Tout savoir sur le DPE de classe E

Que vous soyez propriétaire, locataire ou futur acquéreur, vous vous posez sûrement de nombreuses questions sur le DPE, notamment quand vous êtes en présence d’un bien immobilier avec la classe énergie E : quel est le meilleur DPE pour une maison ou un appartement ? Quel impact un DPE E a-t-il sur le confort thermique et les factures d’énergie ? Y a-t-il une interdiction de location sur les logements notés E ? Ou encore comment passer d’un DPE E à D ? Nos experts vous disent tout sur le diagnostic de performance énergétique réformé en 2021.

Au sommaire :
Tout savoir sur le DPE de classe E

Qu’est-ce que le DPE E ?

Un diagnostic immobilier obligatoire complètement repensé

Instauré en 2006, le DPE (diagnostic de performance énergétique) a pour objectif d’informer l’acquéreur ou le locataire sur la performance énergétique et la crédibilité écologique de son logement, d’estimer ses charges énergétiques et de lui recommander des travaux à réaliser pour améliorer son confort. Les diagnostics de performance énergétique servent également à repérer les passoires thermiques (étiquette F et classe G sur le DPE), à travers un système de classification allant de A à G.

Suite à la refonte du diagnostic réalisée en 2021, le nouveau DPE est devenu un outil plus ambitieux dans la lutte contre le réchauffement climatique car il prend maintenant en compte les émissions de CO₂ dans l’établissement des seuils de classe énergétique. Désormais, l’étiquette énergétique du DPE affiche un double seuil avec la consommation en énergie primaire et les émissions de gaz à effet de serre (GES). Ces deux données appartiennent donc à une seule et même étiquette et les consommations en GES ne se limitent plus à un rôle purement informatif.

source : Ministère de la Transition Écologique

Ainsi, certains logements très émetteurs de CO₂ peuvent dorénavant obtenir des classes énergétiques plus basses qu’avec l’ancien DPE. En effet, c’est la plus mauvaise performance qui donne la note finale au DPE, que ce soit sa consommation en énergie primaire ou sa production de gaz à effet de serre. Les logements de classe énergétique E sur le DPE consomment donc entre 250 et 330 kWh/m².an d’énergie primaire et/ou produisent entre 50 et 70 kg CO₂ eq/m².an.

Quel est l’impact d’un DPE E sur la consommation d’énergie ?

Synonyme de logement énergivore, le DPE E constitue l’une des moins bonnes classes énergétiques et pourtant c’est le deuxième que l’on retrouve le plus parmi les résidences principales du parc immobilier français. L’étiquette E du DPE concerne effectivement 24 % du parc total, dont 30,8 % des logements construits entre 1919 et 1948. À l’inverse, la part de DPE de classe E dans les logements plus récents diminue considérablement, surtout à partir des années 1970.

Depuis le 1er juillet 2021, le DPE ne peut plus être calculé sur la base des factures énergétiques des occupants actuels (méthode sur facture) et dépend uniquement des caractéristiques physiques du logement (bâti, isolation, chauffage, type de fenêtres…). À partir de ces éléments, les diagnostiqueurs fournissent une estimation des coûts annuels d’énergie du logement en prenant en compte les 5 postes d’énergie principaux (chauffage, eau chaude sanitaire, climatisation, éclairage et auxiliaires). Cette estimation de la facture énergétique indiquée sur le DPE sous forme de fourchette a pour objectif de renseigner les futurs occupants sur leurs charges à venir. Toutefois, elle se fonde sur des moyennes et utilisations standard du logement et ne constitue en rien une donnée exacte puisque de nombreux facteurs influent sur les factures d’énergie tels que les habitudes de consommation, le taux d’occupation du logement, la température de consigne, le prix fluctuant du gaz, du fioul et de l’électricité, etc.

Pour un logement doté d’un DPE E, qui consomme généralement entre 250 et 330 kWh/m² d’énergie primaire par an, les futurs habitants doivent s’attendre à des factures énergétiques conséquentes, qui varient cependant selon le type d’énergie utilisé et le mode de vie au sein du foyer.

 

La classe E du DPE sur le marché immobilier

Vente d’un bien noté E sur le DPE

Au même titre que les passoires énergétiques (biens notés F et G), un logement classé E peut être difficile à vendre pour ses propriétaires et perdre de sa valeur face à des acheteurs en quête d’un logement durable. À biens équivalents, on note effectivement une dépréciation des prix sur le marché de l’immobilier pour ces trois classes énergivores pendant que les logements notés de D à A se vendent plus cher. Selon l’étude sur la valeur verte des logements en 2020 menée par les Notaires de France, les appartements d’étiquette E souffrent d’une moins-value sur le prix de vente allant jusqu’à 4 % alors que les maisons dotées d’un DPE E peuvent perdre jusqu’à 7 % sur leur prix de vente par rapport aux autres classes, toutes choses égales par ailleurs.

Pour vendre votre bien de classe E, il est alors probable de devoir consentir à une baisse de prix ou de réaliser des travaux d’amélioration de la performance énergétique.

Le DPE est devenu opposable !

Un autre changement notable de la réforme du DPE, c’est qu’il est devenu opposable, au même titre que le diagnostic électrique ou le diagnostic amiante. Cela implique qu’en cas d’erreur sur le contenu du diagnostic, la responsabilité contractuelle du vendeur ou du bailleur peut être engagée. Autrement dit, un acheteur peut se retourner contre le vendeur d’un bien immobilier si l’étiquette énergie est erronée (étiquette E au lieu de F par exemple).

Location d’un logement de classe énergétique E

Les logements ayant un DPE de classe E sont ciblés par la loi et seront interdits à la location en 2034. Cette interdiction fera suite à celle des logements classés G et F, qui prendra lieu respectivement en janvier 2025 et janvier 2028.

Si vous êtes locataire d’un de ces logements énergivores, vous pourrez exiger de votre propriétaire/bailleur des travaux de rénovation. Ainsi, si votre bien immobilier à louer est classé E, mieux vaut envisager dès à présent une rénovation globale, sur la base des recommandations effectuées par le diagnostiqueur.

Durée de validité du DPE E

Un DPE est normalement valable 10 ans mais la réforme du DPE a quelque peu bousculé les règles pour les diagnostics antérieurs à 2021 :

  • Les DPE antérieurs à 2013 ne sont plus valables et doivent être refaits selon les règles du nouveau DPE.
  • Les DPE réalisés entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2017 resteront valides jusqu’au 31 décembre 2022.
  • Les DPE effectués entre le 1er janvier 2018 et le 30 juin 2021 resteront valides jusqu’au 31 décembre 2024.

En cas de vente ou de location d’un bien, soyez donc vigilant à la date d’émission du DPE. Il est possible qu’il soit nécessaire de réaliser un nouveau diagnostic.

 

Comment améliorer la performance énergétique et la note du DPE E ?

Les travaux de rénovation énergétique

Concrètement, une fois le diagnostic énergétique effectué, comment passer d’un DPE E à D, voire mieux encore ? Il existe plusieurs types de travaux contribuant à l’amélioration du DPE de votre maison ou appartement. Référez-vous aux recommandations du diagnostiqueur qui classe les travaux de rénovation énergétique selon leur urgence (travaux prioritaires et travaux permettant d’aller vers un logement performant). En fonction du logement, les chantiers à lancer sont généralement :

Comment bien faire changer vos fenêtres ?

Guide de rénovation

Ces travaux qui permettent de réduire au maximum les échanges thermiques entre l’extérieur et l’intérieur de votre bien immobilier doivent être accompagnés par l’installation d’un système de ventilation efficace.

Les aides pour financer les travaux de rénovation énergétique

Avant de vous lancer dans des travaux de rénovation, sachez qu’il existe un certain nombre d’aides financières pour permettre au plus grand nombre d’améliorer leur confort et de baisser leurs dépenses énergétiques. MaPrimeRénov’ est le dispositif principal, mis en place en remplacement du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et des aides de l’Agence nationale de l’Habitat (Anah) « Habiter mieux agilité » et « Habiter mieux sérénité ». Cette prime concerne l’ensemble des propriétaires, quels que soient leurs revenus.

Il existe aussi le PAH (prêt pour l’amélioration de l’habitat), les CEE (certificats d’économie d’énergie) et leurs primes Coups de pouce associées, des aides locales, etc. Renseignez-vous sur l’ensemble des aides financières auxquelles vous pouvez prétendre afin de faire baisser le montant des travaux et d’envisager la rénovation énergétique la plus globale possible.

Pour aller plus loin

Achat Énergie

À lire aussi

Guides et fiches pratiques

1/3

Vous rénovez votre logement ?

  • De quelles aides pouvez-vous bénéficier ?
  • Quels matériaux et équipements choisir ?
  • Comment trouver des professionnels de confiance ?
2/3

Vous allez devenir propriétaire ?

  • Ancien, neuf, sur plan : comment se décider ?
  • Que regarder lors d’une visite ?
  • Quels documents obligatoires, à quoi servent-ils ?
3/3

Vous construisez une maison ?

  • Comment trouver un terrain ?
  • Quelles démarches administratives et quelles assurances ?
  • Comment suivre au mieux les travaux ?

Tout savoir sur le DPE de classe E

close Created with Sketch.
Created with Lunacy
Recevez chaque mois nos conseils de saison

Nouveau – Découvrez notre programme de formation gratuit dédié à la rénovation énergétique en copropriété

close Created with Sketch.