entraînera des pics d’inconfort en pleine journée. Au contraire, si vous prenez un isolant avec un temps de déphasage long, la diffusion se fera sur un temps plus long permettant ainsi de créer un décalage entre température extérieure et intérieure.

  • Pensez aux doublages thermo-acoustiques permettant d’assurer l’isolation thermique et l’isolation acoustique si vous logez dans un habitat collectif

Isolation thermique et phonique ne sont pas incompatibles   : en posant certains isolants thermiques aux propriétés acoustiques, vous contribuez également à l’insonorisation de votre logement.

Les indices des matériaux

Les propriétés isolantes des matériaux de construction et d’isolation sont exprimées par des indices de performance en dB (décibels). Ces indices, mesurés en laboratoire, caractérisent la performance des éléments de construction pour affaiblir les sons   :

  • En ce qui concerne les bruits aériens, il s’agit de l’indice d’affaiblissement acoustique Rw exprimé en dB. Plus le Rw est important, meilleure est la performance d’affaiblissement du matériau.
  • En matière de correction acoustique. C’est le pouvoir absorbant du matériau qui est mesuré. Exprimé sous la forme d’un coefficient global α w, il est compris entre 0 (le matériau n’est pas indiqué pour assurer la correction acoustique du local) et 1 (le matériau peut contribuer efficacement à la correction acoustique du local). Plus le coefficient α w est proche de 1, meilleures sont l’absorption et la correction acoustique du local.

Vérifiez s’il ne faut pas refaire l’isolation extérieure de votre habitat

Avant de réaliser un ravalement de façade de votre maison ou de refaire l’enduit de celle-ci, pensez à examiner si une isolation thermique par l’extérieur n’est pas réalisable simultanément. Le coût total des travaux combinés sera réduit. Votre logement sera ainsi mieux isolé.

4

Trouvez le bon professionnel pour poser les isolants thermiques

Nous vous recommandons de faire appel à des professionnels reconnus garants de l’environnement (RGE) pour poser vos isolants thermiques. Seul un professionnel titulaire d’un signe de qualité RGE ouvre des droits à des aides financières pour la rénovation de votre logement. Les plâtriers-plaquistes interviennent en second œuvre et se chargent notamment de l’isolation des murs intérieurs. Demandez plusieurs devis avant de faire votre choix, en examinant le détail des prestations proposées. Comparez les prix en tenant compte des assurances, des garanties, des labels et de l’expérience du professionnel.

Bien choisir vos équipements & matériaux

Découvrez nos autres fiches

Voir tous nos guides
Voir tous nos guides

À lire aussi

Guides et fiches pratiques

1/3

Vous rénovez votre logement ?

  • De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?
  • Quels matériaux et équipements choisir ?
  • Comment trouver des professionnels de confiance ?
2/3

Vous allez devenir propriétaire ?

  • Ancien, neuf, sur plan : comment se décider ?
  • Que regarder lors d’une visite ?
  • Quels documents obligatoires, à quoi servent-ils ?
3/3

Vous construisez une maison ?

  • Comment trouver un terrain ?
  • Quelles démarches administratives et quelles assurances ?
  • Comment suivre au mieux les travaux ?
close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez chaque mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.